la grosse annonce : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Geum Seol Ha
Geum Seol Ha
Casse noisette in Wonderland
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1306-geum-seol-ha-fck-you-i
More informations ?
Sujet: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 20:51
Geum Seol Ha  
feat Gong Seung Yeon | Cosmopolitan  
surnoms Essaies donc de m'appeler Sol.. et je te fais goûter le bitume. Sinon Haha est prohibé, je préfère encore Sol.. Certains m'appellent Soso mais je n'ai aucun proches qui veuillent réellement mourir AGE & DATE DE NAISSANCE Le 6 juin 1992 cette tornade vit le jour, et l'humanité aurait préféré qu'elle reste un spermatozoïde. Mais ça fait 26 ans qu'elle gueule ses insultes et qu'elle défend ceux qui en ont besoin.  origines Si mon nom montre que je suis  coréenne, celui que je cache dévoile mes origines japonaises qui donnent un goût de soleil levant. Ainsi de Nakajima, nom honorable de mon père je passe à Geum, modeste mais chéri de ma mère.
sexualité & ♡ Malgré un vrai gros problème avec les hommes qui portent des couilles vides de bon sens je n'apprécie pas les femmes plus qu'amicalement. J'emmerde donc l'amour et cette faiblesse qui fait chier, préférant les nuits rapides quand je décide. Mais il m'a intrigué.. je l'avoue métier/études Après de longues études et une détermination de fer je suis devenue Psychologue avec mon propre cabinet, allant parfois donner des thérapies de groupes dans des entreprises qui se font du soucis pour leur employés.
Elle est végétarienne depuis 6 ans. Et se fera un malin plaisir de vous rappeler combien de temps la viande met à macérer dans votre estomac pendant que vous mangez. Mais.. vous pouvez manger de la viande. Elle adore les animaux, c'est le vrai et unique amour. Elle a récemment décider d'investir dans un refuge qu'elle construit peu à peu.  Caractère bien trempé elle a toujours su l'ouvrir. Mais en matière de combat elle n'a ni la force ni l'adresse pour s'opposer aux autres, alors elle court, elle fait que ça, courir, fuir. Elle est d'ailleurs bien connue pour ce petit talent dans sa ville natale. Elle est vite devenue cette fille qu'on voit courir partout et qu'on taquine pour cela. La rumeur dit qu'elle s'entraîne pour l'athlétisme. La rumeur est fausse, mais c'était une bonne idée.   Mauvaises habitudes ou fille délirante elle a tendance à faire beaucoup de jeu d'alcool parfois avec de purs inconnus mais elle connaît ses limites et tient bien l'alcool. Une vraie ahjumma quand elle le veut elle jure aussi bien qu'elle respire, et gare à vous si vous l'appelez "ahjumma" Sa voix résonne souvent dans tout l'appartement, oui quand elle prend sa douche tout son logis devient une boîte de nuit. Grande star, à mannequin elle explore les métiers les plus pailletés avec un brin de folie. Heureusement que personne ne connaît son code d'appartement ( quelqu'un le connaît ? ) Au delà de son air confiant, de sa force qu'elle essaie de faire percevoir, elle est en proie à des crises d'angoisse, voire même des malaises. Et pour palier à cette faiblesse elle essaie de faire des auto thérapies. Oui, vous l'avez deviné ça ne marche pas tellement. Mais quelle honte de ne pas arriver à dépasser ses peurs, lorsqu'on est psy. Sachant utiliser ses charmes elle n'hésite pas, même si c'est pour donner des faux espoirs mais elle reste quelqu'un d'assez dur à approcher.
Une fois elle a prit des cours de boxe. Quand il a fallu se battre elle a fini par sortir du ring et ..fuir. Son corps contient des cicatrices et elle connait leur histoire à chacune, rien ne passe au hasard, rien n'est futile. Même si elle ne semble pas avoir de mal à s'imposer et semble ne rien craindre, les gestes brusques sont un vrai calvaire et les bruits sourds, venus de nul part la font sursauter comme jamais. Malgré tout elle ne dira rien. Grande fan de kitkat on aurait pu la surnommé kitkat girl
[i]Et oui c'est moiiii le panda assassin !!! Je suis de retour avec un peu moins de douceur mais toujours beaucoup d'amour ;)  Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 4057704492
PANDASSASSIN
Revenir en haut Aller en bas
Geum Seol Ha
Geum Seol Ha
Casse noisette in Wonderland
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1306-geum-seol-ha-fck-you-i
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 20:52
storytime
it's a lovely face, it's a lovely place
le caractèreLe caractère Réservée ; Enjouée ; Bosseuse ; Drôle ; Craintive ; Caractériel ; Attentionnée ; Courageuse ; Vulgaire ; Douce ( avec les patients ) ; Patiente ; Taquine ; Souriante ; Rêveuse ; Téméraire ; Suspicieuse ; Confiante ; Attentive ; Déductive ; Compréhensive
Si tu jures comme ton nombre ou un homme d'âge mûr, tu ne veux pas qu'on te considère ainsi. Tu es féminine et tu connais tes charmes. Bien que ceux ci soient souvent en proie à de grandes épreuves lorsque tu te mets à danser un verre à la main en train de chanter une énième chanson d'alcool. « Bois bois bois.. ONE SHOOT » Oui parfois tu as honte en t'en souvenant mais finalement finir ta bière avant tout le monde te procure toujours une fierté que tu ne pourrais expliquer. Et c'est sûrement après ces exercices de boisson que tu es devenue très résistante à ses effets. Soju, bière, saké, tu es prête et tu ne dis jamais non à un défi. Toutefois c'est se méprendre que de penser que tu ne saurais pas dire non à un gueux qui pense pouvoir tout avoir dans sa vie. Au contraire tu te feras un malin plaisir à lui faire comprendre que dans la vie, tout se paie.
C'est mal te connaître également que de penser que tu resterais les bras croiser en voyant des injustices. Tu aimes ouvrir ta gueule c'est pas de ta faute. Et quand on touche aux convictions, à tes valeurs, vaut mieux pas avoir d'oreilles.

