wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     13.05.18 21:36





consultation after consultation.

(( tenue )) Personne n'est au courant, personne ne sait que les pas que je fais actuellement, me mèneront jusqu'au cabinet d'une psychologue, un cabinet où je me rend au minimum une à deux fois par mois, histoire de me vider la tête, histoire de ne pas exploser...
Que se soit mes amis proches ou bien même ma mère - si elle se préoccupe un tant soit peu de ce que je fais - ne savent que je vais mal. Au fond, je réussis à sourire dans la vie de tous les jours, à jouer l'hypocrite qui croque la vie, goûte aux luxures et aux injures. Je ne suis pas une petite martyre mais j'ai des problèmes avec le sens de la vie, de mon utilité sur terre.

Devant la grande porte, j'appuie sur la sonnette "Dr Geum" et j'attends quelques secondes, patiemment, qu'un bip sonore m'annonce que je peux les pousser. L'intérieur est bien plus sombre que le soleil qui tape dans la rue, je glisse mes lunettes solaires dans mon sac et grimpe les escaliers. Je pourrais utiliser l'ascenseur mais l'idée même de me convaincre que je fais ma séance de sport - histoire de bonne conscience - réussit toujours à prendre le pas.

Marche après marche, je poste mes fesses sur les chaises inconfortables de la salle d'attente. Les magasins qui trainent sur la petite table basse au centre ne m'inspirent guère peu, je préfère laisser aller mon imagination devant ce mur blanc à l'augure peu relaxante.
J'ai horreur de l'odeur des hôpitaux, de l'ambiance affolante des commissariats ou de l'air glauque des cimetières. Tout ce qui a plus ou moins de relation avec la mort, ou la misère...
Je sais que mon passé y est énormément pour quelque chose, cette disparition soudaine qui le hante, me hante encore aujourd'hui, même des années plus tard, elle vient me poursuivre dans mes cauchemars. Je n'accepte que très peu la compagnie pendant mon sommeil.
C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai gueulé contre ma mère ce matin, quand je me suis retrouvé avec les pieds puants d'un vagabond recueillit la veille...alors que j'étais nue sous mes couvertures. Je ne suis pas pudique, loin de là, mais je préserve mon corps des yeux indiscrets des inconnus.

Je passe une main dans mes cheveux, les recoiffant alors que je sors mon gloss de mon sac, prête à m'en remettre sur les lèvres alors que j'entends une porte qui s'ouvre et un patient qui s'en va, l'air peiné, les larmes aux yeux...difficile de ne pas comprendre que la séance l'a chamboulé.
Pourquoi en suis-je venu à me retrouver le cul sur une chaise dans ce cabinet, attendant mon tour ? Tout simplement parce que je n'en peux plus, malgré mes amis, mes soirées se heurtent avec la caractéristique de me laisser un peu trop aller. J'ai fait des tatouages sous anesthésie alcoolisée, j'ai couché avec des personnes dont je ne peux même pas me souvenir de leur visage, encore moins de leur noms. Peut-être une fois, peut-être plusieurs...j'ai regretté ses moments d'égarements dans ma jeunesse, aujourd'hui, je fais bien attention à ce qu'on m'arrête avant l'erreur.
Je relève la tête, pleines de pensées diverses, couper dans mon élan d'introspection et lance un large sourire devant la jeune femme qui vient à ma rencontre.

featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     21.05.18 11:55





consultation after consultation.

(( tenue )) La porte qui se poussait lentement, les pas hésitants des patients qui arrivaient pour la première fois dans le cabinet accueillis par une salle d'attente avec les instructions précises mais toujours écrites dans un coréen poli et soigné. Les magazines qui jonchaient la petite table basse au milieu des chaises qui formaient une salle d'attente. Des problèmes. Tout le monde avaient des problèmes dans sa vie. Mais pour certains il s'agissait de problèmes insurmontables seul. En parler autour de lui? Bien sûr cela arrivait, sinon ton cabinet serait plein chaque minutes, mais il y avait aussi ce qu'un ami ne pouvait apporter, le savoir du cerveau humain et l'aide qu'un professionnel pouvait apporter. C'était ton métier, de faire aller mieux les autres.

Peu à peu tu t'étais fait une petite place avec des patients réguliers ou des nouveaux. Toujours était il que tu continuais à prendre plaisir à aider les gens. Les voir dépités en entrant et souriant en repartant. Te parler n'arrangera pas tout dans leur vie, c'est d'ailleurs ce que tu leur expliquais. Ta présence seule ne pouvait les aider qu'à soulager le poids qui pesait sur leurs épaules. Mais faire un effort avec toi, c'était ça le vrai but de ces séances. C'était le moment de se lancer et de faire ce qu'on avait jamais osé, ce qui nous faisait hésiter. Tu étais là pour eux quand ils en avaient besoin, tout ça pour qu'ils puissent passer le cap de leur blocage et faire leur vie sans se soucier de ce qui les clouait au sol.

