wazzup man?- Coup d'oeil sur : les résidences Hanhwa Industrie si tu cherche à vivre dans l'un des fameux complexes immobiliers de la ville, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

les floods des groupes
rain - cosmo - whis - lagoon

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois de Décembre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition du mois de décembre est en cours d'impression ! Un peu de patience René !─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre. ─ Envie de déménager ? Tente ta chance dans l'une des nouvelles résidences de la ville, c'est par-ici !

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Nam Young Mi
membre en bronze
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2044-nam-young-mi-petite-ma
More informations ?
En ligne
Sujet: Re: 미친놈 taré -ft. Shi Hyun     17.08.18 1:07
미친놈 taré

Choisir son camp.

ootd ϟ

Il y avait de quoi être perturbée. De quoi perdre la tête et se penser folle mais tu rejetais la faute sur cet homme qui te réclamait de l'argent puis réparait ton restaurant. Si ce n'était pas être bipolaire tu ne comprenais pas les humains. Mais ce qui restait inconnu a tes yeux était bien plus important et prenait toute la place. Ce comportement n'avait sens qu'avec ce secret qu'il détenait. Tu n'aurais sûrement jamais du voir ce côté plus altruiste qui remettait tes affaires en place. Il devait rester dans son rôle de méchant. Le problème était cette méconnaissance. Tu ne le connaissais pas et pour toi cette face cachée n'était pas un bon signe. Il jouait un rôle, sûrement, mais lequel était vrai ?L'enflure ou celui qui semble régler les problème? Dans les deux cas tu devais faire attention de peur de te retrouver plus endettée encore que tu ne l'étais, ce qui serait clairement la fin de ta vie. Tu ne pouvais pas cumulé plus de jobs. Tu ne pouvais pas faire plus et parfois même la force te quittait un instant avant de manger la nourriture de ta mère, consistance et revigorante, à tes goûts, goûts affinés par une cuisine maison.

La menace était claire, l'enjeu défini et ton rôle déjà tout tracé. Tu n'avais pas pour habitude de parler, de tes problèmes encore moins alors tu ne doutais pas qu'il serait plus facile pour toi que pour une autre de garder ce secret mais il te semblait tout de même improbable que tu ne te rendes pas folle à force de réfléchir. Tu comprenais néanmoins l'importance de ton silence et personne n'en saurait rien. Tu mourais probablement avec ce secret qu'il venait de te mettre sur les épaules, mais soit, tu lui avais couru après, foutu sens de la justice. Foutu pensée ingrate qui te croyais assez forte pour affronter tout ça. Maintenant tu regrettais. Et la réponse qu'il te donna ne te laissais pas vraiment d'alternative quant au reste que tu devais suivre. Te taire, ne rien demander, ne pas réfléchir. Juste laisser couler et subir encore et encore. Une vie bien pathétique que tu avais accepté depuis ce jour. Tu n'étais pas particulièrement peureuse, mais tu savais ces hommes prêts à tout et ta gorge se serra un instant avant d'hocher la tête. Ses paroles étaient claires et tu oublierais toute cette journée. " Personne ne me le demandera de toute façon mais .. je n'ai rien vu, je n'ai vu personne ..  "  Et tu as parlé dans le vide. Délaissant son regard pour se concentrer sur le verre que tu avais tant hésité à boire. Quitte à faire n'importe quoi autant aller jusqu'au bout. Tu pris alors une gorgée, sur la défensive, ne sentant pas de goût particulier même après avoir collé cinq fois ta langue à ton palais.

