wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
dramama ramama ramama hey
More informations ?
En ligne
- Sujet : I'll wear your skin tonight (bae-bae)     09.05.18 1:00




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Allen + tenue

Ça tourne. Ça tourne beaucoup trop.
Tellement que tu ne sais plus si t'es allongé, assis ou debout.
Tu ne sens plus ton corps, ou bien tu le sens trop. Ta vision est trouble. Lorsque tu fermes les yeux, tu prends trop conscience de ton tournis, t'as l'impression de sombrer. C'est une sensation effrayante. Et lorsque tu les ouvres, la réalité mouvante te donne envie de vomir. T'es mal, quoi que tu fasses.

Ah ça y'est, tu sais. Ta tête est sur la table. Tu l'as laissé tomber comme une masse après ton dernier verre, pensant t'endormir avant de réaliser que t'as trop la nausée que pour en être capable.
Quelle heure est-il ? Là aussi, t'as perdu le fil. Tard probablement puisqu'il fait noir dehors et que les néons éclatent trop tes pupilles dilatées.
Il faudrait que tu bouges, que tu rentres chez toi pour décuver. Te passer sous la douche pour te ressaisir. Mais t'es incapable de commander ton corps. Tu restes simplement immobile à souffrir de ta consommation d'alcool excessive. Trop de bouteilles ornent ta table. Pourtant t'es venu seul ce soir. Tu voulais noyer un peu tes angoisses, tes peines. Mais t'as pas su t'arrêter. Au plus ça coulait dans ta gorge, au plus la gorgée suivante était facile à prendre.
Tu grognes dans ton mal être. Pourquoi ce serveur ne t'a-t-il pas arrêté ? Pourquoi t'as t-on resservi à l'infini ?

Et puis tu te demandes pourquoi. Pourquoi t'en es venu à finir comme ça ? Tu ne sais déjà plus...
Pourtant ça devait être important pour que tu deviennes cette nouvelle personne, l'ivrogne. Jamais tu ne t'es retrouvé dans une telle situation auparavant, toi raisonnable jusque dans la boisson. Qui marches droit même quand le monde commence à se mouvoir de façon peu naturelle autour et que le sol semble se dérober sous tes pieds.
Dans le fond tu avais tellement de raisons de céder à la faiblesse ce soir. Junie que tu ne parviens plus à regarder dans les yeux. Shin qui détruit ton cerveau et ton coeur. Allen qui t'angoisses et te déçois, que tu voudrais aimer plus simplement. Ansel qui se bat pour ne jamais disparaître de tes pensées. Tes parents et la pression permanente qu'ils t'imposent. Ji Moon. Oui. Ji Moon. T'as mis le doigt dessus finalement. C'est elle. Elle que tu méprises parce qu'elle gâche ta vie.
Pourtant tu le sais, elle ne t'a pas choisi non plus. Mais t'aurais voulu qu'elle lutte plus, qu'elle refuse de te donner sa main. Si toi tu ne peux pas te rebeller, elle aurait du le faire pour vous.
Mais non. La date continue d'approcher. Fatidique, t'as l'impression de témoigner, impuissant, à la fin de ta jeunesse. De vendre le soupçon de liberté qu'il te restait. 
Dans un peu plus d'un mois, moins de deux, tu seras marié. Prisonnier. Ton sort scellé. Il n'y aura plus de retour en arrière, ton union forcée sera concrétisée.
Et ça te tue à petit feu d'y penser.
Oui. Ce soir tu avais probablement envie d'oublier ce destin qui ne t'appartient pas.
Agacé d'être un simple spectateur de ta propre vie.

Merde. Ton estomac te fait sérieusement souffrir le martyr et des bouffées de chaleur viennent t'étouffer. T'as envie de crier, tu regrettes. Mais tu ne peux rien faire pour te débarrasser de ces sensations si ce n'est attendre.
Attendre... Ou vomir pour déjà te soulager.
Est-ce que c'est d'ailleurs ce qu'il vient de se passer ? Cela pourrait expliquer ce goût exécrable que t'as soudain en bouche et cette sensation chaude et humide coulant contre ton menton, se répandant sous ta joue. Pourtant t'as pas réalisé les contractions de ton abdomen.
Un nouveau soubresaut. Cette fois c'est ton corps qui est secoué par un tiers. Tu gémis tandis que le serveur essaie de capter ton attention. Il veut te foutre dehors, tu déranges la clientèle. Mais putain, c'est de sa faute, c'est lui qui t'as servi toutes ces bouteilles. Qu'il assume.
Péniblement tu te redresses, énervé. T'arrives même à te lever même si tu titubes. Non, tu n'as pas l'intention de te barrer. Tu lui en veux à lui, c'est lui le coupable, il t'a encouragé en te laissant te rendre malade pour son profit.
Pour marquer ton mécontentement t'en retournes la table. Les bouteilles vides viennent se briser au sol, juste avant que tu ne t'écroules à nouveau sur la banquette. Incapable de te porter plus longtemps. "Allez tous au diable !" Tu maugrées à une clientèle scandalisée.
Qu'est-ce qu'ils viennent encore te faire chier ? T'as déjà assez de préoccupations comme ça. Qu'ils te foutent la paix, toi et ces problèmes qui te dévorent.

T'as pas réalisé que tu n'es plus assis désormais. En retombant, tu t'es carrément écroulé. A demi conscient, étalé de tout ton long sur ce banc. Des mains fouillent tes poches, tu ne bouges pas. Ne réalises pas qu'on tire ton téléphone. Probablement pour appeler quelqu'un, pour venir te ramasser. Mais toi, t'es déconnecté. Tu ne sais plus, tu t'en fiches. Tu veux juste dormir. Peut-être même mourir si ça peut t'aider à aller mieux.

gabi le loup




Si ta vie est tracée, dévie! Prends des routes incertaines, trouve des soleils nouveaux. Enfile des semelles de vent, deviens voleur de feu. Défie Dieu comme un fou, refais surface loin des foules. Affine forces et faiblesses, fais de ta vie un poème. Sois ouragan entre rebelles.

Revenir en haut Aller en bas
✦ N°2 #Friendzoned ✦
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     10.05.18 20:44




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Aiden + tenue

À plat ventre sur ton lit, le regard tourné vers l’écran de ton smartphone, tu regardes une vieille série italienne à la con , le genre de truc nul tourné en deux-deux qui raconte l'histoire d'une bande d'ados soit disant rebelle. Le genre de truc qui te permet de poser ton cerveau sur le côté, le genre de truc que tu regardes ... Mais si on te demande dans 1 h ce qu'il s'est passé dans l’épisode précédent, tu pourras à peine répondre parce que t'en a rien à foutre.
Ce soir, tu n'es clairement pas d'humeur à sortir, tu ne veux pas. Aux finales, chaque embrouille te casse ton délire. Puis là, y a rien qui va, tu comprends rien dans ta vie. T'es comme une autruche d'ailleurs, tu ne veux pas comprendre, mais le mal-être reste là ... tu préférés te dire que tu sais pas pourquoi t'es pas bien et t’abrutir devant une série ou te défoncer la gueule à coup de Jack Daniel que de chercher le problème pour le régler ... T'es un lâche.

Et la , alors qu'encore une fois, t'as perdu le file de la scène pour réfléchir, c'est le visage de ton frère qui apparaît sur l’écran alors que le téléphone vibre dans ta main. Tu fronces les sourcilles ... Pourquoi il t'appelle si vous êtes dans la même maison ?
Oui ... parce que pour toi c'est évident que lui aussi est posé dans sa chambre et que tu l'as pas entendu rentré.
Mais la voix que tu entends a l'autre bout du fil, ce n'est pas la sienne. Tu te redresses, lorsque le mec, énervé, te dit de venir rechercher le gars qui fous la merde dans son bar ... Tu clignes des yeux, regarde le vide, tu mets un moment avant d'assimiler ... T'es totalement paumé dans ta tête parce que ça ressemble pas du tout à Aiden de faire ça ... Mais sans hésitation, tu demandes le nom du bar.