Tel était ton rôle. Et pourtant l'ironie voulait que tu continuais à piétiner à la même place en repensant au passé. Bien sûr que tu avais tout fait pour passer outre. Auto thérapie, positive, petit exercice. Mais rien ne marchait sûrement parce qu'il te manquait un ingrédient clef. Quelqu'un. Une personne pour t'aider. Ou alors tu ne voulais pas vraiment tout oublier, passer à autre chose. Peut être que le problème venait de toi, des hommes que tu fréquentais, cette barrière que tu mettais pensant que ta vie serait ainsi, rythmée avec le travail, quelques relations passables et ta famille. Ce qui en restait.

Et c'est dans ce cadre particulier que tu évoluais, que tu te donnais corps et âme pour les autres, les humains avec leur tête et les animaux avec tout ce que tu pouvais. Ils avaient toujours été la source de ta tendresse, la source de l'amour que tu avais pu recevoir et donner sans honte. aujourd'hui tu essayais de rendre leur vie meilleure. En fait, si tu n'étais pas si chiante on aurait pu te prendre pour une amoureuse de la vie, une fille gentille et remplie de bons sentiments. Alors qu'il y avait une part d'égoïsme. Connaître les méandres de l'esprit humain, comprendre et analyser. Pour ne plus se faire avoir , pour comprendre ceux qui ont besoin d'être compris et dénoncer ceux qui pourraient faire du mal. Dans une sorte de pouvoir de domination tu voulais reprendre le dessus sur ta vie. Ne laisser personne te rendre faible. Tu étais bien naïve de croire que ce jeu durerait toute ta vie.  

Tu tends ta main pour donner un mouchoir à ce pauvre monsieur qui avait pour habitude de te raconter ses histoires tristes comme pour se vider. Il en avait besoin et tu étais toujours prévenante. Le raccompagnant à la porte tu laissais ta main sur son dos en lui souriant et le consolant une dernière fois. Il te salua pour partir en reprenant ses émotions alors que tu venais à regarder la salle d'attente assez vide. Tes horaires étaient respectées. En croisant le regard de la jeune femme tu te mis à sourire. Tu la connaissais bien maintenant. La faisant alors entrer tu allais te placer derrière ton bureau dans un petit soupire. " Comment ça va aujourd'hui? Il fait beau, les oiseaux chantent .." Riant un peu tu la laisses prendre place alors que tu attendais de ses nouvelles.



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     26.05.18 22:57





consultation after consultation.

(( tenue )) Chaque séances commencent toujours pas des banalités de bases, j'en suis habitué maintenant, depuis le temps que je viens dans ce cabinet, conter mes déboires, pleurer ma peine, exprimer mon dégoût, et chasser ce nuage sombre au-dessus de ma tête. Je ne suis pas la fille la plus à plaindre au monde, mais il y a des gens qui supportent mal la moindre contrariété, se plongeant dans un gouffre qu'ils ont eux-mêmes créé, et élargit. J'en suis pleinement consciente et pourtant, je fais moi-même parti de ses personnes là, ironie du sort.

Je l'ai suivi calmement, pris place sur l'un des fauteuils en face de son bureau et je l'écoute lancer les hostilités. Il n'y a aucune animosité entre nous, je dirais plutôt que je parle du contexte actuel qui pourrait porter sur du négatif. Bien sûr, lorsqu'on vient voir une psychiatre, ce n'est clairement pas parce qu'on pète la forme, et que tout va bien dans notre vie.
Avec un large sourire, je la fixe droit dans les yeux, je n'ai jamais eu peur de soutenir le regard des gens, même les plus néfastes. "En effet, il fait beau, seulement à l'extérieur..." douce métaphore que je lance là...laissant clairement comprendre que le temps n'est pas à mon image d'aujourd'hui.

Je louche un moment sur la fenêtre ensoleillé du bureau, me demandant encore une fois si ma venue ici aura une quelconque utilité et des réponses...j'ai besoin de réponses à des questions plutôt floues. Je ne doute pas de ses compétences, je doute néanmoins des miennes. J'envie les gens qui ont cette facilité à mettre de côté les périodes sombres et révolues de leur vie. Pour ma part, les cauchemars de mon passé me hantent encore aujourd'hui, essentiellement lorsque je ferme les yeux. Mes vices actuels ne sont pas mieux, ils me permettent de m'échapper histoire de quelques heures, quelques jours mais la réalité me revient toujours comme une bombe en pleine face...
"Ce matin, j'ai encore retrouvé un inconnu dans mon lit mais ma mère n'en est toujours pas choqué."

Elle est au courant de mes problèmes avec ma mère, de tous ses vagabonds qui vont et viennent dans notre appartement, comme-ci on était une famille d'accueil, sans même demander mon propre avis. Elle est compatissante, elle ne juge pas, elle m'a même dit une fois que ce n'était pas normal. Et je crois bien que c'est à partir de ce jour que je me suis mise à l'apprécier. Enfin une personne qui partagent mon avis et s'intéresse un minimum à mon histoire. Je ne demande pas qu'on me plaigne, ou qu'on me prenne en pitié, juste une oreille attentive, sans attente, sans demande.

