la grosse annonce : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Li Shen
Li Shen
Pocky Boy
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1273p15-li-shen-i-dont-see-
More informations ?
Sujet: Save me from myself [ft Jiji]     25.06.18 14:45
Save me from myselfFt @Im Ji Eun"Tout ça c'est de ta faute ! Il serait encore là s'il ne t'avait pas rencontré ! Sale gosse ! C'est toi qui aurais dû être à la place de mon fils ! Toi, et personne d'autre aurais dû se balancer au bout de cette corde !"

Ces mots résonnent dans ma tête et dans mes rêves, et toujours à cette date précise. Comme si mon subconscient s'acharnait sur moi... C'est toujours ce jour-là que je revois sa mère me harponner avec ces mots tous aussi blessants les uns que les autres. Ces mots qui m'empêchent de dormir et me forcent à faire une nuit blanche, après les avoir entendu trop de fois en une nuit. Réveillé depuis au moins  heures du matin, j'essaie de m'occuper pour faire passer le temps un peu plus vite tandis que la fatigue me rattrape assez vite. Peut être que je vais réussir à dormir en tombant de fatigue ? J'espère en tout cas. Alors je finis par aller m'affaler sur mon canapé plutôt que mon lit, les yeux rivés sur le plafond, tandis que mes paupières tombent lourdement à cause de la fatigue.

"Pourquoi tu ne m'as pas sauvé, Shen ? Tu aurais pu me sauver... Tu étais juste en face de moi pourtant. La chaise était à côté, tu avais juste à la prendre et la mettre sous mes pieds. Alors pourquoi tu ne l'as pas fait ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?"

Je me réveille en sursaut, les larmes coulent d'elles mêmes et je n'arrive pas à les arrêter. Le réveil se met à sonner, et dans un élan de colère je le balance à l'autre bout de ma chambre, l'éclatant contre le mur. Je finis par me lever, la boule au ventre et me prépare afin d'aller en cours. Heureusement, ce jour-là ne tombe pas un week end, je ne sais pas ce que j'aurais pu faire. Ayant perdu l'appétit, je ne prend pas la peine de manger puis saisis mon sac et met une casquette sur la tête, histoire de cacher un peu la misère. J'assiste aux cours, la tête ailleurs et me faisant reprendre plusieurs fois par les professeurs à cause de ça justement. Le midi, je n'ai toujours pas faim et ne juge pas important de manger un bout. Ce qui m'a valut une crise d'hypoglycémie en plein cours de danse. De toute façon... Je n'avais pas envie de danser aujourd'hui. Je n'ai envie de rien. Je n'ai pas envie de manger, ou bien de blaguer. Encore moins de sourire ou bien de danser. J'ai envie de rien. Je suis resté à l'infirmerie toute l'après midi, et voyant mon état assez lamentable l'infirmière s'est mise à me questionner sur ma vie privée, me disant que si j'avais le moindre problème je pouvais lui en parler. Ce à quoi j'ai répondu que je n'avais pas envie d'en parler, que ça passera, comme d'habitude et que le lendemain je reviendrais avec mon plus beau sourire, comme si rien ne s'était passé. Puis, j'ai pris mes affaires et suis sorti afin de rentrer chez moi et de m'affaler sur mon canapé, encore.

Leurs voix résonnent dans ma tête, je n'arrive pas à m'en défaire. Elles sont ancrées dans mes pensées, et j'ai l'impression qu'elles ne partiront jamais. Pourquoi je n'arrive pas à m'en défaire ? Pourquoi elles ne me laissent pas tranquille ? Pourquoi... Pourquoi j'ai paniqué ce jour-là ? J'aurais pu le sauver... J'aurais pu... J'aurais tout simplement lui dire qu'être gay, ce n'est pas une faute... Mon téléphone vibre, je le prend et regarde qui m'a envoyé un message.  C'est ma mère, et elle me demande si tout va bien et surtout si je n'ai pas passé ma journée tout seul. Ce à quoi je lui répond "Non, ne t'en fais pas. Tout va bien :) ". Avec qui voudrait-elle que je passe une journée aussi maussade... Mon téléphone vibre à nouveau, et c'est encore ma mère. Son message dit "Même par sms je sais quand tu mens... S'il te plaît, prends soin de toi et parles en à quelqu'un.  Save me from myself [ft Jiji] 117913382 " Je soupire légèrement, réfléchissant à son sms... J'essuie mes larmes comme je peux, avant de sortir de mon appartement. Je regarde l'heure, me disant qu'elle est peut être déjà rentré chez elle... Je n'ai pas envie de l'embêter avec ça mais... Ma mère a raison. Je monte les escaliers, me dirigeant vers la porte de Ji Eun. J'hésite un moment à toquer, sachant qu'elle vient tout juste de sortir de l'hôpital... Mais je finis par le faire, et lorsque la porte s'ouvre, je la regarde avec la plus grande détresse du monde. "... J'ai besoin de parler Ji Eun..." S'il te plaît Ji Eun, sauves moi de moi-même...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     26.06.18 23:29
Save me from myselfFt @Li SHen
La vie n'était pas tout à fait comme on l'attendait, comme on l'avait vu ou comme on l'espérait. Parfois elle prenait un revirement qu'on ne comprenait pas. Pour le meilleur ou pour le pire on la suivait aveuglément n'ayant de toute façon pas le choix. Mais certains prenaient ce choix, ils prenaient cette décision, la seule, la vraie. Certains disent que ce monde est absurde. Rempli de non sens. Qu'il ne sert à rien de lutter puisque la vie n'a aucun but, qu'il faut vivre avec en profitant de ce jour avant que le suivant ne vienne l'effacer. La question n'était pas de savoir si cette vision était vraie ou fausse, mais quel parti prendre. Accepter de vivre dans ce non sens, souffrir pour rien. Ou au contraire, finir cette vie dans un élan de pur contrôle. Tu n'avais jamais pensé à cette solution, tout simplement parce que, pour toi, elle n'existait pas.