Tu n'as pas de caisse ... T'as le permis, mais t'as pas de caisse, donc t'y va en bus. Le plus vite possible, inquiet. T'avais jamais ressentis ça pour ton frère, tu sais ce que ça fait de faire un bad, tu sais que ce n'est pas joli et tu sais aussi très bien le genre de connerie que l'on peut faire avec quelques grammes dans le sang. Ça t’énerve, mais ... tu ne te sens pas du tout en droit de lui dire quoi que ce soit.

Quand t'arrive sur les lieux, tu commences à chercher la tête blonde des yeux, ton regard se balade de manière frénétique, tu cherches a chaque table, demande même au gens, puis quand le serveur te voit , il te regarde trop mal et te désigne ton frère du regard.
....
À ce moment la, t'en crois pas tes yeux, tu le regardes quelques secondes avant de réagir avec des yeux de merlan fris... Ça peut pas être ton frère ça ... C'est pas possible.
Ce mec avec de la gerbe sur les fringues, a moitiez mort ... On dirait toi la, vous n'avez jamais été aussi ressemblant. Tu ne sais pas quoi faire en vrai ... T'es toujours celui qu'on ramasse, jamais celui qui ramasse.
Tu t'assois à côté de lui, pas plus dégoûté que ça par son état, tu le redresses tant bien que mal en le tenant par les épaules.
« Hey, bro ... Tu bois tout seul ? Fallait m'inviter. »
Mauvaise blague ... Très mauvaise blague. Tu soupires calmement, le tirant vers toi.
« T'as un peu foutu la merde donc on va s'en aller, tu peux te lever ? »
Tu te lèves et le tires vers toi, passant son bras autour de tes propres épaules.
Comme t'as l'habitude d’être celui qui paume tout en soirée, tu vérifies que son portable, son porte feuille et ses clés soit toujours dans sa poche.
Le serveur te regarde encore trop mal ... Et ça te vexe.
« Quoi ??? T'as un problème ? C'est toi qui sers non ? Alors assume quand ça déraille. Débile va ... »
Tu provoques encore ... Et t’accélère le pas quand tu vois qu'il s’énerve un peu.
« Ai' plus vite là ... »
On va éviter la baston.
« Elle est ou ta caisse, tu peux me laisser la conduire, je suis sobre ... »
Ouais ... Vaut mieux préciser, de toute façon t'es pas sur qu'il soit vraiment en état de se poser la question.
gabi le loup


►►► Such a funny thing for me to try to explain How I'm feeling and my pride is the one to blame 'Cuz I know I don't understand Just how your love can do what no one else can crazy in love #Daellen
Revenir en haut Aller en bas
dramama ramama ramama hey
More informations ?
En ligne
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     12.05.18 0:35




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Allen + tenue

Si mal. T'es si mal.
Cette fois tu le sais, t'es allongé. Sur cette banquette trop ferme. Ton lit trop moelleux de petit riche trop loin de toi. Pourtant tu pourrais t'endormir là. Ça te va. Tu t'en fiches. Tu pourrais même être par terre sur du carrelage, ça ne changerait rien pour toi.
Du moment que tu peux dormir.
D'ailleurs, tu dors non ?

T'en est pas certain. Mais tu te saisis quand tu sens une main te redresser.
T'agrippant par les épaules. T'ouvres grand les yeux, dans un sursaut, hoquetant et prêt à râler en pensant qu'il s'agit encore de ce serveur qui essaie de te foutre dehors. Mais c'est face à ton identique que tu te retrouves. Et t'as envie de tomber dans ses bras. C'est d'ailleurs ce que tu fais. Tu laisses ton visage s'écraser contre son cou. "Bro..." Tu grommelles dans un soupire bien trop heureux de voir ce visage familier.
Tu veux qu'il te sauve. Qu'il claque des doigts et fasse disparaître ta nausée, ton état apathique si insupportable à endurer.
Sois magicien Allen.

Il te parle mais tu ne parviens pas à écouter. Les mots se bousculent dans tes oreilles, arrivent jusqu'à ton cerveau dans le désordre. Ils sonnent comme des échos lointains et tu souris stupidement. Tu ricanes même.
C'est la situation que tu trouves drôle. T'as presque l'impression d'être dans un rêve ou une mauvaise blague. Toi couverts de vomi, ivres dans un bar. Lui qui court à ta rescousse. Tu la connais très bien cette scène, mais tu n'as jamais joué ce rôle avant.
Acroire que vous avez échangez vos âmes et que ton corps s'est retrouvé avec celle de ton jumeau. "Casa.. Ramène moi à la maison." Tu demandes, implorant. T'as besoin qu'il te soulage de ce poids, ce mal être. Tu veux retrouver ton environnement.

Il te force à te relever et tu titubes, prenant appuis sur lui pour parvenir à rester debout et avancer tant bien que mal.
Il te fouille et à nouveau tu t'écroules sur lui. Tu le laisses supporter ton poids tandis que ton visage à retrouvé refuge dans le creux de son épaule. T'y frottes ton front comme si ça allait pouvoir effacer ton mal de crâne. Gémissant comme un enfant boudeur.
Et puis il te fait reprendre la marche. Tu relèves la tête et ton regard croise celui du serveur. Celui, ou ceux. Parce que t'as l'impression qu'il a deux paires d'yeux. Quatre iris qui te fusillent. Et ça, ça t'énerve. Lui le con coupable, il te fait encore passer pour un trouble fête. T'as envie d'aller lui casser sa petite gueule prétentieuse, l'insulter de petit personnel. Pauvre garçon de bar, si bas dans les rangs de la société. D'où se permet-il de juger l'élite de la ville ?
Tu fais un pas vers lui, maladroit. Ton corps a envie de se jeter à sa gorge. Mais ton frère te tiens bien trop fermement que pour que tu n'y parviennes.
D'un doigt accusateur tu le pointes. "Figlio di puttana!" Tu lui lances de ta voix brisée par l'ivresse. T'as l'impression d'hurler clairement mais tes mots sont mâchés. Aussi flous que ta vision. T'as perdu toute ton éloquence.
Allen te tire hors du bar en vitesse. Avant que ça ne dégénère trop. Pourtant toi ça t'aurais plus. Tu te sens pousser des ailes, t'es persuadé que t'aurais pu gagner la guerre. Mais tu ne réalises pas que, sans le soutien de ton jumeau, tu serais déjà par terre, incapable de te tenir toi même sur tes jambes de coton.

Tu ne laisses jamais ta voiture à ta moitié. Tu l'aimes, mais tu ne lui fais pas confiance avec ton précieux volant entre les mains. Parce que ta caisse, c'est ton bébé, ton trésor. Elle est belle, luxueuse, à ton image. Elle fait des envieux et t'aimes être vu comme son propriétaire.
Mais ce soir, t'as plus les neurones pour réfléchir à ça, à l'éventualité qu'il pourrait l'abimer. Tu réponds juste machinalement. "'bout de la rue." De toute façon elle est reconnaissable, surtout dans ce quartier.  Dans le coin, il n'y en a qu'une de Maclaren et c'est la tienne.  
Vous la trouvez facilement et t'es bien trop soulagé de sentir l'odeur de ton cuir. Il est mélangé aux résidus de ton parfum. C'est ta signature qui flotte dans cet habitacle. C'est familier. Enfin, quelque chose qui te conforte dans ton malaise.
Tu te loves sur le siège passager, sans penser au fait que tu es couvert de vomi et que demain, tu te demanderas sûrement pourquoi l'odeur de ta caisse à changé pour cet arôme si déplaisant.

Le trajet est difficile, les mouvements titillent ta nausée.
T'as du mal à te retenir et pourtant, t'y arrives. Mais une fois chez toi, tu trouves la force de courir jusqu'à tes toilettes pour t'effondrer devant. T'y vides tout ce qui pouvait encore rester dans ton estomac. Ça te brûle la gorge et tu t'effondres, le visage sur la cuvette, presque à bout de souffle.
Putain il faut vraiment que tu te sortes de cet état. Tu ne le supportes pas.
Tu ne comprends plus rien, tu te sens perdu dans ta propre peau. Tu suffoques.