Je frissonne au souvenir de cet homme insipide dont son visage se trouvait à quelques centimètres du mien, comme un pervers nocturne, avec son haleine fétide et sa tignasse broussailleuse. J'ai eu un choc, une remontée acide qui m'a broyé l'estomac - mélangé aux vapeurs d'alcool de la veille -, j'ai poussé un cri, tombant - nue - sur le sol, la couverture encore autour de son corps, j'ai crié au mauvais karma. J'ai couru comme une pucelle rougissante jusqu'à la salle de bain attenante et je me suis effondré dans la douche, au jet glacial, comme une punition divine que je me suis infligée. Je crois que parfois, j'ai une légère tendance sadique envers moi-même.
"J'en viens doucement à vouloir la détester..." je lance cette phrase, sans réellement comprendre le sens, sans réellement d'affirmation d'une volonté quelconque. Je ne sais pas ce que je ressens, ce que je veux. Je suis perdue, et ma présence dans ce bureau devient de plus en plus claire, limpide...je retourne mon visage vers elle et je lui souris.

featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     30.05.18 14:19





consultation after consultation.

(( tenue )) Toutes les personnes étaient différentes mais l'amorce d'une séance était toujours assez évidente. Des mots un peu banaux, des questions qu'on poserait sans se préoccuper de la réponse alors qu'il y avait un intérêt derrière. Elle n'est pas ici pour parler à une amie qui prendrait parti de son côté, rangerait ses idées ou serait influencée par un quelconque attachement. Elle est venue ici pour un but qu'elle doit sûrement encore trouver, pour qu'on l'aide et pour cela tu sais que tu es la bonne personne. Peut être pas la meilleure, mais au moins celle à qui il fallait s'adresser. Prenant une gorgée de café que tu prenais toujours chez ton frère de coeur tu la regardais en annonçant la couleur.

La banalité la plus profonde faisait ressortir chez elle un mal qui la rongeait sans que, peut être, elle ne puisse mettre le doigt dessus. Ce n'était pas sans un haussement de sourcil que tu entendis cette phrase qui t'alarmais. Son moral n'était pas au beau fixe. Tu avouais que la première fois que tu l'avais vu tu avais eu beaucoup de choses à comprendre, à mettre en place afin de la conseiller au mieux, mais maintenant tu semblais la comprendre de mieux en mieux. Croisant les mains tu l'écoutais alors.

"Dis moi donc ce qui assombri ton humeur. " Ce n'était pas étonnant, et tu n'allais pas gâcher la belle métaphore. Mais rien dans tes dires n'étaient imprévisibles puisqu'elle avait l'air d'ors et déjà dans ses pensées. Perdue dans un océan de moments qui faisait de notre vie ce qu'elle était. Une multiplication incessante qui faisait remue ménage, apportant de grands changements comme des petits. Et c'est sûrement ceux ci qu'on oubliait. Ce qu'on pensait qui avait glissé sur notre peau comme une goutte d'eau à peine disparu à peine oublié. Et pourtant.
Une autre goutte s'ajoute à son verre d'eau qui déborde peu à peu. Tu le sais tu le sens, cette jeune femme ne sait pas comment sortir la tête de l'eau. La faire trouver le commencement de toutes ces difficultés est donc primordial alors que tu tentes de t'occuper du présent qui la dérange, pour l'heure du moins.

" Je vais t'avouer que si c'est arrivé une fois elle n'en sera pas choquée par le nombre de fois où cela arrive. " Le problème était dans sa famille. Dans sa vie entourée de sa mère. Une femme au grand coeur, tu n'en doutais pas mais qu'elle te laissait entendre comme une réelle gêne. Et en entendant le témoignage de la jeune fille bien sûr qu'elle était une gêne. Se réveiller avec quelqu'un dans son lit était assez intime pour ne pas désirer d'inconnus qu'on n'avait même pas rencontré la veille complètement bourrée. Passons sur le détail. La situation chez elle devenait gênante, prenante et demandait une solution en plus de l'écouter.

Mais l'action n'était pas en ton pouvoir tu resterais dans tes domaines en essayant de faire changer les choses, comme tu le pouvais. Tu imagines avec un peu de mal et de méconnaissance la scène dès au réveil. C'était compliqué, dur et pénible, assumant une journée entière après cet incident. Tu te doutais de la couleur et du degré d'agacement de ta patiente pour cette journée, pourtant belle. " La discussion ne servant à rien je chercherai la compression par la mimésis. " Où tu partais ? Il ne fallait pas voir le mal directement sinon c'étiat bien trop cruel et bien trop avancé. " Elle ne se réveille pas avec des inconnus non ? Il faut faire comprendre que la même situation lui semble indéfendable. " Encore ici tu doutais de ta technique vu l'énergumène qu'était sa mère. Mais il fallait essayer pour ne pas perdre tout espoir.