Perdre l'être le plus aimé, le plus important pour soi était un sentiment qui te rongeait encore sans que personne ne le sache mais il était bien pire de se dire que tout allait finir, que plus rien n'existerait et que ce serait la fin. Tu aimais croire que tout avait un but, que la douleur rendait plus grand bien que tu aimerais l'enlever de ce monde. Tu avais choisi cette voie pour la diminuer, pour sauver ceux qui seraient dans le besoin, mais aussi pour accompagner ceux qui restaient derrière un défunt proche. Ton travail ne s'arrêtait pas à soigner le corps des gens, il consistait aussi à leur montrer de l'attention, à prendre en compte leur humanité dans sa globalité. Tu aimais voir les sourires sur les lèvres et principalement ceux de tes proches. Ce n'était pas compliqué, tu voulais juste les voir heureux. Peu importe ton état. Tu préférais te perdre pour les autres. oubliant ta condition tu avais eu la joie de constater que cette gentillesse t'étais retournée t'offrant un second souffle, quelques secondes pour souffler, quelques années à dormir en paix. Tu ne remercierais jamais assez cette personne bien que votre relation soit devenues plus qu’ambiguë.

Secouant doucement la tête tu enlevais les images qui te venaient en tête et qui faisaient rougir tes joues pour te concentrer en entrant dans cette nouvelle chambre, le sourire aux lèvres, l'envie de faire croire aux gens que tout allait bien. Quelques sondes, prises de sang et repas plus tard tu allais enfin te débarrasser de cette blouse la posant dans ton vestiaire avant de changer ton pantalon. Rapidement tu sortis de l'hôpital les écouteurs dans les oreilles, une habitude qui ne te quittait pas et qui te détendait à coup sûr. La fatigue de la journée, celle de ton corps encore en pleine cicatrisation et ces questions qui t'empêchaient de dormir jouaient beaucoup pour ta tolérance au bruit extérieur. Mais fort heureusement le chemin en bus se passant sans encombre te faisant rentrer assez tôt. Soupirant tu te mis à l'aise après une bonne douche prête à faire à manger et sûrement t'écrouler sur ton lit.
Mais une toute autre soirée t'attendait.

Sortant alors tes ustensiles de cuisine tu entendis frapper. Chose qui arrivait de temps à autre mais tu ne te doutais pas que la personne derrière cette porte serait Shen, ton meilleur ami. Il te prévenait toujours lorsqu'il venait. Alors lorsque tu ouvris la porte ta surprise fut grande bien qu'un sourire te prenait immédiatement aux lèvres rapidement effacé par l'inquiétude. Le ton, les mots, le regard, rien n'était pareil. Shen n'était pas bien, et en un instant tu paniquas prenant alors son poignet pour le faire entrer et refermer la porte derrière lui. " Qu'est ce qui se passe ? Dis moi.. " Venant alors l'asseoir sur le canapé tu faisais rapidement deux thés en venant vers lui pour lui en donner un caressant doucement ses cheveux avec cet air toujours inquiet mais maternelle au visage. " Tu peux tout me dire.. "





© 2981 12289 0



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Li Shen
Li Shen
Pocky Boy
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1273p15-li-shen-i-dont-see-
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     27.06.18 0:30
Save me from myselfFt @Im Ji EunJe me souviens de cette journée dans les moindres détails. Elle était pourtant si bien partie, comme toutes les autres journées par ailleurs. Il souriait, comme à son habitude... Quand il avait un problème, il venait toujours m'en parler. Alors, je ne me doutais de rien. On peut dire que j'ai copié cette habitude, aujourd'hui. Sourire pour tout cacher, et ne rien dire. Mais on reste humain, et on finit toujours par craquer. Il m'a tout dit, j'ai gardé le silence au lieu de le rassurer. Et en rentrant chez lui, il a prit ce choix. Irréversible. Imprévisible... Insoutenable.

Vraiment, je vous le jure que je donnerais absolument tout pour revenir en arrière. Pour lui répondre, le réconforter et même le raccompagner chez lui en racontant les pires blagues possibles au monde. Mais non. C'est la vraie vie. C'est pas une série ou je ne sais quoi d'autre. Il est parti... A cause de moi. Et il reviendra plus jamais. C'est tellement douloureux, que je n'arrive même pas à regarder une simple photo de nous deux, le sourire aux lèvres. Pour moi, c'est impossible. Il y a beaucoup de bons souvenirs, mais les mauvais sont devenus un traumatisme pour moi. Comme j'étais avec lui, pour ses proches, tout était de ma faute. Je me le dis aussi, que tout est de ma faute mais... N'ont-ils pas leur part de responsabilité aussi ? Il leur avait dit, sa différence... Ils l'ont blâmé pour ça. Et après, ils n'avaient plus personne à blâmer... Sauf moi. Sa mère m'a dit que j'aurais peut être dû être à sa place, et je me le dis aussi parfois. Elle dit aussi que je l'ai influencé, qu'il était "différent" à cause de moi. Classique... Mais qu'elle ne s'en fasse pas, je me suis horriblement puni suite à ça. Et j'ai même faillis le rejoindre.

