wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

Aller à la page : Précédent  1, 2
feminist hippie
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     19.08.18 12:34





consultation after consultation.

(( tenue )) Saisissant le crayon, je crispe les doigts dessus, j’entends bien ce qu'elle tient à me faire comprendre par ses paroles encourageantes mais malgré ma bonne volonté, j'ai la vague impression d'avoir du mal à émerger de ce gouffre. Entre acquiescer et s'exécuter, le chemin est long, flou et sinueux.
Le regard fixé sur ses lèvres qui bougent, je me perds dans mes pensées, la famille décomposé que j'ai toujours connu, ce père absent dont je n'en connais pas les origines, cette mère à l'ouest qui ne sait plus faire la différence entre sa fille et ses nouveaux "amis". Et tout le reste qui l'a compose et dont je ne connais personne. Seuls mes amis sont ceux que j'ai pu choisir pour combler ce manque qui m'épuise.
Je sais que ses consultations sont censés apaisé cette douleur lancinante mais j'ai du mal à croire en ses effets bénéfiques. Peut-être parce qu'il est encore trop tôt pour les ressentir...

Je ris légèrement lorsque j'entends sa pointe d'humeur, me sortant de ma torpeur. "C'est dommage, moi qui était si pressé de vous montrer mon œuvre d'art." J'ai toujours trouvé puéril tout ses gamins de ma classe qui s'amusaient à en dessiner, secouant la tête telle une mère réprobatrice et je retournais à mes études. Peut-être à ce moment-là, j'aurais déjà du me rendre compte de mon comportement, bien différent de celui d'une jeune fille de mon âge, beaucoup trop mature pour mon propre bien...

Soulagé, ce mot est un fin calculateur qui s'immiscent dans mes pensées lorsqu'elle accepte de m'aider, sans forcer, juste de simples mots qui me permettent de souffler. Je ne suis plus seule, certes les pas que j'ai du faire jusqu'ici ont été douloureusement lent mais à voir son implication je me sens un peu en confiance, un peu plus sereine pour cet avenir que je veux mettre en place...

Je la vois se perdre, plonger dans ses propres tourments, je me dis que malgré son statut de psychologue, elle a aussi du avoir ou a encore maintenant des soucis, parce qu'on a cette tendance à se plonger dans ce nombrilisme et ne pas voir que certains sont encore plus malheureux que nous. Nos problèmes prennent de l'ampleur tant on se concentre dessus sans voir les alentours, je ne suis pas la plus à plaindre, j'en ai pleinement conscience mais je ne suis pas non plus la plus heureuse, loin de là.
"Ça peut aussi permettre d'apprécier un peu plus ce qu'on a et ce qu'on construit." sa phrase me trouble, une image un peu flou s'intensifie dans ma tête, et je le vois lui, cet homme virile qui bousille sans le savoir ce cœur que je croyais insensible aux sentiments. Je sais que je devrais chérir le simple fait de l'avoir dans ma vie mais en même temps, ce que je possède de lui ne me suffit pas. Construire, voir l'avenir en profondeur avec des plans qui ne verront peut-être jamais le jour. C'est compliqué de grandir.

J'aime regarder son sourire, cette femme que je connais peu mais dont je commence doucement à m'attacher, cette chaleur amicale qui en ressort, j'aime ses moments - bien qu'ils soient difficiles à vivre dans l'ensemble pour les efforts à fournir - passés en sa compagnie, c'est un moment d'échappatoire, de soulagement où je sens tombé mes barrières petit à petit.
"Et vous docteur, avez-vous appris à aimer ce que vous possédez ?"
Parfois le gens citent des phrases dont, soit ils n'en connaissent pas le sens, soit ils ne les appliquent jamais pour leur propre compte.
Bien que cette séance est censé être axé sur moi, l'envie de connaître un peu plus de sa vie, de son ressenti est comme un besoin d'un tremplin, comme pour me prouver dans un sens réel que tout ce qui est dit ici peut être réellement appliqué et donner des résultats. Un peu comme un besoin d'être un peu plus convaincu pour ne pas avoir peur de mettre en place.

Le crayon encore dans ma main, j'appose la mine sur la feuille de papier vierge, l'esprit un peu dérangé, j'ai peur des mots qui pourraient en découler.
"irresponsable", "indifférence", "manque d'application dans la vie de ses enfants", "délaissement", "à l'ouest", "trop de bonté", "proche de ses étrangers"...tout ses termes trouvent naturellement leur place dans le tableau.
Et tu glisses doucement la feuille vers elle, dans un sourire crispé et lui demande : "comme ça ?"

featuring. @Geum Seol Ha



gabi le loup


don't afraid to grow up
open your eyes ✻ impression of regressing. afraid to grow up. return to innocence. close eyes. to start over. to forget everything. to erase. reset. play again.
Revenir en haut Aller en bas
Casse noisette in Wonderland
More informations ?
- Sujet : Re: consultation after consultation [feat Geum Seol Ha]     30.08.18 0:06





consultation after consultation.

(( tenue )) Il y a toujours plusieurs étapes dans une thérapie, et beaucoup de ces phases ne sont pas agréables. Cette crispation dans ses doigts tu la ressens, tu la vois, tu n'es pas dupe et pas nouvelle non plus. Tu sais que ce que tu demandes est compliqué, voire insurmontable pour le moment, tu en as conscience et tu ne lui en veux pas. Elle est comme toutes ces personnes désabusées qui n'arrivent pas à passer le cap, il faut du temps, il faut se reconstruire et ce n'était pas de tout repos.
Alors tu l'encourages, sans pour autant la forcer. Si ce n'était pas aujourd'hui, ce n'était pas grave. Elle pouvait prendre son temps, tu resterais là , devant elle en lui souriant et la rassurant comme tu le pouvais. Chaque jour serait un défi pour elle mais tu savais que chaque jour elle pourrait voir sa progression si elle commençait réellement la thérapie.