Puis plus tu réfléchissais plus la situation devenait critique, car le temps défilait et permettait aux mauvais souvenirs de trouver une place. Ceux ci restant gravés pour ne rien oublier. C'est d'ailleurs avec ce temps , avec ces moments qui ne cessaient de s'accumuler jusqu'à former une barrière étroite entre l'amour et la haine qu'elle lâcha cette bombe. Détester quelqu'un est sûrement l'épreuve la plus compliqué d'une vie. S'en rappeler, l'appeler, peut être même le chercher. La haine faisait que le personnage détester devenait bien trop important. Si l'aveugle rend aveugle, la haine rend stupide. " Détester sa manière de faire ce qu'elle veut ? Détester ce qu'elle est ? Il, y a tant de façon de détester quelqu'un... et aucun d'eux ne laisse l'autre aussi mal que dans l'ignorance. "Ignorer sa mère allait être compliqué mais au moins dormir ne sera pas un fardeau. "Comment tu te sens là bas ?.. Chez toi ? Enfin chez elle ? "

Avais tu un mot à dire de comment vivait ta mère ? Absolument pas, mais tu devais savoir comment toi tu vivais. Ce que tu voulais ce que tu aurais aimé et comment tu voyais la chose.


" "



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     19.07.18 15:46





consultation after consultation.

(( tenue )) Cela fait plusieurs mois que j'ai vaguement discuté avec moi-même, pour arriver à la conclusion que les consultations avec une spécialiste pourrait me faire du bien. Au départ, m'ouvrir à une personne étrangère, bien que je sois sociable, m'a parut bizarre, clairement, l'idée de lui dévoiler ce que je ressens, mes problèmes avec des mots de mon cru ne fut pas évident à faire comme démarche. J'ai passé quelques séances dans le silence le plus complet, seule le cliquetis de son stylo cassait la tranquillité ambiante.

Puis, les semaines se sont écoulées, et la pression, de plus en plus forte, les larmes voulant s'échapper, à contrecœur, j'ai poussé les lourdes portes en bois et me voici, sur cette chaise. Mes souvenirs encore frais, et la détresse encore ancré en moi.

Je relève mon regard vers elle, peu soucieuse de mon état, j'essaie néanmoins ne pas laisser transparaitre mon mal être. Même-si je l'exprime très clairement, l'idée même qu'on puisse le voir sur mon visage me rebute.

L'écoutant attentivement, je lui fais de léger signe de tête, je serre les paupières l'espace de quelques secondes, "Comment tu te sens là bas ?.. Chez toi ? Enfin chez elle ? " avant de réfléchir à une réponse, avec des mots acerbes, je tranche dans le vif.

"Je ne me sens pas à ma place. Chez elle, cela reste chez elle, j'ai juste l'impression de squatter un appartement, comme ses inconnus qui viennent et repartent. Juste profiter du confort et partir aux aurores."


Fébrile ma main vient serré les pans de mon short, le jean rêche m'entaille légèrement les articulations alors que mes ongles fraîchement manucurés se plantent dans la chair de ma cuisse. Je souffre en silence, j'ai toujours fonctionné ainsi. Me rendre faible dans le plus grand secret pour rebondir avec un sourire resplendissant. Un jeu de rôle factice.
Une rétrospection sur ma vie me fait comprendre que je fuis mes problèmes, dans l'alcool, dans la drogue, dans le sex probablement. Je suis perdue et j'attends qu'on m'aide sans le demander, sans avertir...
Peut-être la perspective de ne pas pouvoir compter sur ma mère me fait mal..." peut-être que je me sens abandonné".

Mes mots ont dépassé ma pensée, exprimé tout haut mon ressenti est un phénomène étrange, des sensations diverses qui s'octroient une place dans mon corps, dans mon cœur, j'ai l'impression désagréable qu'on me broie les intestins. Ma gorge se serre, les larmes luttent pour franchir cette barrière, je ne veux pas qu'elle cède, je me retiens, ma gorge me brûle, les mots sont bloqués. Mes ongles relâchent la pression, et ma main vient tirer sur mes cheveux dans un mouvement qui se veut discret, comme-ci je replaçais les mèches derrière mon oreille. Je m'inflige ses douleurs parce que je ne veux pas ressentir celle au plus profond.

Je ne suis pas la plus à plaindre, la plus désespérée ou délaissée, j'ai des amis, une famille bancale, un avenir à protéger, mais je me sens démuni, le chemin est sinueux, ma vue se trouble alors que j'essaie d'entrevoir une part du futur. "Peut-être ai-je tout simplement peur, peur de grandir, peur de vivre."

featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup


don't afraid to grow up
open your eyes ✻ impression of regressing. afraid to grow up. return to innocence. close eyes. to start over. to forget everything. to erase. reset. play again.
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     22.07.18 11:34





consultation after consultation.