Aujourd'hui j'essaie de me racheter en agissant comme un bon samaritain. Je souris tout le temps, laissant mes problèmes de côté pour faire passer ceux de mes proches en priorité. Au début, je le faisais sans trop m'accrocher aux personnes mais... L'amitié, ça ce contrôle pas. C'est un sentiment, un ressenti. Ça marche comme l'amour, bien que ce ressenti là soit encore plus puissant. Et quand on perd la personne qui compte le plus à nos yeux, ami ou plus... Ça fait tellement mal. C'est une douleur que personne ne veut expérimenter. Une douleur qu'on ne devrait pas affronter tout seul... J'avais déjà pensé au fait de me libérer de ce poids en en parlant à Ji Eun mais... C'est difficile. C'est difficile de me montrer aussi fragile, de m’effondre devant elle alors que pourtant j'aimerais plus passer au dessus de tout ça, et d'aller la voir seulement pour la faire rire ou la taquiner sur son fameux patient... Mais je peux plus continuer seul, comme ça. Alors quand je reçois les sms de ma mère, j'ai eu cet "élan de courage".

L'air abattu, les yeux fatigué à force de laisser couler des larmes, le teint pâle à cause du fait que je n'ai absolument rien mangé de la journée mise à part un morceau de sucre... Tout y est. Plus les années passent, et plus mon état se dégrade le jour de son anniversaire de mort. Il faut que j'agisse, et c'est pour ça que je toque à sa porte. J'ai besoin de lui en parler. Quand elle m'ouvre, je ne souris pas, je ne montre que de la détresse et me fait alors vite tirer par le poignet dans son appartement. Elle me regarde avec tant d'inquiétude, me demandant ce qui c'était passé pour me mettre dans un état tel que celui-ci. Elle me fait m'asseoir sur son canapé avant d'aller faire deux tasses de thé et de m'en rapporter une. Sa main vient doucement se perdre dans mes cheveux, me faisant enfin décrocher un regard en son encontre. "... Je voulais pas te déranger ce soir, ou même t'inquiéter... Désolé." Mes yeux se mouillent d'eux mêmes, encore une fois, laissant couler de nouvelles larmes. "Mais j'avais besoin de te voir..." La voix tremblante, je finis par enfin cracher le morceau, à cette personne qui partage cette même amitié que j'avais pour lui. "Il est mort, Ji Eun... Mon meilleur ami est mort et il reviendra plus jamais à cause de moi, tout ça c'est ma faute, il s'est tué à cause de moi et..." La tristesse me coupe la parole et me fait pleurer tout ce que j'avais retenu depuis pas mal d'années... Il fallait bien que ça sorte de toute façon.

© 2981 12289 0




A smile can hide everythingNo thoughts. No prayers... Can bring back what's no longer there, the silent are damned. The body count is on your hands.
Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     28.06.18 14:20
Save me from myselfFt @Li SHen
On ne connaissait pas la vie parce qu'on pensait avoir vécu assez de choses. On ne connaîtrait jamais le aujourd'hui. Peu importe combien on pensait connaître la douleur, on ne connaissait que le passé. Chaque jour était différent, penser tout connaître était une erreur qu'on ne pouvait pas faire. Et même quand la dureté de la vie venait à frapper, on n'en connaissait toujours pas les limites. On ne connaissait pas ce que réservait le lendemain ni même cette journée, qui semblait avoir commencé comme tous les autres jours.

Le regret est humain, il permet d'avoir des remords et de prouver notre humanité. L'homme a conscient que certains actes sont biens et certains sont mauvais. Il se rend compte de ses erreurs en gardant le passé en mémoire. Mais aussi humain que cela soit, tu ne pensais pas que ces regrets aient un jour une utilité. Dire qu'on avait mal agit, s'excuser, mieux encore, montrer qu'on avait changé, réparer notre erreur, c'était là la seule chose que vous pussiez faire. Les regrets ne servaient qu'à vous rendre la vie compliquée, le coeur lourd et vos actes emprunts d'une erreur du passé. Ce recul nécessaire pour avancer demandait beaucoup de travail sur soi mais permettait de libérer des épaules trop lourdes. Et tu essayais de vivre avec cette philosophie afin de n'espérer que le meilleur.