Il riait, voilà qu'il riait. Après t'avoir menacé, acheté des meubles , attraper et emmener dans un hôtel, puis de nouveau menacer il riait. quelque chose ne tournait, définitivement pas rond dans sa tête. Et pourtant tu restais ici,le regard jugeant, la mine un peu étirée. Tu ne pouvais même pas le dénigrer pleinement au risque de mourir. Tu te sentais frustrée et aux mains d'un homme que tu ne croyais pas mais pire que tu ne comprenais pas. Imprévisible tu ne pouvais même pas établir ton clan, ton plan d'action, il avait toutes les cartes. " C'est une façon "saine " de voir les choses.. A vrai dire je doute. Je mise pour le double jeu mais je ne sais pas qui est réel et qui est faux..  "  Soupirant tu repris une gorgée toujours aussi petite, étant toujours aussi attentive. Sa phrase te fit le regarder, relevant alors ton visage. Il te fallu un moment avant de comprendre. De comprendre qu'un homme instable comme un schizophrène aurait été tué parmi ces gens de mauvaise graine. Après tout pour eux , c'était une activité commune. Reposant le verre tu le regardas te levant alors. " Maintenant que c'est clair je peux rentrer?   "  C'était étrange mais n'est ce pas à ce moment que la fille se fait tuer ? Dans les films il restait toujours ce suspens, cet espoir avant qu'une balle n'arrête la protagoniste. Tu avais peur, tu serrais les poings pour ne pas trembler. Et là maintenant tu voulais retrouver ta famille, tes amis, et Yoon. " Je ne dirai rien, on s'est mis d'accord, je veux juste rentrer chez moi.. sinon vous ne reverrez pas votre argent de si tôt..   " C'est toi qui donnait le plus d'argent. Alors tu tentais la négociation, au cas où.. qui ne tentait rien n'avait rien.

"   "

© patr.onus




It's gonna pay
Wait for you ☽ You can take everything I have You can break everything I am Like I'm made of glass Like I'm made of paper Go on and try to tear me down I will be rising from the ground Like a skyscraper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Shi Hyun
membre en bronze
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2107-han-shi-hyun-only-in-t
More informations ?
Sujet: Re: 미친놈 taré -ft. Shi Hyun     04.09.18 23:17
미친놈 taré 

ft. Young Mi

Tenue • |Son intention n’était réellement pas de lui faire peur, pas même de la menacer bien que ses paroles en donnaient l’impression, c’était vraiment rien de plus qu’une simple mise en garde. Parce que si Yoon Mi se mettait à en parler inutilement, que cela soit à un vulgaire inconnu ou quelqu’un avec qui elle était proche, sans le savoir, elle pouvait s’attirer de lourds ennuis. Des ennuis bien plus graves que ce qu’elle avait du endurer jusqu’à présent avec lui comme bourreau pour les dettes de sa famille. Il n’était pas son père, il n’était pas aussi violent et cruel que ce qu’il laissait paraître. Shi Hyun en avait plus dans le cœur que son géniteur, il était en réalité un garçon droit et juste, un garçon compréhensif et chaleureux, un garçon qui donnerait tout pour le bien des autres, un garçon qui avait sacrifié toute son existence pour la justice parce que de toute façon, il n’avait aucune manière de pouvoir vivre autrement. Il vivait emprisonné dans une cage invisible depuis sa plus tendre enfance, une vie dont il n’aurait normalement pas eu à vivre si on ne l’avait pas retiré si sauvagement de son berceau alors qu’il n’était qu’un bébé… On le craignait, sa personne impressionnait et nombreux étaient ceux à en être terrifié, à s’incliner sur son passage ou à faire de son mieux pour se cacher afin de ne pas recevoir ses foudres alors qu’en vérité il n’était qu’un jeune homme qui souhaiterait une vie normale, loin de tout ça, loin de la mafia et des coups bas. Il haïssait son père autant qu’il haïssait le milieu dans lequel il avait grandi… Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’éprouvait aucun remord à l’idée de vouloir détruire son clan tout entier. Son géniteur n’avait jamais agi comme tel jusqu’à maintenant, pourquoi lui devrait-il ressentir de la compassion pour ce dernier ? Il savait qu’il ne s’en sortirait pas, qu’un jour ou l’autre, le destin aurait raison de lui toutefois s’il pouvait emmener avec lui la destruction de son clan et tous ces criminels qui profitaient de pauvres innocents alors il en serait plus que satisfait.