(( tenue )) Les gens de cette société te voit souvent comme une femme parlant à des fous. Avoir besoin de se confier à un "spécialiste" c'était le signe d'une grande faiblesse mentale. Et tu te battais contre ces préjugés qui n'étaient ni fondés ni vrais. Ceux qui passaient la porte de ton cabinet étaient des gens tout à fait normaux. Des employés de bureau, des directeurs, des serveurs, tout le monde était le bienvenu parce que chacun avait un bout de sa vie à laisser de côté. A prendre et à "oublier", du moins oublier la pression et la lourdeur qui compose leur vie. Mais parler à une inconnue semble étrange. Si seulement les gens comprenaient que parler à un étranger était cent fois meilleur qu'un ami. Pas d'attache, une objectivité qui permettait d'avancer. Tu soutenais mais toujours avec la vérité, s'il fallait changer tu le disais.

Et tu voyais la détresse venir frapper à ta porte. Tu voyais parfois ces gens brisés d'avoir attendus trop longtemps. Et les larmes s'accumulaient souvent pour finir dans ton bureau. Mais c'était aussi ton métier. Ton rôle. Alors lorsqu'elle entra tu la regardas non sans un sourire avant de la laisser vider ce sac qu'elle transportait.
Tu essayais de comprendre, tu essayais de réfléchir à ce qu'il pourrait la soulager pour régler progressivement le problème mais le départ semblait être la meilleure solution sans pour autant régler le problème en profondeur.

Ta question eut lentement sa réponse comme si tout ce qu'elle avait à sortir était compliqué à dire, un peu de courage, un bon souffle et elle parlait, elle devait sûrement exprimer une chose qu'elle n'avait su dire à sa mère ce qui était un problème. Bien que tu le comprennes.
"Hm... mais ce sentiment tu n'en as jamais parlé à la concernée je me trompe ? Il faut te dire que ... en tant que mère c'est aussi son rôle.. de t'accueillir. "

De l'aider et de faire en sorte que sa propre fille ne ressente pas ce genre de désagrément. Mais chacun avait sa vision, chacun sa vie. Alors que tu notais quelques remarques sur son dossier tu la vis serrer les poings, s'abandonner à une réflexion qui raidissait ses muscles et la rendait nerveuse. Et pourtant c'est à ce moment précis que la plus pure vérité sortit. C'était quand on lâchait prise qu'on voyait réellement les choses. Relevant les yeux sur elle tu hochas la tête.

" Je pense qu'il faut te demander ce que tu attends d'une relation mère-fille. Comment tu voudrais être pour ta fille par exemple. Ou.. qu'est ce que tu aurais aimé faire, partager avec ta mère. " Les relations étaient aussi compliquées que parfois, on ne savait pas ce qu'on attendait, ce qu'on voulait.

Certes le savoir dans une relation familiale, pouvait ne rien changer ,mais un échange entre les deux partis auraient pu aider et tu trouvais cela dommage de détester sa propre mère sans qu'un dialogue n'ait été établi. Pourtant tu étais de celles qui détestait un parent, tu étais de celles qui ne pouvait pardonner. Mais sa dernière phrase te fit légèrement froncer les sourcils en la regardant dans une incompréhension visible. " Pourquoi ça ? Qu'est ce qui te fait dire ça ? "

Il était important de comprendre comment elle se sentait. Quelles étaient ses intentions ou ses pensées;


" "



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     28.07.18 14:45





consultation after consultation.

(( tenue )) Je sens qu'au fond, cette personne est juste là pour m'écouter, m'épauler, parfois me guider, peut-être ai-je d'autres attentes, plus complexes, plus inaccessibles. J'attends de la vie des réponses dont j'ai du mal à déchiffrer les signes, j'attends qu'elle m'ouvre les bras d'une façon plus amicale, sans le moindre effort. Je pourrais crier de toutes mes forces dans la montagne la plus éloignée, cela reviendrait au même que de me taire dans ce foyer bancal.

"Pourquoi ça ? Qu'est ce qui te fait dire ça ?" question bien difficile à trouver réponse. Ou peut-être tout simplement à dire. Y faire face, affronter la réalité, la vérité. Des mots qui font peur. Être adulte signifie beaucoup de défis, beaucoup de choses, d'évènements à affronter. Crainte de reproduire le m^me schéma qu'elle. "Je ne veux pas lui ressembler." Juste une phrases, sans innocence, véridique et injuste. Les enfants ne sont pas toujours obligé de reproduire le schéma de leurs parents, tout dépend de leur volonté, de leur vision de la vie. Mais elle a autant d'influence sur moi pour me faire pleurer intérieurement. Tout en moi clame que je ne lui ressemble pas, mes dires, mes agissements, mon entourage, mes réactions excessives à son comportement et pourtant, en un clin d’œil tout peut basculer. Du jour au lendemain, on peut changer, affronter qui on est vraiment.