D'un autre côté te prendre pour la pire des enflures serait une grave erreur. Derrière ton bureau tu es souriante, drôle, et tu écoutes. Tu écoutes comme si plus rien n'existait dans ce monde que le problème de ce patient accablé, triste, euphorique. Tu veux lui rendre la vie plus facile, plus belle et peu importe le temps que cela demandera. On peut voir cette jolie demoiselle à la douceur et la compréhension augmentée avec ta famille. Ton joyau. Ta vie. Cette vie repose sur leur amour et leur soutien. Tu ne saurais t'en détaché. Même si ton frère vit dans son appartement que tu squattes de temps à autres. Même si ta mère te demande de faire ta vie loin d'elle. Bizarrement tu retombes en enfance en regardant dans leurs yeux. En voyant l'importance que tu as pour eux. Et ça, c'est la faible Seol Ha. Et ça, c'est celle que tu caches aux yeux de tous.  ♡
l'histoire
Hush Hush baby

La paix d'un foyer, la chaleur d'une famille. Chacun rentrait dans cette maison avec des rêves, des envies, parfois des craintes, mais avec l'espoir secret que tout irait bien, que tout irait mieux en passant le pas de la porte. Mais les chemins dans la vie ne sont pas tous fait pour vous garder la tête haute, ni même à vous donner un espoir que, parfois, vous apercevez. Cette lueur qui vous fait sourire, elle vient et repart sans jamais vous donner la certitude qu'elle restera. Et pour certains, elle n'éclaire plus leur vie.  