Sans répondre à sa remarque, se contentant de porter le verre à ses lèvres, il n’avait pu que rire ensuite à la question de son « invitée » qui l’avait quelque peu étonné. Cette demoiselle n’avait pas froid aux yeux à s’adresser à lui de la sorte mais plutôt que s’emporter, il s’était contenté de lui répondre d’un ton plus posé, la laissant elle-même réfléchir à sa propre question. Pensait-elle réellement qu’il était fou ? En donnait-il vraiment cette impression ? Si on l’observait de prêt, il avait l’air parfaitement sein d’esprit. « Pour ça, il n’y a que toi qui puisse le savoir. » Le sourire aux lèvres, légèrement amusé, Shi Hyun n’avait pas insisté plus sur cette réplique, songeant néanmoins intérieurement que si lui-même avait choisi de lui révéler la vérité, elle ne l’aurait pas forcément cru. Cela n’aurait été que des mots et un mensonge était si facilement conçu. Toutefois, il n’avait pas hésité à lui faire comprendre ensuite que s’il avait été schizophrène, cela ferait bien longtemps qu’il ne serait plus de ce monde. Par la même occasion, cela montrait également à cette jeune femme à quel point vivre dans un tel milieu était compliqué. Une fois qu’on y était entré à l’intérieur, il n’y avait plus aucune porte de sortie hormis la mort.

En la voyant se redresser, ses yeux la suivirent du regard d’un geste tout à fait machinal avant qu’elle ne lui demande si elle pouvait rentrer. Une once de tristesse et de culpabilité naquit dans son cœur à sa dernière rétorque, se sentant un peu plus désolé à chaque seconde de plus qu’il l’observait. Il aurait sincèrement voulu lui dire qu’il n’attendait pas après son argent, qu’il serait même le premier à lui en donner si elle en avait besoin afin de rembourser tout le chamboulement que chacune de ses actions avaient joué sur l’existence de cette demoiselle. Hors, il n’en dit rien, restant silencieux à ce sujet. « Je vais te déposer. » Qu’il déclara tout en posant son verre désormais vide sur la table devant lui. « Je dois aller quelque part et c’est dangereux par ici pour une fille toute seule. » Si le danger dans le quartier était assez correct, il l’était moins dans les rues qui sillonnaient près de cet hôtel. « Laisse-moi juste deux minutes. » Il se releva sur ses dires, abordant une voix qui se voulait douce de manière à ne pas l’effrayer seulement lui-même ne pouvait pas dire si ça fonctionnait ou non. En silence, il se dirigea vers l’armoire dans laquelle il s’empara d’une chemise blanche ainsi qu’un pantalon noir qu’il jeta sur le lit derrière lui. Sans le moindre embarras, il retira ce qui lui servait de haut, dévoilant son torse à présent nu sur lequel étaient dessinées de nombreuses cicatrices, certaines plus importantes que d’autres, traces indélébiles d’un douloureux passé qu’il n’était pas en mesure d’effacer. Il ne s’en formalisa pas, enfilant directement la chemise qu’il avait préparée avant de faire de même avec son pantalon. L’intimité et la pudeur, ce garçon ne semblait vraisemblablement s’en soucier hors pour sa défense, il expliquerait qu’il ne souhaitait tout bonnement pas que cette jeune femme ne s’échappe pendant son absence. Ce n’était pas qu’il avait peur de ce qu’elle pourrait dire ou faire en sortant d’ici seule – bien qu’un petit peu malgré tout -  mais parce qu’il s’agissait réellement d’un endroit mal fréquenté et dangereux et qu’en quelques secondes à peine, elle pouvait se faire kidnapper sans jamais retrouver la chance de voir à nouveau le jour extérieur. Se saisissant d’une veste qu’il déposa sur ses épaules, il passa un coup rapide dans ses cheveux avant de se saisir de ses clés de voiture ainsi que ses lunettes de soleil. « On peut y aller. » Pas un mot de plus, il se dirigea jusqu’à la porte d’entrée où il glissa rapidement ses pieds dans ses chaussures noires italiennes parfaitement cirées avant de placer ses verres devant ses yeux et de sortir enfin à l’extérieur.