Pourtant tu concevais que cette vision soit mal comprise par les gens, voire inapplicable. Mais tu étais ouverte à la conversation, ouverte à écouter, ouverte comme cette porte que tu ne cessais d'ouvrir pour laisser ces personnes que tu aimais rentrer. Pour les laisser manger, sourire, parler, pleurer si besoin. Face à ton sourire tu tombes sur cette mine affreuse montrant tout le désespoir d"une personne. Et tu perds le tien. Jamais tu n'aurais voulu voir ce visage emprunt d'une expression si déchirante. Malheureusement tu ne pouvais le protéger de toute cette vie qui donnait pour reprendre, et continuer un cycle ainsi. Tu peux rien faire que l'inviter à rentrer, le faire asseoir et lui préparer une boisson chaude qui saura réconforter au moins ses mains. La chaleur avait une notion étrange et le froid semblait toujours nous prendre de court lorsqu'on était triste. Tes caresses ne sont là que pour le calmer, lui montrer qu'il n'était pas là, mais tu savais que sa tristesse ne partirait pas ainsi, alors tu attendais simplement secouant doucement la tête en lui souriant légèrement. "  Tu sais très bien que tu ne me déranges pas et que tu peux venir quand tu veux ..  " Les larmes qui roulent sur ses joues tu ne les as jamais vu. Tu sais qu'il est loin de l'enfant pleurnichard et a tendance à se cacher un sourire. Tu le comprends, tu fais pareil. Oublier les problèmes c'était ne pas les montrer. Tu avais enterré tes soucis si profondément que tu avais fini par te berner toi même. Et tu ne lui souhaitais pas bien qu'il semble que se soit trop tard. S'il avait besoin de toi, tu serais là. Tu serais toujours là caressant toujours ses cheveux avant de cesser ton geste à l'annonce. Mort? Qui est mort ? Rapidement tu as une réponse et elle est pire que ce que tu imaginais. la mort de quelqu'un n'est jamais facile. Après les parents qui restent la plus grande douleur selon l'attachement, les amis proches étaient toujours les plus compliqué. Le prenant alors contre toi tu mords ta lèvre en l'écoutant ne sachant plus vraiment quoi dire. Le gardant contre toi pendant un moment tu caresses ses cheveux un moment avant de le regarder " Pourquoi de ta faute ? Shen je suis sûre que tu n'as rien fait..   " A vrai dire tu ne savais rien de la façon dont il était mort, de ce que Shen avait vu ou fait mais à moins d'un meurtre il ne pouvait être le responsable, peu importe à quel point il pensait l'être. Tu attendais donc qu'il en parle, qu'il se lâche et laisse tomber toutes les armes.


"   "





© 2981 12289 0



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Li Shen
Li Shen
Pocky Boy
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1273p15-li-shen-i-dont-see-
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     29.06.18 10:36
Save me from myselfFt @Im Ji EunLe deuil, tout le monde me disait que ça n'allait pas durer un peu plus de un ou deux ans. Sauf que si. Pour moi, ça fait quatre ans, que je suis en deuil. J'ai tant de regrets à ce propos... Mais aussi, tant de colère. Je n'ai jamais su pourquoi j'étais en colère, hier encore je ne le savais pas mais aujourd'hui... Je le sais. Cette colère de n'avoir rien répondu, de n'avoir pu le sauver... Cette colère contre lui, de m'avoir abandonné de cette manière, de m'avoir tant fait souffrir. Mais cette colère, je l'ai enfouie, tout comme ces regrets, cette tristesse... Et tous les ans, ces sentiments ressortent. Ça peut être ce jour précis, comme ça peut être un jour totalement hasardeux. J'aurais beau dire que je déteste la violence... Si un jour on m'embête de trop quand je ne vais pas bien, je peux faire des dégâts. Je le sais. Je l'ai déjà fais.

J'ai besoin de me débarrasser de tous ces sentiments qui pèsent beaucoup trop lourds. Je sais que Ji Eun à certains points communs avec moi... Comme ce sourire qui cache tous nos problèmes. J'aurais voulu lui épargner cette vision de moi, je vous le jure. Mais, j'en peux plus. Il faut que je lui en parle. J'ai si longuement hésité à lui en parler... Mais aujourd'hui, il faut que je le fasse avant que tous ces sentiments aient raisons de moi. Avant qu'ils ne me fassent faire n'importe quoi, encore une fois. Alors, je me retrouve là, sur ce canapé. La mine affreuse, la peau pâle, les yeux fatigués, le nez rougit... On dirait que j'ai attrapé une sale maladie. Je pose la tasse de thé que Ji Eun à prit le temps de me faire le temps de m'excuser de la déranger sans la prévenir, mais j'avais ce besoin extrême et urgent de venir lui parler. Puis très vite, les larmes montent... Elle me sourit doucement, caressant de la même manière mes cheveux tout en me disant que je ne la dérangerait jamais, et que je le savais. Je le sais, oui. Mais je n'aime pas venir la voir pour pleurer et quémander de l'aide... Elle a déjà tellement de problèmes à gérer de son côté. Mais je ne pouvais pas rester ainsi, à souffrir seul dans mon coin. Alors très vite, les aveux arrivent. Un aveux très douloureux à faire, suivit de larmes aussi douloureuses. Sa main se stoppe, avant de venir m'étreindre dans ses bras. Comme un enfant, cette étreinte me fait pleurer un peu plus, comme si elle m'y autorisait de le faire. Je la serre contre moi, cachant légèrement mon visage contre son épaule. Je pleure pendant un moment, avant que sa main vienne de nouveau caresser mes cheveux, ce qui me calme un peu. Elle me regarde ensuite, me demandant ce que j'avais fait pour que ce soit de ma faute, bien qu'elle soit sûre que je n'avais rien fais. Mais, il n'y a pas besoin de faire un meurtre pour que la mort de quelqu'un soit de notre faute. Dans un suicide, il y a plusieurs acteurs. Et là, j'en fais clairement parti. "Il s'est pendu à cause de moi... A cause de moi..." Je la regarde, essuyant mes larmes comme je le peux. "Il arrêtait pas de sourire pourtant, ce jour-là... Et j'ai même pas vu sa détresse... Il me disait tout d'habitude, alors pour moi tout allait bien..." Sauf que tout allait mal. J'avais appris qu'il souffrait énormément en quelques heures. "Je crois qu'il avait fait exprès d'attendre la fin de la journée pour tout me dire... On avait un cours de danse, c'était le dernier de la journée. Et il a choisit d'attendre la fin pour me dire tout simplement qu'il était gay, et qu'il avait un penchant pour moi." Je soupire, passant nerveusement ma main dans mes cheveux. Un rire nerveux sort de ma bouche alors que mes yeux brillent de nouveau. "... Ça m'avait surprit sur le coup... Je ne savais pas quoi lui dire, alors j'ai gardé le silence en le regardant, cherchant quoi lui dire... Il a prit ça pour un rejet, ce con." Je regarde Ji Eun, les larmes coulant encore d'elle même mais silencieusement. "Il m'a dit d'oublier. Et qu'on se reverrait demain... Il m'a dit, à demain. Mais il savait déjà ce qu'il allait faire en rentrant. Il le savait, et il m'a dit à demain." Je tourne la tête, me mordant la lèvre inférieure et regardant ailleurs. Je me retiens de pleurer encore une fois, alors je finis par prendre la tasse de thé et en boit quelques gorgées. "Je voulais me rattraper. Alors après être rentré chez moi pour me laver et me changer, je suis allé chez lui. Sans le prévenir, pour lui faire une petite visite surprise. Quand je suis arrivé, ses parents allaient partir et j'ai pris le temps de discuter un peu avec eux, bien qu'ils ne m'aimaient déjà pas beaucoup. Ça m'a prit dix minutes, environ. " Je finis par poser la tasse de nouveau, puis prend une petite pause entre mes mots. Ce souvenir-là, c'est le plus douloureux... C'est ce jour-là que j'ai appris qu'un étranglement prenait dix minutes minimum pour tuer quelqu'un. "Quand je suis rentré dans sa chambre, j'ai d'abord vu la chaise par terre. Puis quand j'ai levé les yeux, je l'ai vu, au bout de la corde. Je ne sais pas pourquoi... Quand il m'a vu, il a commencé à se débattre. J'ai paniqué, j'ai crié à l'aide, mais ses parents étaient déjà parti. Alors j'ai voulu le soulever, mais je paniquais tellement que je l'ai encore plus étranglé... Je l'ai lâché, puis j'ai pensé seulement à ce moment là de prendre la chaise, et de la mettre sous ses pieds mais... Je l'avais déjà tué en essayant de le soulever." Je regarde Ji Eun, le regard plein de regrets. "... Je l'ai achevé sans même m'en rendre compte."