10h36

La porte s'ouvre sur une silhouette peu assurée, les épaules courbées, une tête baissée, des sacs plein les mains. Ce n'était pas une si vieille femme alors que les rides creusaient son visage, ce n'était une une si vieille femme alors que ses mains sa peau séchait et demandait une attention particulière. Mais aucun moment de sa vie elle ne se l'accordait pour sa propre vie. Toujours à préparer le repas avant que les enfants ne rentrent, nettoyer la maison de fond en comble de sorte que tout soit parfait. Frotter pour faire partir une tâche, la tâche qu'était incrustée dans sa vie. Frotter pour oublier que ce n'était pas ce qu'elle avait voulu. Parfait. Tout devait être parfait pour ne pas montrer que sa vie ne l'était pas, et qu'elle était loin d'y être.
Un cœur tendre, un sourire joyeux et rassurant, une mère exemplaire et une femme attentionnée elle semblait être la femme parfaite dans une maison où les cris des enfants ne se faisaient jamais trop forts. Car si toute la journée le silence de la solitude résonnait contre les murs impeccables de la bâtisse, c'était loin de déplaire à la femme fatiguée qu'elle était. Mais tout devait être parfait. Car au delà de l'apparence et de la femme que connaissait ses voisins il y avait ce moment. Cette peur qui s’incrustait et tordait ses entrailles dans une douleur sans nom. Si le silence avait été son royaume et sa paix, le bruit de la porte qui s'ouvre n'était jamais une bonne chose. Son mari rentrait. Un homme dont l'âge se définissait avec ses cheveux blancs et la dureté de ses traits. L'homme qui restait de marbre devant toute situation de la vie. C'était ainsi qu'on le voyait. Mais ce monsieur, ce grand, ce directeur n'était pas si impassible qu'il y paraissait. Car quand ce directeur n'avait pas ce qu'il souhaitait, quand les choses ne tournaient pas comme il le voulait alors il n'était plus l'homme stoïque mais bien cet homme cruel que personne n'aurait su reconnaître.
Oui, la peur du bruit de la porte venait avec ce stress permanent des bruits de ses pas. Lourds comme son cœur ils emplissaient la pièce et finissaient par la tétaniser.

17h04

Main dans la main vous rentriez des cours comme toujours. Le petit brun qui tenait fermement ta main avec une certaine autorité était ton frère. Un garçon de huit ans peureux mais protecteur. Le genre de frère qui tient fermement la main de sa petite sœur en lui promettant de le protéger alors que la petite de six ans frappait ceux qui voulaient embêter son frère chéri. Tu étais comme ça, à provoquer, ouvrir ta petite bouche bien trop petite et innocente pour comprendre ce monde cruel dans lequel tu étais projetée. Ton frère lui connaissait les conséquences, il connaissait les dangers que c'était de parler. Sans t'en rendre compte ton frère était déjà bien grand dans sa tête. Tu le traitais de poule mouillée sans savoir. Tu ne connaissais rien et ta vie n'était que provocation, amour et protection.
Et cette année.. Cette année changea. 1997. L'année d'un tournant. L'année de la perte de ton innocence. Complète.

En rentrant tu ne comprenais pas pourquoi tout le monde était si silencieux. Tu ne comprenais plus pourquoi à l'intérieur la sonorité japonaise résonnait alors que tu vivais en Corée et parlait Coréen à l'école. Alors tu avais demandé, tu avais demandé comme une petite fille curieuse, et comme tu aimais les défis, tu le demandas en coréen. Quelle ne fut pas ta surprise de voir que ton père devenait fou. Que les regards de tes proches changeaient et se tournaient en un sentiment d'effroi. Ta mère te prit directement dans les bras en demandant pardon. Tu ne comprenais pas. Pourquoi demander pardon de parler cette langue que vous aviez adopté comme langue maternelle, comme langue de ce pays ? Tes yeux se posèrent sur ton père alors qu'il quittait la salle.  Quelques heures plus tard tu compris. Ton père n'était pas celui dont parlait tes amies. Il n'était pas ton héro. Il n'était pas même l'homme riche que tout le monde pensait. Un directeur aux grandes responsabilités ne faisaient pas de lui un homme respectable. Et tu le compris. Une fois pour toute. Ce soir là. En entendant les pleurs de ton frère. Tu l'avais rejoint dans son lit en lui demandant ce qu'il se passait. Et tout devint plus clair. Les bruits que tu entendais n'avaient jamais été que dans tes cauchemars. Pourquoi réveillée tu les entendais ? Ton petit corps avait décidé d'aller voir. Et l'effroi te pris également. Cette maison était une prison, pire encore. Et ta mère subissait les violences d'un homme à moitié alcoolique, à moitié sadique.