Il ne leur fallut que quelques mètres pour rejoindre le parking de l’hôtel, non pas sans être passé devant certains individus au regard curieux, où se trouvait l’une de ses voitures qui était garée : une splendide Mercedes noire d’un vernis resplendissant sans aucune rayure et des fenêtres teintées. De son bip, il déverrouilla les portes, allant ouvrir celle du côté passager afin de laisser la jeune femme monter et de faire de même ensuite. A peine eut-il démarré le véhicule et reculer que les portes se verrouillèrent automatiquement cependant tandis qu’il s’apprêtait enfin à prendre la route, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir un des hommes de son père qui frappait à sa vitre. Ses sourcils se froncèrent instinctivement derrière les verres de ses lunettes. Qu’est-ce qu’il faisait là ? Shi Hyun n’aimait pas ça. Pas du tout même. Est-ce que son géniteur le faisait suivre ? Ne pouvant pas le repousser au risque de semer le doute, il ouvrit la fenêtre, gardant son expression froide et impartiale qui lui correspondait si bien. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » L’homme lui afficha un grand sourire, lui disant de ne pas adopter cet air si désagréable avec lui avant d’oser lui frapper amicalement l’épaule. Un geste que le mafieux repoussa sèchement, lui conseillant vivement ensuite de ne pas jouer à ce jeu là avec lui. Après tout, il n’était qu’un sbire de Monsieur Harada, il lui devait également le respect. « C’est qui ? » Que l’homme finit par l’interroger. Une question qui intrigua un peu plus le garçon, se demandant si c’était l’unique raison de son interruption ou non. Si c’était le cas, cela signifiait qu’en effet son père le surveillait et que Yoon Mi pouvait être en danger. « Une fille qui me doit beaucoup d’argent et qui a osé me manquer de respect donc j’ai décidé de me charger personnellement de son cas. » Son intonation était glaciale, piquante, effrayante même, signe que non il n’avait pas l’air de plaisanter. « Pourquoi tu es là ? Il s’est passé quelque chose ? » Son vis-à-vis secoua la tête, souriant avant de lui dire de ne pas s’inquiéter, qu’il passait dans le coin et qu’il l’avait vu donc il avait souhaité le saluer. Shi Hyun n’aurait su dire s’il pouvait le croire ou non mais dans le doute, il préférait s’en méfier. Le pourquoi il avait choisi de couper court à la conversation, déclarant être pressé et avoir des choses à faire dont s’occuper principalement de cette jeune femme qui s’avérait être un peu trop rebelle. Jeune femme qui devait bien paniquer en cet instant précis d’ailleurs mais il s’agissait d’un autre détail pour lequel le garçon ne se formalisa pas. C’était pour sa sécurité après tout…

Refermant sa fenêtre, il resta silencieux, perdu dans ses réflexions tandis qu’il conduisait tranquillement sur la route. L’hôtel ne se trouvant pas loin du restaurant de la jeune femme, en quelques minutes à peine, ils étaient déjà arrivés… Néanmoins Shi Hyun ne la déposa pas exactement devant l’établissement mais plusieurs mètres plus loin, ne souhaitant pas se faire repérer. « Voilà. » Sa voix était moins terrifiante, plus calme, plus douce, comme ce ton qu’il avait employé lorsqu’ils étaient dans la chambre quelques instants plus tôt. « Et si tu tiens à ta vie, ne cours plus après les inconnus. » Aujourd’hui elle avait eu de la chance mais qui savait sur qui elle pouvait tomber la prochaine fois.  