"Être adulte signifie devoir faire face aux responsabilités."
Je ne parle pas en énigmes mais je n'en dis pas plus pour autant. Je n'ai jamais réellement su m'exprimer correctement, ouvrir mon cœur, mon âme et mes pensées ne sont jamais chose facile. Même avec mes amis, j'exprime ma dévotion et mon attachement à travers des paroles imbus de froideur et pourtant, je suis toujours là, attaché à eux, à les soutenir, les réconforter. Pourtant, dire "Je t'aime" est une chose bien difficilement à mes yeux, c'est se mettre à nu, se rendre faible.

Je relève la tête, affronte son regard, j'y ressens une douceur, une compréhension, je me sens bien, je n'ai pas l'envie de pleurer comme lorsque j'y pense. Peut-être mon addiction, au sexe, à la drogue et à toutes ses substances qui me font perdre la tête, me déconnecter est simplement dû au simple fait que je ne veux rien affronter.
Je ne suis pas assez forte pour me relever, pour vivre.
"J'ai peur d'être adulte."

J'esquisse un vague sourire, probablement sonne-t-il comme factice, j'essuie une larme invisible et replace mes cheveux à l'arrière de mon oreille. Mes gestes ne sont pas assurés, ils sont tremblant, mal organisés.
"Et vous docteur, êtes-vous heureuse d'être adulte ?"



featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     02.08.18 21:19





consultation after consultation.

(( tenue )) Les gens avaient cette image de la psy qui jugeait tout le monde qui savait la démence qui prenait les patients qui rentraient dans son cabinet et pourtant la vérité était autre. Est ce qu'un médecin pointait du doigt un médecin malade ? Est ce que la vie montrait un si mauvais visage que tout le monde se dévisageait ? Et si tel était le cas pourquoi prendre garde à ce que disait le voisin? Si ce qui vous rendait heureux était chez vous, chez une personne? Pourquoi continuer de voir le regard blessant des gens tant que la compassion en gagnait une.

Afin de l'aider tu devais poser des questions. Des interrogations compliquées où la réflexion était aussi dure que d'avouer à voix haute ce que l'on pensait. Tu le savais, tu n'avais toujours pas passer ce cap de prendre sur toi et parler de tout ce que tu avais gardé pour toi pendant des années. Mais tu voulais croire en eux et croire qu'ils pourront parler et se sentir mieux. Tu prenais tes blessures comme armure mais tu voulais qu'ils se libèrent de ce poids, tu voulais les aider plus encore que tu ne pouvais. Cette phrase lâchée ainsi te donnait une indication claire et précise sur le problème. Tout avait été un problème autour de sa mère et tu venais de comprendre ce qui bloquait complètement. Autre que le manque d'attention qu'elle portait à sa fille , son comportement avait réussi à choqué sa fille au point qu'elle ne souhaite pas devenir comme elle. Une preuve que tout se passait au même endroit. Malheureusement tu ne pouvais pas changer sa mère mais tu pouvais la rassurer. Tu étais la première à comprendre ça. Ne pas vouloir lui ressembler, ne pas avoir un seul de ses traits en toi. " Souvent nos parents sont des modèles qui nous permettent de voir comment se comporter. Mais certains comportements nous horripilent. C'est à ce moment qu'on prend une voie différente. Je suis sûre que tu as ta propre façon de vivre, et si cette peur continue à persister on peut faire un tableau de ta mère avec ce que tu ne voudrais pas hériter et toi, on peut faire aussi des exercices des mises en situation, et voir pour dédramatiser la situation. "

Parfois on extrapole tellement nos ressentis qu'on déforme la personne en exacerbant ses points négatifs. Il faut du recul, sur soi et sur l'autre afin de mieux vivre. Mais il semble que le problème soit un peu plus englobant et regroupe avec une envie de rester dans une époque que tout le monde affectionne. Cette prise de responsabilités qui donne mal au crâne. Tes lèvres s'étirent doucement alors que tu la regardes. Qui aime réellement les responsabilités? Qui veut avoir cette pression? Pourtant personne n'y échappait. " Mais .. ça signifie aussi avoir plus de liberté. Ne pas être responsable c'est quelque chose de très dur psychologiquement, mais on ne s'en rend pas compte parce qu'on a pas grandi. Rien que de dire ça tu es déjà responsable. " Elle portait déjà un fardeau, de quoi avait elle peur ?

D'être adulte. Si sa peur est ainsi, elle doit aller de pair avec sa mère. LE traitement qu'elle a eu avec sa fille et ce qu'elle semble devoir prendre sur ses épaules. Pourtant être adulte ne veut pas dire tendre la main envers tout le monde. Tu lui souris doucement alors qu'elle lâche doucement ses chaînes qui la retenaient. Tu la regardes et tu attends sa question pour y répondre tranquillement, sincèrement et sans hésitation.

"Très, mais pas que.  Je suis adulte et j'ai toujours une part d'enfance, c'est ce que je préfère. J'aide les gens, je peux aussi venir en aide à ceux qui me sont chers. Etre adulte m'a attiré de nombreuses responsabilités mais j'ai l'impression de pouvoir contrôler ma vie. Je suis heureuse en tant qu'adulte, parce que j'ai plus de pouvoir, on m'écoute, ma voix a de l'importance et je lui donne de l'importance. Etre adulte c'est tout et rien à la fois..  "
Comment rassurer quelqu'un qui a peur d'être adulte?
Tu ne savais pas réellement mais tu comptais bien apprendre  à ses côtés.