Show me your heart

En grandissant rien ne s'arrangea. Tout empira. Ton frère n'était pas un peureux mais un enfant accablé, traumatisé. Il avait réalisé à quel point cet homme était mauvais. Qu'il n'avait aucun fond de gentillesse. Et tu le poussas également à bout. Le soir c'était toi qui prenait la main de ton frère pour rentrer. Celui ci traînant des pieds.
«  Yahhh vite !! » que tu lui criais. L'autre ne répondais que par un grognement plaintif. Tu l'attrapais alors et marchais avec lui pour rentrer. Ne pas laisser ta mère, ne pas la laisser seul avec lui trop longtemps. Du haut de tes huit ans, tu n'avais peur de rien. Tu n'avais peur que de la laisser. De laisser ces personnes qui comptaient pour toi. Mais ton caractère n'avait pas changé, tes sourcils se fronçaient souvent et la voix apaisante de ta mère te faisait toujours redevenir douce. Les pleurs de ton frère te donnait toujours envie de prendre le monde en main. Tu le sauverais , un jour tu deviendrais le chevalier dont parlait les contes. Baliverne si vous pensiez qu'il fallait être un homme. Tu n'avais peur de rien. Rien sauf peut être de cette main qui se levait. Tu te ruais bien souvent sur ta mère en la prenant contre toi sans pouvoir la recouvrir, mais tu voulais être la barrière, tu voulais la soulager. Bien sûr ton père perdait patience et rapidement les coups de ceinture devinrent ton quotidien.

Tu n'en perdis pas ton sale caractère ni même tes habitudes de donner des coups sur les têtes des garçons qui t'embêtaient toi ou ton frère. Bien sûr tu déguerpissais rapidement fuyant à toute jambe souvent suivi de ton frère.
Et cette image hanta le voisinage. Deux enfants, puis deux adolescents qui couraient toujours en se donnant la main. Une famille unie dont on parlait. Une famille heureuse.

I will kill you

Tu étais une adolescente. Comme les autres tu voulais passer du temps avec tes amis, tu voulais profiter et manger dehors, voir des amis et sûrement rencontrer des garçons. Mais tu étais une adolescente dans une maison de fou. D'un fou. Un fou qui contrôlait toute ta vie. Qui marquait celle ci aussi bien physiquement que mentalement.  Ton frère était devenu ton monde, ta mère ta passion. Rien d'autre n'entrait dans l'équation. C'était un trio qui passait le temps en espérant que tout aille mieux. La police ? Personne n'avait osé. Personne ne se permettait ce genre de choses. Et même si un jour par colère tu t'étais rendue devant le commissariat, même si ce soir là tu voulais tout dire, tu voulais vider ton sac pour qu'on vous protège, tu n'as pu. Tu as juste fondu en larmes revenant chez toi bien trop tard, acceptant ta punition comme quelqu'un de résigner. Comme cette fille que tu n'avais jamais été. Et ton frère regardait impuissant. Et les jours passaient. Il grandissait et petit à petit il devenait fort. Il devenait l'homme qu'il n'avait jamais réussi à atteindre plus petit. Il soignait tes plaies, tu soignais les siennes.
Cette maison était devenue un tombeau. Les cris qui résonnaient n'étaient jamais entendus. Les pleurs qui retentissaient n'étaient jamais vu. Et l'air t'étouffait, il te faisait succomber petit à petit. Toi qui n'avait jamais eu peur de rien tu avais peur de tout ce qu'il était, ce monstre, cet homme qui avait séduit votre mère pour mieux la détruire. Et cette mère impuissante qui suppliait toujours un pardon qu'elle n'aurait jamais. Le vent ne soufflait jamais assez fort pour couvrir ses supplications, le soleil ne brillait jamais assez fort pour sécher ses larmes.

Ce fut un matin, un matin comme les autres, pour tout le monde sauf pour toi, que ton regard témoigna toute la haine que tu avais pour lui, toute cette rage que tu contenais. Ce fut ce matin là où tu affrontas son regard avant d'aller en cours. Ce fut ce matin où il comprit que sa fille n'avait rien perdu à son caractère exécrable qu'il détestait.
Et ce fut ce jour précis où il comprit que son fils avait grandi.