Mais Allen est là.
Nerveusement tu laisses tomber ta veste en jeans, puis t'essaies d'enlever ton t-shirt avec des gestes frénétiques. Mais ça coince, t'arrives à peine à enlever une manche. Tu te tournes vers ton frère le visage suppliant. "Aiutami... Aide moi." Tu murmures en désespoir, tes langues se bousculant dans ton cerveau. Tu veux quitter ces fringues puantes. T'as besoin d'une douche pour te remettre les idées en place. Mais t'y arriveras pas seul, ça t'en as bien conscience. "Sors moi de là. C'est insupportable. Non ce la faccio più" T'en chialerais presque.
Lui est trop habitué à cette condition, il doit savoir quoi faire pour te faire aller mieux. Tous tes espoirs reposent donc sur ses épaules. Ce soir, t'es dépendant de lui comme un enfant peut l'être de sa mère.
gabi le loup




Si ta vie est tracée, dévie! Prends des routes incertaines, trouve des soleils nouveaux. Enfile des semelles de vent, deviens voleur de feu. Défie Dieu comme un fou, refais surface loin des foules. Affine forces et faiblesses, fais de ta vie un poème. Sois ouragan entre rebelles.

Revenir en haut Aller en bas
✦ N°2 #Friendzoned ✦
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     15.05.18 0:07




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Aiden + tenue

Tu le tires jusqu'à sa voiture, dans ta tête, c'est n'importe quoi. Pourquoi il est dans cet état ? Tu t'inquiètes tellement, qu'est ce qui a bien pu blesser ta moitié au point de le pousser à se mettre dans cet état ? Ce serait le mariage ? Pourquoi ne pas t'en avoir parlé avant ? Tu le tiens contre toi, tu le sens se presser contre toi, se tenir à toi, pour une fois, c’est toi qui lui portes secours et il s'accroche comme à une bouée de sauvetage, sa tête dans ton cou, tu le prendrais bien dans tes bras pour le consoler mais ayant tellement souvent été à sa place, tu sais que ça sers à rien.
Tu conduis jamais sa caisse, mais t'es un bon conducteur, t'as confiance en toi.
Tu sens qu'il a sali tes vêtements et cela ne te dégoûte pas, ne t’énerve même pas ... Tout ce que tu veux, c'est qu'il aille bien.

Arrivé à bon port, t'as essayé de faire au plus vite, sans un mot, tu réfléchissais, inquiet. À la seconde ou tu ouvre la porte, la tête blonde détale devant toi vers les toilettes. Et a ce moment la , tu ne sais pas pourquoi , non t'as aucune idée de pourquoi , mais tu te sens coupable ... Pourquoi il est comme ça, il avait peut-être besoin de toi, mais tu ne l'avais pas remarqué ? Il avait peut-être besoin qu'on l’écoute ? Peut ètre que c'est de ta faute ? à cause de ton attitude aussi qu'il est comme ça ? Il n'aurait pas dû boire seul , tu aurais pu l'accompagner ...
Tu le suis pour t'assurer qu'il ne lui arrive rien , qu'il ne tombe pas ou pire , tu ressens tellement de compassion , tu voudrais prendre tout son mal pour l'en débarrasser.

Lorsque tu le vois galérer, tu te précipites pour l'aider, le pauvre.
« hey , Ai' , reste calme , tu vas te faire mal »
Délicatement, le plus doux du monde, tu l'aides à retirer son haut, le jetant plus loin. Tu le regardes ensuite dans les yeux, et ça te fait mal de le voir comme ça, le regard tellement embrumé, les trait tiré, les cheveux en pagaille. Tu glisses ta main dans ses cheveux pour les écartés de son visage, tu vois la sueur sur son front, il doit avoir tellement chaud. Tu soupires un coup.
« Ça va pas ? Je veux dire ... Je vois que ça va pas et je vais t'aider a ce que ça aille mieux ... je veux dire, c'est la première fois que je te vois dans un état pareil ... Il y a une raison ? »
Tu sembles tellement attentionné. Tellement doux, tellement bienveillant. Pourtant, tu devrais en profiter, lui gueuler dessus pour te venger, le faire culpabiliser, lui faire ressentir tout ce que lui te fait ressentir quand les rôles sont inversés. Mais tu sais à quel point ce n'est pas agréable. Et surtout, tu ne veux pas qu'il te voie comme un ennemi, tu veux vraiment l'aider.
« ça va aller, je suis là ... »
Tu tire la chasse, abaisse la lunette des toilette pour fermé la cuvette et le fait s’asseoir dessus. Tu t’accroupis ensuite devant lui pour lui retirer ses chaussures.
« Tu vas prendre une douche d'abord, tu te sentiras plus léger. »
une fois que tu lui as retiré ses chausseurs , tu te redresses et te diriges vers la douche pour y faire couler de l'eau a la bonne température.
« Ça va aller pour te déshabiller ? Sinon je t'aide »
Tu l'as déjà vu nu ... C'est pas un tabou , c'est ton frère.
Tu vas vers lui pour l'aider.
« tiens toi a moi pour ne pas tomber »
Tu le tenais fermement... Tu voyais la douleur sur son visage, la douche lui ferais du bien.
« Allez, vas-y, je reste la, je vais juste aller te chercher des vêtements propres et me changer. »
Lorsqu'il est sous la douche, tu t’exécutes, en vitesse, tu te changes, un autre training et un t-shirt. Et tu reviens avec des vêtements bien plus confortable pour lui, attendant qu'il ait fini.
gabi le loup


►►► Such a funny thing for me to try to explain How I'm feeling and my pride is the one to blame 'Cuz I know I don't understand Just how your love can do what no one else can crazy in love #Daellen
Revenir en haut Aller en bas
dramama ramama ramama hey
More informations ?
En ligne
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     17.05.18 10:53




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Allen + tenue

Pour une fois c'est toi qui fais empester la salle de bain. Toi habitué à l'embaumer de tes crèmes et parfums trop couteux, t'y fais régner une odeur écœurante de restes de repas digérés. Ou tout du moins en partie, puisque tu rejettes principalement de la bile et de l'alcool brûlant prenant le contre sens. Ton estomac peu rempli a eu vite fait de vider la totalité de son contenu lorsque tu étais encore au bar. Vomi laissé en offrande au serveur. Dans le fond si tu étais capable de réfléchir, tu aurais probablement compris la nature de son regard noir.  

Tout dans ton environnement est devenu désagréable. Tu blâmerais n'importe quoi, jusqu'au carrelage de ta salle de bain douloureux sous tes genoux, pour justifier que tu te sentes si mal. Même tes vêtements deviennent de trop, te collant à la peau. Sales, puants, étouffants. Tu ne veux plus rien pour entraver tes mouvements. T'as besoin de respirer et d'aller te laver.
Tu les retires à la façon d'un enfant dans sa première année. Encore incapable de diriger ses mouvements, qui s'emmêle dans les gestes les plus simples.
Heureusement que tu n'as plus la capacité mentale de ressentir de la honte lorsque tu demandes désespérément de l'aide dans une tâche aussi évidente.
Ton frère prend soin de toi avec toute la délicatesse du monde. Tu devrais rougir de le voir aussi attentionné à ton égard, conscients que tu ne le mérites pas. Toi qui le ramènes toujours à la maison en le trainant par la peau des fesses, qui lui crie dessus et le critique.
Il doit vraiment avoir meilleur fond que toi pour ne pas t'en tenir rigueur dans une telle situation. Il serait tellement simple pour lui de te faire payer tes mauvais traitements pourtant. De te renvoyer l'ascenseur.