" "



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     09.08.18 20:46





consultation after consultation.

(( tenue )) Malgré le gros doute qui sommeille en moi, j'écoute attentivement ses paroles, peu sûr d'y trouver une réponse satisfaisante, j'espère au moins en avoir le commencement.
Je ne suis pas foncièrement exigeante mais stagner ainsi dans ma vie m'effraie de plus en plus, je sais que je me contredis avec cette irrésistible envie de ne pas grandir. Mais la perspective de toujours être enchaîner à elle m'effraie bien plus.
Contradictoire et horripilant. Je me donne l'apparence d'une jeune fille bien dans sa peau, dans sa vie, qui profite simplement des plaisirs de la jeunesse, avec parfois voir même un peu trop souvent, des désirs extrêmes bien illégale autant aux yeux de la loi, qu'à ceux de la santé.
Je n'irais pas jusqu'à me dire qu'il faut que j'arrête, j'aime trop ce sentiment de planer, de ne penser à rien, de se sentir libre et insouciante, libérer de ce poids, de ce fardeau qu'est ma famille, libérer de cette peur et de toutes ses questions qui harcèlent mon sommeil.
Les effets dévastateurs de ses doutes sont un conflit permanent avec Morphée.

Dans un sens, ses paroles sont plutôt propices à une vérité que je m'évertue à cacher...le fond du problème ne vient pas d'elle, de ma mère, il vient de moi, parce que je n'ai pas le courage d'affronter cette crainte et que je me laisse bouffer par elle alors que je suis la seule capable de m'en défaire. Tout est plus facile de lui rejeter la faute.
J’acquiesce d'un geste de la tête lorsqu'elle propose de faire un tableau, il y a tellement de chose que je voudrais mettre dedans, très peu d'aspects positifs en ressortent. Je louche sur les feuilles sur son bureau mais ne fait mime de rien, je ne suis peut-être pas encore prête aujourd'hui à attraper ce crayon entre mes doigts.
"Pour sûr qu'il faudra sûrement d'autres exercices." je lance avec un vague sourire amusé. J'essaie d'y mettre une forme d'humour passable, peu enclin à supporter cette ambiance changeante, étouffante de mon désespoir, et nullement envie de voir les larmes dévalées mes joues. Je me suis parfaitement maquiller ce matin, je n'ai pas envie de ruiner ses efforts.

Et j'écoute toujours attentivement ses paroles, le regard fixé dans le sien, cherchant à y déceler une part de mensonge, comme les gens le font si bien autour de moi. Mais elle semble sincère même lorsqu'elle répond à ma question. Dans des paroles brèves mais franches, elle affirment pour me convaincre, qu'être adulte à des bons côtés que je ne voie pas encore. Ceux qui pourront me permettre d'affronter cette réalité et accepter de grandir.
Je lui souris, plus sincèrement, je n'ai pas encore les capacités, ni même l'envie au passage, de grandir, mais elle est réconfortante et elle me parle avec une franchise que j'apprécie. J'ai l'impression presque irréelle de pouvoir lui faire pleinement confiance. Je sais que c'est ridicule étant donner que tous les psychologues sont formés pour donner cette image mais je sens comme une aura différente autour d'elle.

"Vous voudriez bien m'apprendre à grandir ? Je vais sûrement demander beaucoup d'efforts et de patience..." au moins, je suis également franche avec elle. Peut-être que ma demande parait incongrue mais j'ai envie de tenter, et je veux que ce soit elle qui soit près de moi. La place où généralement les mères doivent être.
J'attrape un mouchoir dans la boite traînante sur la table et me mouche non élégamment avec avant de le cacher dans une des poches de mon short.
"Pourquoi certaines personnes ont-elles plus de chance que d'autres ? Pourquoi ont-elles le droit de vivre dans un foyer normal et aimant et pas d'autres ?" Bien sûr, je ne m'attend pas à ce qu'elle est une réponse outre que celle universelle mais poser la question est un brin libérateur et important. ! J'expie tout mes tracas, ne suis-je pas censé être là pour ça ?
Intérieurement, je souris à moi-même. Je m'ouvre un peu, et c'est une victoire qui fut difficile à obtenir...





featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     15.08.18 17:25





consultation after consultation.