© 2981 12289 0




A smile can hide everythingNo thoughts. No prayers... Can bring back what's no longer there, the silent are damned. The body count is on your hands.
Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     30.06.18 18:17
Save me from myselfFt @Li SHen
Pour avancer il fallait fermer la page, il fallait accepter de reconnaître que ce n'était que du passé et que le futur devais à la fois inclure ce qu'il s'était passé comme l'oublier un peu. Un savant mélange dont il fallait trouver les proportions afin de vivre au mieux.

Mais il y avait des temps, il y avait des moments où tout ressortait. Peu importe combien on essayait. Peu importe combien on était fort et courageux. Il y avait ces jours où tout était dur, ou tout était compliqué et qu'on perdait peu à peu pied. C'est ce qu'il se passait chez Shen. Il perdait tous ses murs, ses remparts, son sourire et tout s'effritait. Tu ne pouvais pas nier que tu avais mal en le voyant ainsi, tu ne pouvais pas nier que c'était dur de ne pas trouver les mots, de se retrouver face à la détresse de ton meilleur ami. Ses yeux sont embrumés et tu sais qu'il va finir par pleurer. Tu sais qu'il va se confier, se lâcher et laisser doucement ses nerfs lacher. Comme pour le rassurer, lui dire que tout ira bien et que ce n'était pas grave, qu'il pouvait tout te confier, tout laisser tomber tu caressais ses cheveux ses mots venant rapidement te toucher. Tu avais vraiment mal. Tu avais envie de lui donner toutes les ondes positives que tu pouvais mais face à ses mots tu étais bien faible. Face à sa tristesse tu ne faisais pas le poids. Rapidement sa tristesse prend forme de mots et tu découvris doucement la vérité, doucement l'histoire qui se cachait derrière ses sourires et maintenant ses larmes. Le regardant alors tu prends doucement sa main en attendant la suite. Tu voulais le comprendre, tu voulais le rassurer. Le poignant de la situation avait doucement raison de toi et face à la cruauté de la réalité les larmes te montaient doucement. Tu avais l'impression de perdre peu à peu cette force pour réconforter tes amis. Tu voulais vraiment lui enlever ce fardeau mais c'était impossible. Tu ne pouvais pas simplement lui faire oublier. Le monde était dur, votre société sûrement encore trop fermée apportait beaucoup de bavures et ton ami en avait subit les conséquences. Tu te doutais de la suite bien que tu sois encore loin de la vérité, les yeux encore mouillés et prêts à verser de nouvelles larmes que tu effaçais rapidement. LA suite n'était pas mieux, elle n'était que plus douloureuse. A sa dernière phrase ton coeur finit par craquer et tu viens tout simplement le serrer contre toi. En quoi était il coupable? Pourquoi devait il porter ça tout seul? POurquoi est ce qu'on ne lui avait pas donné l'occasion de se racheter de prouver qu'il n'avait rien contre son ami. Il aurait dû pouvoir lui dire mais tu savais que la vie n'était pas si clémente. Caressant son dos doucement tu le gardais contre toi toujours aussi triste sentant sa peine peser sur ton moral. " Ca va aller.. tu as voulu l'aider. SHen tu as fait tout ce que tu pouvais.   " Qui aurait fait mieux ? La panique prenait souvent le dessus et de l'aider avait déjà été une preuve de courage.