Ses questions arrivent difficilement à t'atteindre. Tu les entends comme un écho lointain, n'en saisissant que la moitié. "Non del tutto" tu murmures en secouant la tête. Non, ça va pas du tout. T'as perdu pied et c'est insupportable. T'agonises, dévoré par l'envie de pouvoir retourner en arrière.
Si il y'a une raison à ton ivresse ? Bien évidemment...
Tu n'es pas le genre de gars qui s'arrête seul dans un bar pour se mettre la tête à l'envers par plaisir. Une raison... Des raisons plutôt. Mais tu restes silencieux. Tu n'arrives déjà pas à les formuler clairement dans ta tête, alors comment les sortir de vive voix ?

Tu le laisses t'aider à te dévêtir, comme un pantin inanimé. Puis tu peines à retirer ton jeans seul. T'as peur d'oublier une cheville et de te casser la gueule. Alors t'essaies d'être aussi consciencieux que possible dans cet état. Tu le fais glisser au loin sur le sol, pour être certain qu'il est bien retiré. On est jamais trop prudent après tout...
Arrivé sous la douche, tu prends appuis contre le mur. Mais une fois Allen parti tu ne tardes pas à te retrouver à nouveau au sol. Cédant sous la poids de ton corps, tu t'assieds. Si assoiffé que tu lèves le visage vers ton large pommeau en pluie, bouche ouverte pour t'abreuver de cette eau chaude que tu ne devrais pas boire. Mais t'es trop déshydraté pour y résister. L'alcool a transformé ta gorge en désert.  

Lorsqu'il revient, tu es occupé à tenir ton front douloureux dans les mains.  Tu regrettes. "Pourquoi j'ai..." Bu autant ? Oui pourquoi tu t'es pas arrêté avant le verre de trop comme d'habitude ? Celui qui déclenche la catastrophe. L'ivresse tu connais. Mais ça... c'est d'un autre niveau. Le niveau dangereux. T'as oublié de t'arrêter au 'juste assez' et t'as sombré dans le 'trop tard'.
Tu poses la question stupidement, parce que ton frère n'aura clairement pas la réponse. Si toi même tu ne sais pas, comment pourrait-il ? D'autant plus qu'il faudrait déjà qu'il arrive à comprendre ton discours inintelligible et dont la moitié des mots restent coincés dans ta gorge. T'as pourtant l'impression de les prononcer... Inconscient du fait que tu ne fais que pousser des grommellements à peine audible et bouffés dans ton manque d'articulation.  
"Je... " Tu as craqué ce soir. Tu as cédé. Toi qui encaisses pourtant toujours tout. " Et j'ai..." T'as noyé ton chagrin dans une enfilade de verres. "J'avais..." Besoin. " D'oublier." Juste pour une fois. "Ce soir." Que ta vie c'est de la merde. Que tu n'arrives plus à l'aimer cette routine que tant admire. Prétendre n'est plus aussi simple qu'avant. Ta fierté ne suffit plus à te donner de l'élan.

Tu soupires. T'as pas l'impression qu'elle t'aide beaucoup cette douche. Certes, elle est agréable, mais tu ne sens pas tes idées s'éclaircir. Au contraire, tu te sens bercé vers un abrutissement plus profond... Alors tu te relèves péniblement, t'appuyant contre le mur pour parvenir à te hisser à nouveau sur tes deux jambes. Puis tu prends une grande inspiration en tâtonnant pour saisir le mitigeur et que tu tires entièrement du côté froid. Tu fermes les yeux en anticipant le changement brutal de température. T'infligeant seul cette torture de choc thermique que tu as l'habitude d'utiliser sur ton frère pour le tirer de cet état léthargique et abruti.
Ton échine reçoit le choc dans un sursaut. Ton corps a envie de reculer, de fuir le jet d'eau. Mais tu restes, la main crispée sur ce robinet. Tu te forces à encaisser, te punissant seul de ton excès.
Finalement après de longues secondes, t'en as assez et tu coupes la douche, grelottant.
T'es franchement pas certain d'aller mieux... Y'a toujours autant de brume dans ta tête mais tu sembles avoir retrouvé un peu d'énergie grâce à ce coup de fouet.
Tu titubes hors de la cabine, attrape maladroitement ton peignoir resté ce matin au crochet pour l'enfiler sur ton corps ruisselant.
Sans t'arrêter, tu traines les pieds jusqu'au salon et t'affales dans ton canapé. Sans te soucier de le tremper puisque tu es loin d'être séché.

Bien évidemment, ton frère te suit, gardant un oeil sur toi. Tu tournes doucement la tête dans sa direction. "Merci." Tu marmonnes, réalisant qu'il t'a tiré d'une sale situation tout à l'heure dans ce bar, et qu'il reste à tes côtés pour t'aider. Tu sais que tu dois lui être reconnaissant. Ce soir il prouve à quel point il tient à toi en faisant preuve d'un soutient irréprochable. Ça te confirme à quel point tu ne pourrais pas vivre sans lui même si il te rend souvent dingue. Il est bel et bien ta moitié. Et si tu as généralement l'impression que c'est lui qui a besoin de toi, un jour comme celui-ci démontre que l'inverse est tout aussi vrai.
"Le mariage... j'ai craqué à cause du mariage... Je... C'est trop. Réel." Oui, il est devenu si proche que tu as l'impression de d'être pris une gifle dans la gueule récemment. Avant, t'arrivais à garder le contexte abstrait, comme un mauvais rêve dont tu allais pouvoir te débarrasser avant d'arriver à sa fin. Mais t'as pris conscience que y'a pas de réveil possible. T'es dans bien dans la réalité et la date approche dangereusement. Tu n'y échapperas pas. Dans peu de temps tu seras bel et bien un mari. "Je crois que j'ai jamais cru que ça arriverait vraiment." Tu retrouves doucement tes capacités à formuler des phrases et t'exprimer. "Et y'a... pas... que ça." Non, ton ivresse à bien été causée par un pluriel de raison. "Al...je... mh" T'aimerais tout lui dire, mais tes yeux se détournent en honte et ta bouche se referme. Comment avouer ?

gabi le loup




Si ta vie est tracée, dévie! Prends des routes incertaines, trouve des soleils nouveaux. Enfile des semelles de vent, deviens voleur de feu. Défie Dieu comme un fou, refais surface loin des foules. Affine forces et faiblesses, fais de ta vie un poème. Sois ouragan entre rebelles.

Revenir en haut Aller en bas
✦ N°2 #Friendzoned ✦
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     18.05.18 1:13




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Aiden + tenue

Dans ta tête, c'est la panique totale, tu ne sais pas quoi faire, quoi dire, t'es pas prêt, votre dernière dispute t'avais tellement marquée, tu ne voulais pas que ça recommence et surtout, tu te sentais presque dans le besoin de l'aider, t'avais besoin de t'occuper de lui pour t'assurer qu'il ait bien, qu'il aie mieux. Tu n'es pas comme lui, pas du tout. Tu penses aux causes et pas aux conséquences. De ce fait, tu veux comprendre, trouver le problème et être là pour le soutenir.
Lorsque tu reviens, cette image t'arrache le cœur, ton frère, ta moitié, ton double presque identique se trouve recroquevillé sur lui-même, sous l'eau qui lui coule dessus, il a l’air de souffrir tellement et tu ne peux qu'imagine l’état dans lequel il doit se trouver à l’intérieur ... Tu l'as tellement vécu. Tu soupires, posant ses vêtements sur le côté, tu essaies de l’écouter du mieux que tu le peux, mais au travers du bruit du jet d'eau s’écrasant en permanence sur sa peau, tu n'entend rien, que des plainte, il marmonne sa douleur timidement.
Le visage déformé par l’inquiétude, tu tentes un mouvement lorsqu'il essaie de se relever, mais tu le laisses faire.