Cette gifle donnée le matin même à sa fille, cette coupure sur sa joue à cause de la bague de ce dernier. Il n'avait pas encore conscience que c'était l'erreur de trop. Que son fils avait compris, qu'il avait grandi, et qu'il était bien plus intelligent. Il ne le comprit que le soir même. Lorsqu'il mangeait tranquillement, pensant que sa vie de tyran continuerait éternellement. Pensant que tout lui était du et qu'il travaillait dur pour tout le monde. Qu'il avait ce droit de mettre à feu et à sang sa famille. Quand il pensait encore que ce comportement était normal, qu'on l'arracha de son assiette. Par des coups sur la porte. Des coups donnés par des gens bien connu. Il ne comprit qu'il avait été trop loin que lorsqu'on lui passa les menottes et qu'il vit dans le regard de son fils cette fois, cette force, cette détermination, cette haine, qui lui disait clairement que cette fois.. oui cette fois il avait perdu.

Malgré tout il avait gagné beaucoup de batailles, et les dégâts étaient importants. Mais ce jour là tu vis ton frère différemment. Il était l'homme qui vous avez sauvé. Celui qui avait grandi et qui avait osé. Celui qui malgré son passé avait réussi à devenir quelqu'un que rien ne pouvait plus détruire. Et à tes dix sept ans, votre calvaire s'acheva te permettant de croire en un avenir brillant. Sûrement plus joyeux et léger.

Smile, you deserve it

La vie avait laissé le temps faire son travail. Les blessures devenaient des cicatrices et bientôt tout était une question de passé. Certes le procès avait été dur, certes il avait été difficile d'oublier l'air pesant de la maison. C'est pour cela que vous aviez déménager, que vous aviez changer d'air et tout recommencer.
Maintenant à trois vous auriez pu croquer le monde. Ta mère comprenait que sa vie passait avant tout et qu'elle devait prendre soin d'elle. Personne ne dicterait plus ses actions. Tu t'amusais à lui mettre des masques hydratant sur son visage et la voir rire. Tu t'amusais à passer des soirées entière avec elle. Et finalement la vie était amusante. Tu n'avais pas changé. Toujours à ouvrir ta grande bouche lors d'une injustice mais à fuir le combat. Toujours à nourrir les chats du voisinage. Tu étais même devenue pire avec le temps. Ce qui faisait rire ton frère. Dorénavant c'était lui qui prenait ta main pour rentrer des cours, enfin quand il avait envie de t'embêter. Tu lui criais toujours que tu n'étais plus une enfant mais tu prenais son bras pour t'appuyer. Maintenant tu pouvais.
Rapidement il entra dans une entreprise gravissant les échelons à son rythme, avec son sourire et son envie.

Et peu à peu le nom de Nakajima fut oublié. Geum devint un signe de renaissance, que chacun prononçait avec fierté. Oui vous reveniez de loin. Et ces jours passaient bien plus vite, avec une légèreté qui vous faisait tellement rire, tellement souvent que s'en était presque indécent. La vie suit tellement bien son cours qu'il n'y a aucune ombre au tableau. Petit comble tu as enfin réussi à trouver un homme qui réussi à t'aimer malgré ton tempérament. Et cet homme tu le verras un an et demi. Tu partageras tout avec lui, tu abaisseras tes barrières. Tu laisseras ton cœur battre pour lui.

Welcome to hell

Un bruit d'ambulance résonne dans tout le quartier alertant les plus curieux qui se pressent dehors. Ceux déjà sur place chuchote en regardant le corps inconscient d'une jeune femme sûrement perdue. Peu à peu malgré le sang, malgré l'aspect mal en point de ce corps on reconnaît cette fille qui habite la maison en haut de la pente, pas très loin. Une famille tranquille. Les chuchotements sont de plus en plus forts. Que se passait il pour qu'elle finisse ainsi.

" j'ai tout vu !! Il l'a frappée jusqu'à ce que les hommes du café les sépare !! Et puis il est parti ..Aigooo " Toutes les dames présentes continuèrent de se demander pourquoi, comment. "Il criait qu'il allait la tuer. Un fou ! Un fou..  "
Et ces chuchotements cessèrent avec l'arriver de ces hommes pressés, ces hommes qui avaient fait de leur vie une source indispensable aux autres.
Et lentement les chuchotements reprirent. Et doucement, la nuit laissa son lot d'interrogation.