"   "

© 2981 12289 0



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Li Shen
Li Shen
Pocky Boy
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1273p15-li-shen-i-dont-see-
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     03.07.18 18:08
Save me from myselfFt @Im Ji EunCe jour est le jour où je finis enfin par me confier à quelqu'un. En particuliers a une personne avec laquelle je partage cette même amitié que j'avais avec lui. Je lui disais tout, alors je pense que je peux tout lui dire, à elle aussi. Alors c'est ce que je fais, après avoir laissé un flot de tristesse enfin sortir. Je me calme et lui raconte toute l'histoire, la voix tremblante. Ça me fait du bien d'en parler, mais ça me blesse en même temps de ressasser tous ces souvenirs douloureux. Elle m'écoute parler, me regarde avec ce regard si doux, compréhensif et rassurant. Alors qu'elle découvre peu à peu l'histoire, elle me tient la main, avec ce même regard... Puis lorsque j'avance un peu plus dans mes paroles et que je la regarde, je vois ses yeux briller. Pourtant je continue à parler en allant jusqu'au bout de cette histoire sombre et douloureuse. Du coin de l’œil, je l'ai vu essuyer ses larmes qui menaçaient de tomber, juste avant de me prendre dans ses bras pour me réconforter. Elle passe sa main dans mon dos, me disant que j'avais simplement voulu aider mon ami... Que je n'y étais pour rien, et que j'avais fais tout ce que j'avais pu. "J'aurais dû penser à mettre la chaise sous ses pieds avant..." Je la serre légèrement dans mes bras, la tête posée contre son épaule, les larmes qui coulent encore. Puis je me redresse, la regardant alors que ses yeux sont légèrement rougis à cause de sa peine. "Désolé... Je ne pensais pas que ça te minerait autant le moral, je n'y avais pas pensé... Mais merci de m'avoir écouté, Jiji..." Je force un peu pour sourire, la rassurer un peu. Je ne voulais vraiment pas la faire pleurer... Je ne sais pas si je devrais lui dire le reste ? Peut être au moins la fin de cette histoire-là. Je ferais l'impasse sur les conneries les plus stupides que j'ai pu faire de toute ma vie, suite à ça. "... Tu sais... J'avais appelé l'ambulance après ça, et il y a eu la police aussi. Eh beh, ils m'ont interrogés sur ce qui venait de se passer, ils savaient que c'était un suicide mais comme j'étais présent... Ils avaient quand même un doute. Alors ils m'ont retenu pendant une heure ou deux pour que je leur explique absolument tout." Je soupire légèrement, saisissant un coussin pour le serrer contre moi. Je mord ma lèvre inférieure, avant de continuer avec un sourire triste. "J'ai du leur dire son orientation sexuelle... Ainsi que la mienne... Et aussi qu'il avait un penchant pour moi et que... Moi aussi, j'en avais un pour lui. Mais ses parents étaient derrière la vitre et ils ont tout vu, tout entendu. Alors quand je suis sorti, son père m'a baffé, et sa mère elle m'a dit que tout était ma faute, que je l'ai influencé, traîné en bas, et que j'aurais dû me retrouver pendu à la corde à la place de son fils. S'en est suivit une longue dispute entre mes parents et les siens..." Je renifle un peu, prenant la tasse de thé entre mes mains, le regard rivé dessus. "Et voilà, c'est tout..." Je ne regarde pas ma meilleure amie, parce que non. Ce n'est pas tout, mais je ne veux pas la voir pleurer, elle aussi... Pas à cause de moi. Alors je m'arrête volontairement là, essuyant d'une main mes larmes et arborant de manière quasiment naturelle un sourire, aussi triste soit-il. "... Et sinon... Toi, de ton côté, ça va ?" Essayons de cacher tout le reste, et de passer à autre chose. Elle m'a déjà écouté pour ça, je ne veux pas lui gâcher le reste de sa soirée avec d'autres larmes... D'autant plus que j'ai honte de cette partie de ma vie.

"  "