D'un coup, sans que tu n'aies pu l'anticiper, Aiden s'inflige à lui-même cette fameuse douche froide que tu détestes tant, celle qui te traumatise presque désormais. Il te l'a tellement fait subir ... Certes, c'est une solution, mais t'es tellement le mieux placé pour savoir que le choc est très douloureux, le corps qui se glace, on a l'impression que le sang ne circule plus, comme un coup de fouet tailladant dans le dos, la respiration qui s’arrête ... Tu fronces les sourcils, compatissant. Il est fou ...
«Tu vas tomber malade ... »
Ce n'est pas vraiment un reproche , de toute façon t'as pas l'impression que ce soit vraiment ce qui l'inquiète pour le moment.

Tu le suis ensuite , son corps trempé et gelé enroulé dans son peignoir, au passage, tu attrapes une serviette pour ses cheveux. Il te remercie, mais t'as pas l'impression d'avoir fait grand chose.
Tu viens t’asseoir près de lui , posant la serviette sur sa tête pour éponger sa tignasse.
Les mots glisse sur ses lèvres, et ta petit coeur se serre un peu plus. Tu savais que ce mariage n'arrangeait rien , mais tu n'aurais jamais deviné que ce serait a ce point là. Tu glisses ta main chaude dans la sienne , pour la tenir , pour démontrer par un contact que tu es là , attentif ! C'est rare ce genre de moment entre vous, mais t'es la pour lui.
« Je savais que ça te faisais du mal, t'aurais du me demander de venir avec toi , on aurait parlé ... On peut repousser le truc ... Je sais pas. »
Encore ta grande naïveté qui ressort...
« Aiden ... des fois je me dis que ça aurait du tomber sur moi ... »
Oui, c'est vrai, plus d'une fois tu l'as pensé, que tu serais près à te sacrifier pour lui, que tu serais près à lier ta vie a celle de quelqu'un que tu n'aimes pas forcement ,juste pour que lui puisse trouver la bonne personne et vivre heureux ... Il avait déjà toujours tout eu et tu étais près à lui donner aveuglement ta liberté.
Ya pas que ça ? Tu fronces un peu plus les sourcilles , intrigué, toujours un peu plus inquiet ... Qu'est-ce qui pouvais bien mettre ton frère si droit dans un pareil état ? Il hésite, il béguai quelques mots. , tu ressers sa main dans la tienne pour démontrer ton soutien.
« Ai ' , tu sais que tu peux tout me dire, je suis la pour ça .... »
Si tu ne connaissais pas le problème, tu ne pourrais pas l'aider.
« Parle-moi, dit moi ce qui ne va pas ... il c'est passé quoi ? »

gabi le loup


►►► Such a funny thing for me to try to explain How I'm feeling and my pride is the one to blame 'Cuz I know I don't understand Just how your love can do what no one else can crazy in love #Daellen
Revenir en haut Aller en bas
dramama ramama ramama hey
More informations ?
En ligne
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     18.05.18 23:29




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Allen + tenue

Tu te sens profondément coupable de voir ton frère prendre si bien soin de toi. Rongé par les choses que tu sais, et que lui ignore. Par l'attitude exécrable que tu as l'habitude d'adopter avec lui et qui te rends si peu méritant de son affection. Toi qui soupires de ses moindres actions, qui regardes d'un mauvais oeil chacun de ses gestes. Tu passes ton temps à le juger, à lui faire comprendre combien son comportement te déçoit.
Non, tu n'es pas une bonne personne. Dans le fond t'en es conscient; Tu aimes mal les autres.
Tu les juges au lieu de leur offrir un amour inconditionnel.
Pourtant c'est ta nature et tu sais bien que tu ne peux pas lutter contre.
Ce n'est pas une introspection soudaine sur ta personne, menée à bien par l'ivresse, qui va te changer. Demain t'auras déjà oublié cette pensée. Tu redeviendras insouciant et inconscient de ton aigreur.

T'es penaud lorsqu'il passe la serviette dans tes cheveux, comme on frotte un chiot sorti d'un lac. L'attention te procure une sensation qui te divise. Elle renforce ton remords, mais te procure satisfaction. Satisfaction de sentir quelqu'un d'autre prendre soin de toi. Pour changer...  
Être dorloté est une chose dont tu n'as pas l'habitude. Tout simplement parce que tu n'en laisses l'opportunité à personne. Toi, le prince caché derrière son mur de pierre. Tu t'y crois à l'abri des sentiments dangereux, ceux qui pourraient finir par t'ébrécher en te faisant du mal. Pourtant c'est loin d'être le cas et tu le réalises de plus en plus.
Ils sont bel et bien la source de ton lourd aveux. Celui qui t'a tenu la main jusqu'à te mettre dans cet état. T'as démarré à cause d'une fiancée, poursuivi à cause de tes confusions. Cocktail d'émotions, si condensé que t'en as vomi tes tripes.

Tu confies le premier chapitre de tes troubles. Ils sortent sans difficulté de ta bouche, ces mots que tu as pourtant toujours tant de mal à laisser s'échapper. L'alcool délie ta langue avec peut-être trop d'aisance.  
Tu sens la main de ton frère prendre la tienne. Il devient ton pilier, t'aide à rester encré encore un peu dans la réalité. Toi qui perds pieds et dont la vision ne cesse de se brouiller. "Repousser." Tu répètes en ricanant, parce que tu trouves presque ça drôle. C'est si optimiste... Il ne dit ça que pour te consoler, mais ce n'est rien de plus qu'une utopie. " Bien s..ûr que ça allait être moi Allen. J'ai ja...mais eu les couilles de répondre aux pa...parents. De m'libérer. Bien sûr que c'était pour moi..." T'es la vitrine de tes parents. Ton jumeau, ce n'est que le mannequin qu'on garde en réserve et qu'on préfère éviter de sortir. Et tu leurs en veux, à tes parents, de ne pas voir ses qualités, de ne pas l'aimer malgré son état sauvage.
Mais après tout, si ne pas être aimé le sauve de toutes ces obligations, alors il est probablement mieux ainsi.

Tu serres sa main comme si t'avais peur. Peur d'être seul, peur d'avouer le chapitre deux. Tu sais que devrais garder cette partie privée, mais ton ivresse te donne envie de vider l'entièreté de ton sac. Elle te rend bavard. Irréfléchi.
De toute façon t'as renoncé à ton sens des responsabilités à l'instant même où t'as pris le verre de trop.  
Pour ne rien arranger, l'invitation de ton frère à te livrer rend l'envie de parler plus qu'irrésistible.  
Tu prends une inspiration pour te donner du courage, puis te laisse tomber, le visage contre son épaule. "Je suis plus puceau Allen..." Tu te doutes que cette nouvelle va le réjouir, voir l'amuser et surtout le surprendre. Cependant tu ne lui en laisses pas vraiment le temps puisque tu enchaines sur l'identité de la personne qui a volé ta virginité "C'est Hyun Jun." T'as avoué bien trop facilement... "Mais il ne se souvient de rien. C'est pour ça que je lui en veux... Et puis... Y'a pas que lui." T'enchaînes ta confession honteuse, incapable de t'arrêter dans ta lancée. "Shin... Shin aussi... Sauf que Shin je... Je crois que je ressens des choses pour lui." Mais t'en sais rien. Tu comprends pas ce que tu ressens à chaque fois que tu le voix, à chaque fois que tu penses un peu trop à lui. Qu'il te manque.
T'as tout déballé sans faire de détour, de façon abrupte. Sans penser au coeur de ton frère. T'es bien au dessus, pour toi ce n'est pas important, tu ne vois pas en quoi ça pourrait lui faire du mal... T'es incapable de prendre conscience du poids de tes mots. Persuadé qu'il sera plutôt ravi que tu te sois libéré...
Pire, t'as tellement l'impression que tout va pour le mieux que tu fermes les yeux, prêt à t'endormir contre lui. Plus léger, maintenant que tu as pu dire ces choses là à haute voix.

gabi le loup




Si ta vie est tracée, dévie! Prends des routes incertaines, trouve des soleils nouveaux. Enfile des semelles de vent, deviens voleur de feu. Défie Dieu comme un fou, refais surface loin des foules. Affine forces et faiblesses, fais de ta vie un poème. Sois ouragan entre rebelles.