Even if you are far away, don't be lonely. In life and death, my heart will always be by your side.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Young Mi
membre en bronze
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2044-nam-young-mi-petite-ma
More informations ?
En ligne
Sujet: Re: 미친놈 taré -ft. Shi Hyun     23.09.18 14:10
미친놈 taré

Choisir son camp.

ootd ϟ

Contrôler sa vie, un concept qui semblait banal et sûrement bien égal aux gens qui pensaient que c'était inné et qui pourtant te posait grand problème. Certes on faisait toujours des choix, et selon ces choix nous dirions : « j'ai choisi » mais parfois , les choix sont tels qu'on ne peut que choisir le moins pire. Que notre cœur ne balance ni vers l'un ni vers l'autre. Il arrive que ces choix ne soient pas le résultat d'un contrôle sur sa propre vie mais bel et bien une vie qui contrôle le propriétaire. La famille, grand facteur de chacun n'était pas voulu, pas choisi. L'environnement non plus, et toutes ces contraintes, à la manière d'un jeu, faisait plus ou moins notre destin. Tu l'avais compris en voyais ces dettes s'accumuler que ce choix n'était pas réellement un choix. Il était une obligation. Prenons l'autre chemin, voir si ton autre option était meilleure. Laisser la dette à tes parents, laisser le restaurant être saccagé dans l'impossibilité donc de fonctionner. Laissons croire que tu es allée à la fac , mais que chaque jour le déficit est plus grand. Laissons croire que vous arrivez à tenir quelques mois. L'argent étant une drogue pour ceux qui la prête ce restaurant aurait disparu, peut être même plus. Tu aurais arrêté la fac, puisqu'il aurait fallu te loger, te nourrir et donc travailler, peut être aurais tu perdu tes parents, peut être aurais tu travailler ta vie à rembourser cette dette. Peut être que la fin aurait été la même : le travail sans la reconnaissance.

Et face à cette homme tu semblais que ce même choix qu'il te mettait sous le nez était semblable. Décider de se taire et donc ne rien pouvior faire, continuer dans ce monde cruel alors qu'un homme devenait fou, ou bien décider de partir. Tu n'étais pas idiote, ni même une grande ignorante de leurs manières. Les gênants finissaient au fond de l'océan, et tu n'avais aucune envie de nourrir les poissons. Pas maintenant. Alors ce choix fut vite fait, vite confirmer et vite appuyer. Bien que tu te laisses quelque peu emportée par une question qui aurait pu te coûter la vie, après tout, la colère était variable selon chacun. Mais finalement tu n'avais eu qu'un petit rire, qu'un instant où tu te permettait de le regarder et boire une gorgée pour rendre ta gorge moins sèche. Sa phrase ne prit pas de sens dans ton crâne mais tu ne disais rien, réfléchissant seulement à cette situation qui t'avait conduite ici. Il te faudrait te contrôler la prochaine fois.

L'ambiance te pesait et tu n'arrivais pas à t'apitoyer sur le sort du pauvre mafieux qui semblait dire qu'il se serait fait tuer pour être différent. La compassion n'arrivait plus à ton cœur glacé par ce qu'il avait fait, parce ce qu'il était , même si ce n'était qu'un masque. Tu ne voulais que rentrer chez toi, oublier cette journée et changer d'air mais lorsqu'il t'indiqua qu'il allait te raccompagner ton cœur se mit à battre. Après tout , pourquoi te croirait il ? Tu pouvais sortir et crier haut et fort ce que tu venais de voir . Mais qu'avais tu vu ? En ce moment même cet instant semblait confus. Sa justification ne te rassura pas plus te laissant déglutir avant que tu ne dises un « oui » bas et doux les yeux rivés vers le sol. Ce n'est qu'en le voyant balancer des vêtements sur son lit que tu comprenais à quoi servait les deux minutes. Mais tu n'eus pas le temps d'y réfléchir plus que son torse fut dévoilé te faisant ouvrir grand les yeux pendant que tu te retournais d'un réflexe. Tu connaissais bien trop d'homme qui montraient leur torse, bien trop. La surprise passée tu revis ces cicatrices qui t'indiquèrent le monde dans lequel il vivait et ce que tu semblais de venir franchir : un monde impitoyable. Une fois fini tu lui emboîtas le pas timidement, peu rassurée de la suite. Ta tête restait baissée ne sachant pas qui craindre, l'homme à ton côté ? Les autres ? Tout le monde ? Ce n'est qu'en arrivant à sa voiture que tu semblas comprendre, tu n'avais plus aucun moyen de faire machine arrière, à la merci d'un homme que tu soupçonnait de cruauté.