© 2981 12289 0




A smile can hide everythingNo thoughts. No prayers... Can bring back what's no longer there, the silent are damned. The body count is on your hands.
Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     04.07.18 17:24
Save me from myselfFt @Li SHen
Tu pouvais dire que tu en avais vu. Les urgences étaient sûrement un lieu bien terrifiant surtout pour une enfant dans ton genre. Et pourtant. Tu avais su enduré et écouter ce qu'on te disait afin d'aider les autres au mieux et ne pas être le fardeau que tu craignais d'être. Mais ce sang froid n'était pas partout, tout le temps là. Tu te souviens de certaines intervention qui avait demandé de l'aide, où tu n'avais pu bougé, où tu étais restée figée. Il fallait apprendre. Apprendre ) gérer le plus déroutant, et encore aujourd'hui tu te savais bien faible face à l'expérience de certains. De son côté Shen avait expérimenté le pire, sans s'y être préparé. Il avait vu ce qui pouvait traumatiser toute personne, et bloqué d'avantage d'autres. Chaque situation avait sa réaction et si les urgences médicales avaient fini par te solidifier tu n'en restais pas moins incapable de bouger face à la violence. Les réactions de chacun sont imprévisibles et variées et personne ne pouvait dire le contraire, personne ne pouvait s'en venter. Alors oui, son histoire te touchait, au plus profond de ton être jusqu'à partager silencieusement cette douleur et ces larmes avec lui, que tu cachais pour ne pas l'accabler encore plus. Alors oui tu le prenais contre toi et tu essayais du mieux que tu pouvais, tu cherchais à le soulager de ce point qu'il portait. Mais il semblait perdu dans sa culpabilité au point d'en oublier le facteur premier: il était humain. " Tu étais choqué.. tu sais qu'on ne peut pas réfléchir normalement..  " Le serrant un peu plus tu sens sont étreinte se serrer puis se desserrer pour qu'il puisse te regarder. Tu essuies tes yeux avant de passer tes mains délicatement sur ses joues pour essuyer les siennes. " Je suis toujours là pour toi.. et .. tu n'as pas à t'en faire pour ça.. J'aurai juste aimé pouvoir faire quelque chose.  " La peine d'un être cher était plus douloureuse encore que notre propre peine. Parce que cet être était précieux, parce qu'il ne le méritait pas. Il continua son récit alors que tu prenais ses mains en restant attentive tes larmes se taisant un moment. Si le moment était passé, pour Shen il avait dû continué avec. Surmonter la douleur pour répondre aux questions, pour prouver qu'il n'était pas le responsable, et enfin affronter ceux qui venaient de perdre un être cher. Tu aimais Shen , et tu savais que les parents de son ami aimaient encore plus leur enfant. Tu savais qu'il était difficile de perdre un être cher, encore plus de penser que c'était la faute d'un autre. Mais on ne pouvait pas, avec sa peine comme bouclier, faire tout ce qui nous plaisait. Ils avaient eu tord. Et la société avait tord. Et toute cette oppression, cette uniformité avaient tord. "  Shen... ne me mens pas: tu penses que c'est ta faute à cause de ces paroles? A cause de ton acte ? Qu'est ce que tu as fait après ?  " Comment l'avait il surmonté? Comment avait il trouvé la force de se relever quand les gens l'accablaient ? " Tu sais que je t'aime.. Peu importe ce que tu as fait, ou ce que tu feras. Et je te dis ça parce que je t'adore mais aussi parce que c'est vrai : tu n'as rien fait de mal. Tu as paniqué parce que tu es humain, tu l'as aimé parce que tu es humain, et on t'a blâmé parce que les autres sont humains. Il faut toujours un coupable. La douleur peut se transformer en haine, en colère. Mais crois moi que tu ne l'as pas tué. Tu n'as rien fait de mal.. Et tout ce qui s'est passé peut arriver à n'importe qui.  " Tu ne voulais pas qu'il pense qu'il était coupable. Qu'il était fautif d'un moment de faiblesse. Dans ce cas, tout le monde l'était. "Merci de  m'en avoir parlé.. de me faire confiance.  " Lui offrant une autre accolade tu voulais tout de même être sûre que son récit était fini. Alors tu te penchas vers lui. "  Tu peux vider ton sac..  " Après tout, qui était là pour juger ? Certainement pas toi. Ce revirement est étrange, et au fond de toi tu es sûre qu'il te cache quelque chose, alors tu attends, qu'il se confie, qu'il lâche absolument tout pour se sentir soulagé. " Ce n'est pas le moment de parler de moi  " et c'était vrai. Il était là pour lui, et même s'il voulait changer de sujet, autant mettre un film complètement con. Caressant ses cheveux tu attendais donc qu'il te confirme, que oui.. cette histoire était la fin, qeu tout était revenue à la normale et que rien ne le faisait souffrir aujourd'hui.


"   "