Revenir en haut Aller en bas
✦ N°2 #Friendzoned ✦
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     22.05.18 0:17




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Aiden + tenue

Évidemment qu'ils ne t'auraient jamais choisi, t'es jamais celui qu'on choisit ! Ton frère a toutes les qualités recherchées ! Sa façade lui donne tous les atouts nécessaire pour briller en société, et toi, tu sais que t'es le vilain petit canard, celui qui fait honte et qui ne brille pas plus que cela. Le numéro deux , Aiden t'avais surnommer comme ça pour plaisanter, mais il n'imagine même pas à quel point il a raison. Tu poses ta tête sur son épaule pour te resserrer contre lui, tu voulais le câliner à ce moment-là, il n'est pas seul.
« J'aurais du moins faire le con ... Je suis dessolé. »
T'en venait même a t'excuser de ne pas être aimé ... C’était de ta faute si tu n’étais pas un exemple.

Après, tu insistes, sa main se ressert autour de la tienne, tu sens que c'est difficile pour lui, et tu penses à ce moment la que tu ne devrais peut être pas le forcer finalement. Mais c'est trop tard, il articule des mots que tu comprends, la première seconde t'es juste surpris, la seconde d'après t'es tellement choqué. Tu te redresses vivement, ton cœur battant à une allure plus que rapide dans ta cage thoracique. Quoi ? .... Que venait-il de dire ? Hyun Jun ... Ce nom, tu l'entends comme si c’était la pire chose que tu ais jamais entendu de ta vie. Tu veux dire quelque chose, le supplier de te dire que c'est une blague, mais son état te prouve bien que c'est la vérité ... C'est la réalité. Et ça te frappe, comme une lame de fond, ton cœur s'ouvre en deux. Alors comme ça ... Ils avaient couché ensemble, lui et Hyun Jun.
Y a pas que lui .... Tu n'as pas le temps d'y penser un peu plus que la deuxième claque t'arrive en pleine gueule ... Les yeux écarquillés. Il a aussi couché avec Shin ... Ton meilleur ami. Il a des sentiments ? Il croit ? D'un mouvement vif, sec, tu retires ta main de la sienne, tu le regardes gravement, ne sachant pas quoi dire. À ce moment là, tu avais l'impression qu'un millier de fine lame venait de te transpercer. N'était-ce pas evident pour tout le monde sauf pour toi ? Hyun Jun ... Tu l'aimes ! Personne le dit , personne le voit parce que tu refuses de le voir, mais la, ça te semble évident. Ça te semble évident parce qu'en l'espace de quelques secondes, ton frère venait de briser quelque chose. Tu te sens seul d'un coup, plus seul que jamais, trahis et abandonné ... Il savait, Aiden savait quel genre de relation tu avais avec lui et pourtant cela ne l'a pas retenu ... Est ce que tu avais envie de partager ça avec lui ? Pas du tout. Tu te sentais comme s'il t'avait volé quelque chose de précieux, comme s'il t'avait pris quelque chose qui n'appartenait qu'à toi. Ton cœur se broie à l'intérieur et tu as l'impression de ne plus pouvoir respirer.
« ha ... je ... euh ... Attends, c'est ... T'es sérieux ? Mais ... pourquoi enfin .... »
au fur et à mesure de tes paroles, tes yeux s’embrumaient petit à petit, brillant, la voix se brisant. Tu ne savais pas quoi dire, le choc était trop intense, trop difficile.
Il avait couché avec ton meilleur ami et ton crush inavoué. D'un mouvement lent, le regard fuyant, tu t’éloignes de lui petit à petit, la colère naissante, la respiration qui accélère. Essoufflé de douleur.
« Non, je ne veux pas savoir dit rien ... »
Ta voix est froide, sèche, t'as tellement mal que d'un coup, tes larmes glisse en silence sur tes joues, ça te fait mal, t'as l'impression de mourir. Et dans son état, tu ne sais pas quoi lui dire.
« C'est ça ton problème ? C'est pour ça que tu te bourres la gueule au point de gerber sur les gens ? »
Là tu lui reproches ... Parce qu'au final t'es aussi égoïste que lui. Tu compatis plus... il a fait la pire chose qu'il pouvait te faire, tu te mets à pleurer, tu veux lui hurler dessus, mais tu te contentes d’essuyer ton visage avec tes doigts.
«... Je ne sais pas quoi te dire t'es trop défoncé ... On dirait moi. »
Et ce n'était pas un compliment vu l'estime qu'il avait de toi quand tu es dans cet état.
La solitude était plus que mortel... Tu voulais mourir.
« Tu n'as pas osé ... T'as vraiment pas osé me faire ça ... Tu savais ! Ne me dis pas que tu l'as jamais remarqué ... Et Jun ... Il a pas osé ... Et shin ... Pourquoi vous me faites ça ? Pourquoi ? Je ... S'il te plait, je t'en supplie dit moi que c'est faux , dit moi que tu mens , Aiden tu peux pas ... Pas à moi. Je ... »
Ta voix est étouffée dans un sanglot, de grosse larme dégoulinant désormais sur tes joues.
«je ... Je crois que j'ai aussi des sentiments et ... j'avais peur que ça te blesse, je crois ... Mais toi tu t'en fous , toi tu penses qu'à toi »
Tu te lèves d'un coup , faut que tu marches, t’étouffes, tu veux sortir. Tu as toujours juré que tu serais là pour lui mais là c'est trop pour toi. Tu hausses le ton ...
« Comment t'as pu ? Putain ... En plus, t'es gay ? Ravi de l'apprendre, je pensais être le seul Mongole pas normal de la famille. Je n'en reviens pas ... »
tu glisses tes deux mains sur ton visage, remontant pour attraper ta tignasse et là degager de ton visage. Tu regardes vers le plafond pour tenter de faire arrêter tes larmes mais rien n'y fait , tu finis par te laisser tomber assis à l'autre bout du canapé.
«Tu ne peux pas t’empêcher de tout me prendre, c'est vraiment maladif chez toi ... T'as besoin de toujours avoir le monopole de tout ... Tu te prends pour qui ? ... Putain ... Ai' tu pouvais pas me faire ça ... »
Non ... il n'avait pas le droit et tu voulais t’éloigner le plus loin possible d'ici, tu avais la sensation d'agoniser dans ton mal-être.

gabi le loup


►►► Such a funny thing for me to try to explain How I'm feeling and my pride is the one to blame 'Cuz I know I don't understand Just how your love can do what no one else can crazy in love #Daellen
Revenir en haut Aller en bas
dramama ramama ramama hey
More informations ?
En ligne
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     22.05.18 14:39




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Allen + tenue

T'as pas pesé tes mots. Tu pensais te soulager en confiant tes troubles sans penser qu'ils en causeraient à ton frère. Répercussion inattendue. Ton soutient s'échappe et ta tête manque de s'écraser contre le canapé lorsque l'épaule d'Allen se dérobe sous elle. Sa main quitte la tienne.  Tu te retrouves déséquilibré, confus. Tu fronces les sourcils et essayant de le regarder. Il bouge beaucoup, surtout pour tes iris teintées d'alcool. Pourtant il semble toujours assis près de toi. T'arrives pas à te concentrer suffisamment pour lire correctement les traits de son visage et en traduire son émotion. "Qu...Qu'est ce qu'il y'a ?" Tu t'inquiètes face à sa réaction. Qu'est-ce que tu as dis de mal ? Tu ne comprends pas. Tu voudrais qu'il te reprenne dans ses bras pour te consoler. T'empêcher de te sentir si seul dans ton malaise.