Et si la galanterie faisait mine de couvrir se spas tu ne fus pas plus rassurée en t'asseyant dans cette voiture de luxe. Attrapant faiblement la ceinture de sécurité tu l'attachas sans comprendre dans quoi tu venais d'embarquer. Tes mains se retrouvèrent et tu laissais le jeune homme s'installer avant de sursauter à la fermeture des portes. TU ne pouvais pas sortir et ce n'était même pas étonnant. Et pourtant tu restais toujours surprise retenant quelque peu ta respiration. Les interrogations ne cessaient de se déchaîner dans ta tête et tu voulais retrouver ta maison qui semblait être ce qui te manquait le plus. Cette maison, ces gens qui formaient ta famille, Shi Yoon, Naoki.. tu voulais juste voir tout le monde et ces pensées plus que négatives t'étonnèrent alors. Soufflant doucement tu sursautas de nouveau au bruit contre la fenêtre ton regard n'osant pas croiser celui qui venait d'interrompre votre mouvement de départ. Et l'homme à tes côtés semblait froid, distant,presque tendu, ce qui ne te rassura en rien. Encore moins lorsqu'il expliqua ce que tu étais, ce que tu avais fait, et le pourquoi tu étais dans la voiture. Tu allais donc réellement mourir aujourd'hui ? Ou bien peut être se contenterait il de te faire une grosse frayeur à l'aide de ses poings et d'un endroit isolé. Tu devais regarder trop de films... sûrement. Ou bien tu avais parfaitement raison et tes doigts qui se crispaient sur le tissu de ton haut n'étaient que le début d'un abominable attente. Les larmes te montaient tant la peur venait serrer ta gorge et emportait toute cette détermination quet u avais eu, quelques heures plus tôt.

Ce n'est que quelques minutes plus tard que ta délivrance fut faite. Alors que tu semblais agoniser, seconde par seconde dans cette voiture, t'empêchant de respirer tant l'air était insoutenable tu repris une inspiration en voyant le quartier. C'était le tien, tu reconnaissais parfaitement la rue et sa voix résonna te faisant trembler avant que tu ne comprennes. Sa voix, son ton, ses mots tout étaient différent de quelques minutes auparavant. Alors tu décrispais légèrement tes muscles et tu regardais autour prenant la poignée de la porte dans ta main. Tu pouvais réellement partir ? A sa remarque tu te disais que oui, que c'était ton jour de chance et que plus jamais tu ne courrai derrière des inconnus pour faire justice toi même. " Oui.. merci.. et je ne ..dirai rien..   " Déglutir était compliqué mais il semblait désormais faisable. Pas encore totalement délivrée tu ouvrais la portière dans un soupire de soulagement. Ta voix, tes gestes , tout semblaient à l'opposé de ce courage que tu avais eu quelques heures plus tôt. Ta vie rêvée était loin, et aujourd'hui te servira de leçon. Young Mi, peu importe les injustices, tu devais fermer les yeux pour t'en sortir. Et cette leçon tu l'apprenais par cœur, bien qu'elle le crevait un peu plus. Sortant de la voiture tu saluas l'homme, avant de rentrer le plus rapidement possible chez toi, tu ne répondis à aucune question, tu ne regardas personne, tu t'enfermas simplement dans ta chambre laissant la frustration, la peur et le soulagement envahir ton corps laissant alors ces larmes que tu avais retenue coulée, signe d'une peur incontrôlée.

"   "

© patr.onus




It's gonna pay
Wait for you ☽ You can take everything I have You can break everything I am Like I'm made of glass Like I'm made of paper Go on and try to tear me down I will be rising from the ground Like a skyscraper
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
Sujet: Re: 미친놈 taré -ft. Shi Hyun    
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Une cacahuete tarée sauvage apparaît
» [Taverne] My Little Pony et les Brony