Son rire se mélangeant au tien tu finis par la regarder et hausser doucement les épaules, il fallait bien rire dans ce genre de moment, tu n'étais pas là pour torturer la personne en face de toi. Sinon tu n'aurais aucun patient et tu serais devenue gardienne de prison. "Quel dommage.. je peux voir autre chose comme oeuvre d'art si le coeur t'en dis " Souriant tu te souvenais également de ces jours trop banaux et pourtant tellement différents pour ton frère et toi. Regarder les autres rigoler d'une chose aussi immature, pendant que votre rire mourait dans les rues voisines.

A ta grande surprise elle demanda expressément si tu allais l'aider. En venant ici tu pensais qu'elle aurait compris, que quoiqu'il en coûtait, n'importe quel était le problème tu serais là à l'aider et la pousser toujours plus loin afin qu'elle y arrive seule, et qu'elle ne semble plus perdre sa vie à souffrir silencieusement derrière un sourire radieux.

Si quelque chose t'était bien impossible c'était d'oublier le passé, de faire comme cette jeune fille en prenant les devants et en allant chercher cette peur qui t'avait tant de fois fait frémir et tétanisée pour enfin la détruire, la réduire en cendre et lui faire oublier que tu n'as pas toujours été heureuse. Alors oui tu te perds, dans ce passé, ces souvenirs qui remontent par une question que tu t'étais posée tant de fois que tu pouvais la réciter par coeur. Pourquoi. ON se demandait toujours pourquoi quand on se sentait trahi, abusé, quand tout s'écroulait et qu'on trouvait cela injuste. Et pourtant il n'y avait aucune raison. C'était sûrement le plus triste, de se poser cette question en pensant qu'il y avait une raison, et finalement ne voir qu'un trou noir, une réponse simple et acide : parce que.
Mais ce n'était qu'un moment d'égarement avant que tu ne lui dises ce que tu ressentais vraiment, ce que tu avais trouvé à force de te battre. Oui tu chérissais tout ce que tu avais. Peut être ne le comprend elle pas encore. Peut être n'a-t-elle pas encore construit assez de choses pour s'en rendre compte. Mais tu es sûre qu'un jour elle comprendra tes mots.

Peut être que c'est une caractéristique que tu ne connais que trop peu, peut être que cette fille semble bien plus souffrir que tu ne le pensais mais tu ne vois pas, ce réconfort que tu lui apportes, ce regard qu'elle jette sur toi. Tu ne fais que la détailler avec ton sourire pour essayer de la comprendre. Pas de la juger, juste de la comprendre. Et beaucoup aurait pu la jalouser juste en la regardant, mais tu sais qu'il y a tant de choses à découvrir chez quelqu'un qu'il est difficile d'envier, quand on ne connait rien. A sa question tu croises les bras.
" Je ne suis pas docteur et tu peux m'appeler Seol Ha.. Et oui. Je suis très heureuse de vivre seule.. d'avoir pu trouver mon indépendance , je chéri beaucoup mes ramyeon quand je les fais à minuit" encore une fois l'humour couvrira un peu cette lourdeur avant que le sérieux ne revienne. " Je chéris absolument tout ce que j'ai, et je ne pleure pas sur ce que je n'ai pas , parce qu'il n'y a qu'un présent. Et qu'il se joue maintenant. "tout droit sorti d'un livre pensez vous. et pourtant. Tout ce que tu dis sors de réflexion profonde, de remise en question et d'une manière de vivre que tu as adopté. Posant tes coudes sur le bureau tu la regardes. "Et toi Mee Na .. n'as tu pas quelque chose, quelqu'un que tu chéri d'avoir ? VOir tout ce qu'on a pas n'est pas une solution " Moralisateur ? Pas vraiment. Tu informais parce qu'il était important de ce détacher de l'envie. Ambitieuse, c'était positif. Envieuse, ça ne menait à rien.

Et lorsque le bruit particulier de la mine frottant le papier retentit , tu te permets de sourire, de sourire et de la regarder, d'apprécier cette partie d'elle qui se dévoile et tu la laisses réfléchir seule. POurtant tout semble très naturel et ton sourire en dit long sur la joie qui t'envahie de la voir se dévoiler, apposer ce qu'elle gardait pour elle sur un papier. Et tu le prends doucement lorsqu'elle te le donne. Comme s'il s'agissait de ses sentiments en personne, à manier avec délicatesse et prudence. Tu lis alors ces mots tranchant qui te renvoie à une chose : l'absence.
"C'est parfait.. Tu aurais des qualités , que tu as ou que tu aimerais avoir à mettre ? Dans ce côté là " Tu lui redonnes la feuille notant toi même sur tes notes un ou deux mots avant de la regarder de nouveau, les progrès sont immenses, et elle ne s'en rend pas compte.


" "



featuring. @oh mee-na



gabi le loup


Playing with Fire
The more that I know you, the more I want to. Something inside me's changed • I didn't know that I was starving till I tasted you
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Podologue
» * Réglement guilde P.P.P *
» absente raison médicale
» Consultation de l'hérauderie Dauphinoise
» Logistique - Consultation seulement