T'es ivre mais tu parviens à déceler la brisure dans sa voix. Pourquoi ? Tu te poses la même question que lui. "Comment pourquoi ? Mais je..." Tu sais pas quoi répondre. Parce que t'en avais envie tout simplement ? Parce que le moment vous y a naturellement mené ? Il n'y a pas vraiment de raisons dans le fond. C'est simplement arrivé. Et tu ne comprends pas pourquoi ça semble le blesser.
Il s'éloigne et ça pince ton coeur. T'ouvres la bouche pour tenter de parler, de comprendre. Mais il t'arrête net et tu la refermes sous le choc de cette froideur qui t'abasourdi. T'es dans le flou complet. Aussi bien dans ta vision que dans ton esprit. T'arrives pas à activer suffisamment tes neurones pour les pousser à réfléchir et trouver une explication.
Les mots qu'il t'envoi te figent. Pourquoi cette attaque ? Pourquoi ? Lui qui prenait tant bien soin de toi quelques secondes avant à peine. Pourquoi ce retournement de situation si soudain ?
Sa douceur semble être devenue colère.
Tu tend un bras mou en détresse vers lui, laissant ta main courir sans force contre le canapé. "Al..." Tu murmures, presque suppliant. Tu ne veux pas qu'il te parle comme ça. Tu veux qu'il te rassure, qu'il fasse disparaître ce mal de crâne, cette nausée. Qu'il reste à tes côtés pendant que ton corps évacue ton abus.

Ses sanglots te percent le coeur. Tu sais que c'est de ta faute mais t'arrives toujours pas à mettre le doigt sur la raison. Et puis il avoue, lui aussi. Et t'encaisses. T'es désemparé. Coincé entre la culpabilité et la révolte. Ainsi il aime ton meilleur ami ? La nouvelle te rend perplexe. T'as pas envie de l'accepter. Non. C'est ton meilleur ami, il ne peut pas l'aimer. Pas comme ça. Ta main se crispe sur contre le canapé. Comment avais-tu pu ne jamais le remarquer ? "Tu... Tu l'aimes ?! Hyun Jun ? MON Hyun Jun ?!" Ta voix incrédule oscille entre murmure et cri. Reflet de la dualité qui s'est emparée de tes pensées.
Toi aussi t'as longtemps cru l'aimer, confondant amitié et amour. Désormais tu sais où tu te positionnes, mais ça t'empêche pas d'être jaloux à en crever. Il garde cette place particulière dans ton coeur, celle trop proche de la romance. Et t'as envie de l'avoir tout entier, Jun, même si il ne doit jamais prendre d'autre étiquette que celle de meilleur ami.

Finalement la peine que tu pouvais ressentir en voyant ton frère si désemparé s'évapore. Tu n'es plus qu'outrance face à son flot de paroles. Il te laisse même pas le temps d'y répondre. Ta bouche ne fait que s'ouvrir pour être interrompue. Ton visage se tord de colère, tes sourcils assombrissants ton regard. Ses accusations injustifiées t'atteignent. Comment peut-il te faire autant de reproches ? Te traiter d'égoïste lorsque tu sacrifies ta vie pour lui.
Il se lève et tu tentes de le suivre du regard. Mais ça te fait tourner la tête.
Finalement il marque une pause. Mais tu restes coi. Encore sous le choc, y'a qu'un rictus outré qui s'échappe de tes lèvres. T'as envie de répliquer, mais tu sais même pas par où commencer. Trop de choses ont été dites, trop de choses qui ont pressé sur tous tes boutons, qui ont agités tes nerfs.

Et puis c'est la goutte de trop. Tout lui prendre, avoir le monopole... Il exagère. Tu te demandes si il réalise le prix de ce fichu monopole justement. De quoi se plaint-il dans le fond ? Lui qui est libre et entretenu.
C'est à ton tour de te lever. Moins brusquement que lui, même si t'aurais aimé être aussi dramatique. Déjà t'as été trop vite et tu sens tes jambes trembler, ta tension chuter. Mais tu ne te démontes pas. Tu répliques. Tu veux qu'il réalise la connerie de ses mots. Parce que non, t'avais aucune idée du mal que tu pouvais lui faire, non tu n'avais pas l'intention de tout lui prendre. Tu pensais juste pouvoir te libérer un peu. Vivre selon tes envies. Essayer de t'évader et de te donner durant un court instant l'illusion que tu es maître de tes choix. "Comment j'étais supposé le savoir ça hein ?!" Tu vocifères en titubant jusqu'à lui. "Et puis c'est TA faute. C'est toi qui m'a encouragé à m'envoyer en l'air ce soir là, qui m'a dit que c'était débile que je m'en empêche à cause de Ji Moon et que tu pouvais même m'aider si je voulais. Ben tu vois, pour une fois je t'ai écouté." A ton tour d'accuser. C'est lui le responsable au final. Responsable de son propre malheur. Qu'il en prenne conscience et cesse de te blâmer, il n'a qu'à s'auto-flageller. Toi qui avais enfin décidé d'ôter tes chaînes et commettre un acte considéré comme scandaleux, tu refuses d'en payer si tôt les conséquences. Tu ne veux pas regretter ce bref instant de rebellion. "J'étais mal ce soir là. J'en avais marre de voir tout le monde baiser autour de moi et de pas avoir la moindre idée de ce que ça fait. Et lui, lui il était là. Il est beau, et puis je l'aime. Probablement pas de la même façon que toi. Mais j'ai confiance en lui, je tiens à lui. Alors pour une première fois, ça m'a pas semblé si absurde que ce soit lui. Et pas quelqu'un avec qui j'aurais du me forcer. Comment je pouvais savoir hein ? Et puis merde. Hyun Jun il est à moi." Gamin possessif, colérique. T'agis sans maturité. A croire que, dans ta tête, vous vous disputez un jouet, comme quand vous étiez petits. Tu exprimes tes mots maladroitement, sans les filtrer. "Et Shin... C'est arrivé comme ça. A cause de la pluie. Je crois que j'avais envie de lui depuis qu'on s'était embrassés... J'ai jamais réussi à oublier. Encore moins maintenant. Et j'arrive pas à comprendre. Comment je peux être obsédé par un type qui a tant de défauts. Par un garçon en plus. C'est a force de trainer avec vous, mais je suis pas gay, ça non." Ou t'en sais rien. T'es trop perdu dans ce flot de sentiments, d'attirances confuses que pour savoir. En attendant tu préfères nier.

Tu réalises soudain que des larmes roulent sur tes joues. T'es pris d'un sanglot, toi aussi, et tu t'écroules sur le sol, incapable de te porter plus longtemps. C'était l'adrénaline de la colère qui t'avais porté, mais elle t'a déjà abandonné. T'es pitoyable. "J'ai jamais voulu te faire de mal Al." T'es contradictoire. De l'attaque, tu passes au remord. "J'ai jamais compris que tu l'aimais. J'étais jaloux de te voir le toucher. Mais j'ai pas cru que c'était de l'amour. Juste de l'ivresse." Tu veux qu'il te croit. Ça te fait trop de mal de penser qu'il imagine que tu aies pu le faire exprès, pour le provoquer. Le blesser.
T'attrapes sa jambe et t'enroules autour, tu pleures contre lui. "Je voulais pas te faire de mal. Et j'ai jamais voulu ressentir ces choses là pour Shin non plus. Qu'est ce que je suis supposé faire putain ? Je vais me marier et je pense qu'à lui. Je veux arrêter de penser à lui. Mais je sais pas comment faire. Aide moi. J'ai besoin de toi." Oui, ça te torture de sentir ton coeur balancer pour un homme que tu ne pourras jamais avoir, qui n'est que la promesse de ta perte et ton malheur.
Tu voulais que ton frère t'aide à apaiser ce trouble. Mais il n'a finalement fait que l'amplifier...

gabi le loup




Si ta vie est tracée, dévie! Prends des routes incertaines, trouve des soleils nouveaux. Enfile des semelles de vent, deviens voleur de feu. Défie Dieu comme un fou, refais surface loin des foules. Affine forces et faiblesses, fais de ta vie un poème. Sois ouragan entre rebelles.