Ce fut une longue nuit. Une très longue nuit pour ces médecins qui tentaient de s'occuper de ce cas. Fractures, perforation, liaisons, hémorragies. Une banque d'exemple pour les cours de médecine. Un exemple parfait de ce que subissait certaines personnes dans le silence, avant que leur dernier souffle ne leur donne une dernière importance. J'étais là, j'ai vécu ça On les oubliait avant même d'enterrer leur corps. On oubliait parce qu'on ne voulait pas le dire. On le taisait parce qu'on était impuissant. Parce qu'on ne peut protéger les autres de ceux qu'ils aiment. Et c'est ce qui nous rend fragile. C'est ce qui t'a rendu fragile. Et tu garderas à tout jamais cette soirée en tête comme leçon.
Car cette personne allongée n'était autre que toi. Quelle ironie te faisait subir la vie ? Tu avais pourtant aimer cette personne. Mais elle t'avait fait peur, elle t'avait montré qu'elle était tout aussi violente qu'elle pouvait être douce et tu ne voulais plus subir tu ne voulais plus te sentir oppresser. Alors oui ce soir là tu as demandé à cesser votre relation. Et ce fut ton erreur. Ou bien ce qui te sauva la vie. On ne saura pas. En tout cas son visage avait changé. Son air insistant, sa main sur ton poignet se resserrant, tu avais vu un autre homme. Tu avais vu celui que tu essayais d'éviter. En vain. Même tes plaintes, tes cris et tes insultes n'auront rien fait qu'attiser sa haine. En l'espace de quelques minutes tu avais perdu le sens de la réalité. Tu n'avais plus vu cette rue aussi nette que tu voulais la voir. Ta voix n'avait pas réussi à appeler à l'aide lâchant des gémissements de douleur. Ta main n'avait réussi qu'à lui attraper la cheville avant que cette jambe ne serve d'arme. Tu n'avais rien pu faire. Et malgré ton tempérament, malgré ton passé, tu avais eu peur. En l'espace de quelques secondes tu avais eu terriblement peur. Et puis plus rien. La douleur restait au creux de ta gorge, comme coincée. Le froid t'englobait et tu n'avais plus rien vu, plus rien senti. Ce n'était pas si mal, ce silence.

Tes yeux s'ouvrent lentement, comme après un combat intense, doublé d'une cuite phénoménale. Les couleurs chatouilles tes rétines et tu clignes des yeux en plissant ceux ci à cause de la lumière agressive. Tout ton corps te fait mal. Tu voudrais exprimer ce désagrément mais rien ne sort. Et peu à peu des visages familiers. Un homme, et une femme. Tu les reconnais. Tu ne les reconnais que trop bien. Et pourtant impossible de dire leur nom. Impossible de leur exprimer plus qu'une joie de les voir autrement qu'en pleurant. Ils sont tout aussi émus. Ils sont tout aussi touchés tout aussi bouleversés que toi. Et tu souhaites leur montrer que ça va, mais ça ne va pas .

Et ça n'ira pas pendant plus de deux mois. Deux mois où pas un son ne sortit de ta bouche. Traumatisme de l'agression tes cordes vocales se sont comme bloquées. Elles te permettront un jour de parler de nouveau, mais rien ne sera effacer de ta mémoire. Comme une leçon encré au plus profond. La rééducation prit ton temps, tes années sans pour autant te prendre ta vie. Rééducation, apprentissage, tu continuais les cours. Tu avais 22 ans et toute ta vie devant toi. Si aujourd'hui tu reparles. Si aujourd'hui ton nom est gravé sur une plaque à l'entrée d'un bâtiment. Si ton bureau porte fièrement une plaque de psychologue c'est à cause de ta détermination. Si aujourd'hui tu es celle que tu es, c'est grâce à eux. Eux. Les merdes de ta vie. Les enfoirés qui ont cru pouvoir contrôler. C'est pour eux que tu te bats chaque jours. Et c'est pour ta mère et ton frère que tu souris, comme tu le faisais avant.