(( tenue )) Si tu avais déjà eu peur ? Nombreuses fois. Encore aujourd'hui, tu avais parfois peur que tes patients ne soient pas réceptifs du tout à tes paroles et que tu vises mal, qu'ils ne trouvent pas la paix qu'ils devraient trouver à tes côtés. Ce rôle que tu t'engageais à avoir était à double tranchant et quelqu'un de fragile émotionnellement était toujours stressant. C'était sûrement ce que tu aimais. D'être cette personne importante, qui redonnait espoir lorsqu'on avait touché le fond. Une ironie puissante en sachant que tu n'aimais pas les psy pour en voir un personnellement.
Mais tout le monde était différent et tu devais jouer avec cette barrière changeante en permanence. Tu avais appris les distorsions de l'esprit mais tu n'avais pas appris à être humaine.
Alors face à toi tu savais reconnaître des signes pathologique liés à des problèmes intérieur, tu pouvais même savoir comment les diminués, quelle substance allait les calmer mais tes mots étaient suivis avec soin pour chaque patient.
Tu voulais rester toi, et c'était le plus dérangeant, c'était le plus dur. De rester toi sans froisser les autres, sans les faire fuir. Alors tu t'adaptais, au comportement et aux réponses apportées.

Quelques problèmes enfin dit tu sais qu'elle avancera. Parce qu'elle ne reste pas bloqué à ce stade du silence, où rien n'est accepté, où le problème est coincé, tu et qu'on ne le connait pas. Parce qu'il reste inexistant. Elle a déjà avancé, seule ou accompagnée elle a fait une partie du chemin qui est difficile et éprouvante. Et même s'il lui reste beaucoup à apprendre, à changer, tu es sûre qu'elle peut y arriver. Souriant toujours doucement tu prends une feuille pour lui donner et lui donne un crayon. "Si cet exercice n'est pas possible aujourd'hui alors on peut en faire un autre, tu peux noter tout ce que tu aimerais avoir, ou changer dans ta vie. On va commencer petit et monter ensemble pas à pas d'accord? " Lui souriant chaleureusement tu te redressais dans ton siège.
Mais l'humour semblait lui manquer, elle semblait étouffée dans ton petit cabinet et ce n'était aucunement le but alors tu la pointes du doigt un air malicieux au visage. " Tu peux dessiner si tu veux , mais attention, je ne veux pas voir de pénis comme à la cour de récré.. j'en ai beaucoup trop vu depuis ma scolarisation " Riant tu faisais référence à ce comportement puéril qui avait fait marré bon nombre de personnes.

La sincérité, tu y croyais dur comme fer, cette qualité parfois déprécié était le pilier de toute chose. Prendre le temps d'écouter l'autre, parfois le blesser avec une vérité pour le faire grandir. Mais lui éviter cent souffrances par ce mensonge. Tu prônais cette thérapie et en conséquence tu pouvais affirmer avec aisance ce que tu pensais, laissant cette jeune femme te sonder, chercher en toi ce qui pourrait être faux.
Alors quand tu vois son sourire le tien ne peut que s'agrandir. Cette question, cette réponse, cette conversation tu n'as pas l'impression de stagner au contraire. Et le sentiment le plus plaisant et de sentir que tes propres mots ont un impact positif, qu'ils font avancer la personne. alors à ce moment tu te détends légèrement et tu continues sur ta lancée. Parce qu'il n'y a rien de plus effrayant que de grandir, mais rien de plus humain que de le faire. L'accepter c'était déjà une grande bataille et c'était surtout être prêt à créer son bonheur.

Sa question te stoppe. Elle défait un peu ce sourire sur ton visage avant de te le redonner en plus grand. Elle a donc décidé d'affronter sa peur. Une très belle avancée que tu serais ravie de passer avec elle. " Bien sûr, ça tombe bien j'aime particulièrement la patience et l'effort " Riant doucement tu concluais ce pacte avec elle en réfléchissant à ce que tu pourrais établir afin de l'aider dans ce procédé un peu étonnant.
Mais tu fus coupé dans ta réflexion par cette question qui releva en toi ce sentiment bien enfouis que tu avais su caché jusqu'à maintenant. Ce sentiment d'injustice de colère , qui arrivait après la tristesse latente d'une vie compliquée. Pourquoi certaines personnes n'avaient pas à vivre cet enfer. Pourquoi cette maison devait elle silencieuse ne laissant que les pleurs et les plaintes brisés cette atmosphère lourde ?
Tu t'étais perdue et ce n'est qu'en relevant la tête forgeant un sourire qui n'était plus tellement sincère que tu te repris. "Bonne question.. Pour ma part et en toute honnêteté je n'ai pas la réponse mais ça permet à certains de grandir justement. D'être comme ils sont et préparés à ce que l'avenir peut réserver. Ca peut aussi permettre d'apprécier un peu plus ce qu'on a et ce qu'on construit. " Ta consolation. Ce que tu te répétais. Tu ne serais pas celle que tu étais sans lui. Sans eux qui t'ont brisé au point de te faire presque perdre ce que tu avais de plus précieux : ta vie.
Mais face à cette femme qui se dévoile de plus en plus, qui ose parler sans barrière , tu ne peux que sourire de son effort, soutenant tout les autres qui viendront.


" "



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]    


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Podologue
» * Réglement guilde P.P.P *
» absente raison médicale
» Consultation de l'hérauderie Dauphinoise
» Logistique - Consultation seulement