Revenir en haut Aller en bas
✦ N°2 #Friendzoned ✦
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)     29.05.18 23:09




I'll wear your skin tonight
featuring. @Bae Aiden + tenue

Son Hyun Jun ... Oui, le siens, à lui. C'est pour ça que t'as jamais voulu l'admettre, t'as même jamais voulu le voir ; tu te voilais la face jusqu'à présent, six pieds sous terre à enfuire ta grosse tête de mule dans un déni complet. Et c’était justement pour ça ... Parce que tu n'avais pas le droit de lui faire ça, pas le droit de faire ça à ton propre frère. Et ta relation avec le plus vieux ... Elle était tout sauf clair. Jamais aucun de vous n'a prétendu appartenir à l'autre mis a part durant vos moments de défonce complets ... Et ça compte pas vraiment, car t'as toujours pensé que t’étais un substitut. Ce qui n'est que confirmé par l'aveu de ton frère. T'as d’ailleurs scandalisé par ce qu'il te dit ... Tu t'en veux tellement pour les sentiments que tu éprouves, mais t'y peux tellement rien. Tu ne sais même pas quoi lui dire.
« Je ne voulais pas ... » l'aimer
Tu renifles ; la colère toujours au bord des lèvres.
« Et toi ? Avec Shin ... MON meilleur ami , pas le tiens ... »
Il se lève, tu le regardes, de haut, de loin ... Tu ne veux pas qu'il t'approche tout à coup, et pourtant, tu le vois dans le mal et t'as ce putain de bon fond qui te crie de l'aider ... Non t'as une fierté.
Et ses mots, aussi dure que les tiens, la joute verbale des frères Bae, on appuie sur les points sensible de l'autre, ça fait mal ... Tellement mal.
C'est de ta faute ... Tu baisses les yeux ! Tu baisses les yeux, car il a raison, la haine, la rage, la tristesse ... C'est de ta faute ! C'est vrai ! Tu te déteste tellement, depuis toujours, t'es une ombre mal en point. Tu te détruis pour attirer l'attention, tu fais le con pour par qu'on te prenne pour un intelligent, pour qu'on attende rien de toi. Et a force d'agir comme ça , t'es devenu celui qu'on méprise. Tu l'as choisi et t'es un beau con d'avoir agis ainsi ... Mais c'est plus fort que toi, tu te détestes tellement. T'as toujours l'aire d'en avoir rien à faire, ce qui te donne une image de mec fort ... Mais t'es un faible Allen ... regarde toi !
Ta voix est brisée, la froideur s’envole, la colère s'estompe, juste la tristesse et tes yeux pour pleurer ne peuvent exprimer ce que tu ressens à ce moment-là ... C'est de ta faute tout ça.
« Mais ... Je ne pensais pas que ce serait avec eux ... »
Ta voix s’essouffle dans un presque soupire, t'en deviens presque calme. Résigné. La gorge nouée, les yeux humides. Tu récoltes ce que tu as semé.
Ses paroles t'assassine encore, encore plus, qu'il se taise, tu ne veux pas entendre ! Ton visage se déforme sous cette tristesse.
Tu te rends compte ... Tu te rends compte que t'es personne, que t'as rien pour toi. T'as toujours été « le frère de... » Ça te tord les tripes ... C'est son Hyun Jun. C'est vrai, tu le savais et ça fait tellement mal. Tu n'es même pas jaloux parce que finalement ... Tu l'as toujours su, mais tu ne voulais pas que ça t’éclate a la tronche ...
Tu ne réponds pas, il te donne des détails que tu ne veux pas entendre ...
Il s'effondre, les larmes coulent sur ses joues et tu te surprends a pensé que c'est bien fait pour lui s'il chiale devant toi ! Sa fierté aura du mal à s'en remettre s'il se souvient de ça demain.
Mais ça te fais mal ... Ta moitié sur le sol. T'as le cœur brisé et pourtant ...
Cela ne t'empêche pas de le regarder de haut , avec ce mépris incrusté sur les traits du visage.
Il a jamais voulu te faire de mal ? N'est ce pourtant pas ce que vous faites depuis toujours ? Vous vous faites souffrir mutuellement, et la, c'est le coup de grâce !
Il n'avait pas compris ... Évidemment, quel abrutis ! Personne avait compris !
« T'es vraiment con ... Pourquoi tu crois que ça se passais toujours quand on était défoncé ? Rien ne me dis que c'était vraiment de moi qu'il voulait ... En temps normal Jun et moi, on se prend la tête tout le temps ... Réfléchis, celui qui devrais être jaloux ce n'est pas toi ... C'est moi ! Mais maintenant t'as eu ce que tu voulais estimer toi heureux ! »
T'es plus agressif, un peu froid mais pas violent. Tu commences à te dire que t'aurais voulu naître avec une autre gueule que la sienne.
Tu sens le visage de ta moitié contre le tissu de ton pantalon ... Que faire ? T'as envie de le dégager pour te venger, qu'il pleures tout seul ! Mais c'est trop dure pour toi, même le cœur brisé tu ne peux te résoudre a le laisser la ... L'enfoiré ! Il aura toujours raison de toi.
Tu restes la a l'écouter et ça te fait encore plus mal ... Enfait, t'as tellement l'impression que tu vas perdre Shin ... Tu ne peux pas rivaliser avec ton frère, c'est ce qui te fait peut êtres le plus de mal. Il a toujours tout eu, et t'as jamais rien pu faire contre ça ... tu te sens tellement inférieur à lui. Tu savais que ça arriverais un jour.
Tu te mords la lèvre, retenant ta respiration saccadée pour tenter de te reprendre, mais les larmes coulaient toujours sur ton visage.
Tu soupires, une grande inspiration douloureuse qui te broie la gorge, le feu te remonte dans l'estomac. T'as mal ...
Tu finis par t’accroupir, tu attrapes ton frère par les épaules et le redresses ... t'as même pas envie de le prendre dans tes bras, tu ne le regardes même pas dans les yeux, tu fais juste ça parce que c'est plus fort que toi et que tu ne peux pas le laisser là ... Mais t'as pas envie d’être là pour lui. T'as même presque une envie ironique d'envoyer un sms à Hyun Jun ... ou même a Shin Sung pour que l'un des deux vienne s'occuper de lui ... t'es du genre à creuser ta propre tombe.
Tu le mènes de nouveau sur le canapé, en silence, seule le bruit de tes reniflements brise la froideur de tes gestes.
Tu ne sais même plus quoi lui dire.
Tu ne le regardes toujours pas ... Tu veux fuir.
« Je ... J'ai jamais voulu que tu ressente ça pour lui non plus ... »
T'es cruelle ... Mais sincère.
« Maintenant ... Tu pourras compter sur lui, estime toi heureux, c'est vraiment un mec génial et je crois que sans lui, j'aurais jamais pu tenir le coup ... »
Tu parlais comme si soudainement, tu faisais le deuil de ta relation avec ton meilleur ami ... Ta gorge se serre un peu plus, tes paroles te blessent toi-même.
«T'as qu'a baiser avec qui tu veux ... On a un truc en commun ... Hyun Jun est aussi ma première fois ... »
La tu voulais lui faire mal ... Tu voulais qu'il se sente comme si le moment qu'il avait vécu avec son meilleur ami ne signifiait rien de plus qu'un déjà-vu, qu'il n'avait pas eu l'exclusivité ... Pourtant tu savais toi-même que cela avait du être bien plus intense qu'avec toi ... Parce que toi t’étais juste trop facile.
Tu soupires encore... Essuyant ton visage ruisselant.
« Lâche moi ... Et va dormir »
gabi le loup


►►► Such a funny thing for me to try to explain How I'm feeling and my pride is the one to blame 'Cuz I know I don't understand Just how your love can do what no one else can crazy in love #Daellen
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
- Sujet : Re: I'll wear your skin tonight (bae-bae)    


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Skin sympa
» (maya) "For tonight, it's just the two of us"
» Skin Trade de George R.R.Martin
» I JUST DIED IN YOUR ARMS TONIGHT
» N lien des skin des perso de Diablo 2