"Alors petite merde écoute moi bien.. si un jour tu veux me briser, je te conseille de pas te louper. Je te conseille de le faire proprement et de ne laisser aucun témoin. Je te conseille de vérifier que je suis bien morte sinon tu boufferas tes couilles par le nez en regardant ton petit pénis de babouin être coupé pour servir d'accompagnement dans un restaurant compris ? Sinon.. bienvenu chez moi." Signé Seol Ha.
Revenir en haut Aller en bas
Ishida Naoki
Ishida Naoki
Need a (Seol) psy...
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1303-ishida-naoki-trust-me-
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 20:56
czbauiogfueiçopzaguifgp"eoézag

PARDON... t'es belleuh :owo: dead inlove yihi
C'est quand qu'on va faire des bébés ? Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 955737863
Revenir en haut Aller en bas
Lee Woody
Lee Woody
✨ la tulipe ✨
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t74-lee-woody-purple-haze
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 21:42
Quand elle sera moins busy avec les nôtres, la bise Nao Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 1941498791
Rebienvenue Sol Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 960516634


i'm too high they said. i answered men as soon as you're empty you're flying better.
Revenir en haut Aller en bas
Ishida Naoki
Ishida Naoki
Need a (Seol) psy...
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1303-ishida-naoki-trust-me-
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 21:45
@Lee Woody a écrit:
Quand elle sera moins busy avec les nôtres, la bise Nao Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 1941498791  

Même que c'est même pas drôle Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2801952021 pff /sort
Revenir en haut Aller en bas
Geum Seol Ha
Geum Seol Ha
Casse noisette in Wonderland
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1306-geum-seol-ha-fck-you-i
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 22:04
@Ishida Naoki *ouvre son peignoir* Mais quand tu veux mon chou.. tu sais que j'arrive pas à te résister leche keur

@Lee Woody : "notres" ? Va falloir me préciser qui cool langue Merci beaucoup ;) Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2284898231


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     04.03.18 23:31
Pas le bon compte mais pas grave
JJUN A SA PSYCHO mdr
ça va pas être drôle tout ça mais bon Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2284898231
REBIENVENUE à toi bichette et FIGHTING pour la suite
hâte de pouvoir me lancer avec ma psy ;)
Revenir en haut Aller en bas
Moon Eve
Moon Eve
✨✞ sainte eve ✞ ✨
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t49-moon-eve-le-salut-est-en
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     05.03.18 0:11
la belle seung yeon je ne peux qu'être Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2143209425 devant ce choix
trop hâte d'en découvrir plus sur ta belle en attendant courage pour cette fiche mon chat Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 117913382
sinon on adore comment tu fais déjà tourner toutes les têtes Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 955737863




 
honey ☩
Où es-tu passé? J'te cherche dans le noir. Ce soir comme tous les soirs j'aimerais encore te croire.



Revenir en haut Aller en bas
Takahashi Ryu
Takahashi Ryu
✨ Admin en carton passé plastique ✨
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t46-takahashi-ryu-van-gogh-e
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     05.03.18 16:59
Walala la beauté fatale qu'elle nous ramène encore, je meurs Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2143209425
Re bienvenue ma belle ! Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2506827590
Hate d'en apprendre plus sur ta jolie fleur ! Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2661303468 Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 117913382



☆☆☆ Everyting is breaking down, But I can't live [b] without you.

Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !     05.03.18 17:14
@“Bae Eun Jung” : ouiiiiiiiiii il à sa psyyyyy la folle XD mais si ça va être drôle voyons même très drôle je te jure Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 4057704492
Ouiiii merci beaucoup puce hâte d’aller voir mon petit patient hehe Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 159519414 j’espere qu’elle plaira :3

Ps; t’as vu je rejoins ton camp de rebelle je suis pas sur le bon compte Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2804212914

@“moon eve” : ahhhh je me sens comprise !!! Merci beaucoup je l´aime trop mais personne la prend ( sauf moi mouhahahaha)
Merci beaucoup j’essaie de le faire au plus vite et au mieux ;3
Des têtes qui tournent ?! Oh nonnnnn ;) hehe

@“takahashi ryu” : mais non meurs pas mon enfant !!! Tu me gardes un tit lien ?! :p Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 4057704492 merci beaucoup je fais vite ! ;3 Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind ! 2661303468



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
Sujet: Re: Geum Seol Ha - F**ck you, i'm kind !    
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Association] A Kind Of Magic (AKOM)