© 2981 12289 0



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Li Shen
Li Shen
Pocky Boy
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1273p15-li-shen-i-dont-see-
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     05.07.18 11:34
Save me from myselfFt @Im Ji EunBeaucoup de personnes me croit comme étant quelqu'un de joyeux, toujours avec ce sourire et réagissant de façon enfantine, bien que d'autres savent que je reste un jeune homme qui aime profiter de sa jeunesse. Mais peu de personnes savent, voire quasiment personne ne sait, qu'en réalité je souffre. Que tout ça, c'est juste une façade, que je vis dans une société que je déteste au plus haut point pour m'avoir volé plusieurs années de ma vie, ainsi que la vie entière de mon meilleur ami. Cette société fermé nous a tout volé, plus à lui qu'à moi. Cette société qui n'a pas arrêté de nous réprimer. Quand elle me prend dans ses bras, je la serre un peu, écoutant ses douces paroles. "... C'est vrai, mais... Je sais pas..." Je sais qu'elle a raison, mais je n'arrive pas à ne pas me sentir coupable. Je desserre mes bras, la regardant tandis qu'elle essuie ses larmes avant de poser délicatement ses mains sur mes joues afin d'essuyer les miennes. Un petit sourire s'affiche sur mon visage. "Merci. Mais tu en fais déjà beaucoup pour moi, ne t'en fais pas pour ça." Je n'aime pas la voir comme ça. Alors je reprend assez vite mon histoire, afin d'en finir au plus vite, même si ce n'est pas véritablement la fin. Je lui raconte ce qui s'est passé au commissariat, et en racontant tout ça je me souviens de ce regard plein de jugements que m'avaient porté les deux policiers qui m'interrogeaient... Ils avaient réussi à provoquer un début de honte, et ce qui s'était passé ensuite n'avait fait que confirmer cette honte en moi, mélangé à la culpabilité. Toute cette pression au final, avait eu raison de moi. Une fois le récit finit, Ji Eun me pose des questions que je ne m'étaient jamais vraiment posé. Ça me fait réfléchir un peu, ça me fait hésiter... "Je... Je pense que c'est les deux... Ce que j'ai fait, et ce qu'on m'a dit. Et après tout ça je..." Non, j'ai trop honte pour dire tout ce que j'ai fais après. "J'ai pas arrêté de m'excuser... Et je me suis isolé." Mais vite, ses paroles me touchent au plus profond. Tous ces mots me font le plus grand bien. Ils m'apaisent et assez vite d'autres larmes prennent le dessus, alors quand elle a finit de parler je la prend dans mes bras, à nouveau. "Moi aussi je t'aime Ji Eun... T'es comme une petite sœur pour moi..." Je me redresse à moitié afin de lui faire face quand elle me remercie de lui faire confiance et de m'offrir une autre accolade. Une fois finis, un de ses coussins serré contre moi, je vois Jiji se pencher vers moi, me disant que je peux vider mon sac. Je me mord la lèvre, ayant trop honte de cette partie là pour le dire. Mais... Elle ne va pas me juger. je le sais. Alors... Elle mérite de savoir. Et même si j'essaie de dévier la conversation, assez vite elle me rappelle que ce soir, elle ne veut pas parler d'elle. J'hoche alors doucement la tête, soupirant un peu. "Pour surmonter tout ça, je n'ai pas fais que m'excuser et m'isoler..." Je triture assez nerveusement le coin du coussin avec mes doigts, regardant ailleurs à cause de cette honte qui me tiraille. "J'ai finis par me droguer, et j'ai consommé toute sorte de drogues pendant deux ans... Mes parents me donnaient de l'argent de poche, je leur faisait croire que c'était pour des vêtements de sports, ou des jeux vidéos. Mais c'était pour me shooter toute la journée..." Le regard toujours baissé, je continue à parler sur un ton un peu honteux. "J'avais de mauvaise fréquentations, je traînais dans les mauvais quartiers et tous les jours je faisais la fête, je me droguais, je buvais... Je faisais n'importe quoi. J'avais perdu pas mal de poids, du coup et ma santé se dégradait alors mes parents ont finit par le remarqué et m'ont privé d'argent de poche, ils faisaient tout pour que je sorte le moins possible." Je soupire de nouveau, me cachant presque le visage. Fuyant son regard... "Un jour j'ai pris la dose de trop. J'ai fais une overdose. Ceux avec qui j'étais n'ont pas appelé l'ambulance. Ils m'ont simplement largué devant les urgences les plus proches. J'ai eu une amende, j'ai faillis endurer une peine de prison mais j'y ai échappé. Par contre j'ai fais un an en centre de désintoxication... Voilà. tu sais vraiment tout, cette fois."

"  "

© 2981 12289 0




A smile can hide everythingNo thoughts. No prayers... Can bring back what's no longer there, the silent are damned. The body count is on your hands.
Revenir en haut Aller en bas
Im Ji Eun
Im Ji Eun
(MomHeart) Property of a Social disaster
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1133-im-ji-eun-lie-to-me
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]     10.07.18 2:21
Save me from myselfFt @Li SHen
Non tu ne changerais pas tout. Tu ne changerais pas le monde entier avec ton envie et ton ouverture d'esprit. Mais tu pouvais l'aider. Tu pouvais parler, rassurer et tant que tu pourrais tu le ferai. Tant que tu aurais assez de force tu aiderais, tout le monde, même ceux qui sont repoussés par la société , et surtout eux. Ton meilleur ami en fait parti, un homme débridé au sourire enjôleur mais des yeux remplis de tristesse. Tu n'avais jamais rien vu jusqu'aujourd'hui. Comme s'il avait décidé de montrer qui il était . Comme s'il te faisait assez confiance maintenant pour te le dire. Tu le serres contre toi, tu le rassures comme tu peux, comme tu dois le faire, et tu te sens soulagée de pouvoir maintenant l'aider, même si ton coeur se serre en pensant aux épreuves qu'il a dû traversé. Mais tu es là, et tu ne le laisseras plus jamais seul. Sa situation est compliquée, même très compliquée mais pas désespérée. " Je n'en fais jamais trop Shen.. tu le sais pourtant   " Riant doucement tu veux détendre cette atmosphère pesante. Mais tu sais que la douleur reste. La suite en était tout aussi lourde puisqu'elle reflétait cette société. Rigide, patriarcale, une société où les minorités comme on les appelle, n'avaient pas leur place et pourtant. La société se composait de toute sorte de personne, les seuls à condamner étaient les criminels et ceux qui ne voulaient pas des autres. Ceux qui rejetaient tout sur quelqu'un sous prétexte qu'il ne rentrait pas dans le moule. Tout ceux qui ont déjà pensé qu'il était dégoûtant d'être comme ci et non comme ça. La perte d'un enfant , d'un être cher, certes développait la haine, mais celle ci mal dirigée faisait de vous quelqu'un de mauvais, quelqu'un qui blâmait les autres sans se regarder. Et tu ne voulais pas que Shen soit en proie à cette tristesse et cette culpabilité parce qu'un jour, on a voulu trouver un coupable. " Tu sais.. je pense que tout est encore bien trop présent pour toi et tu n'y mets pas le recul. C'est normal ça t'a profondément toucher. Mais Shen.. les gens peuvent faire de toi ce que tu n'aies pas. J'aimerai que tu oublies les paroles de ses parents.. Et que tu te pardonnes d'avoir été humain.   " Les excuses étaient les bienvenues, bien qu'il n'ait rien fait de punissable, il avait aidé comme il pouvait. Une fois de nouveau dans ses bras tu tapotes doucement son dos pour le réconforter, pour lui prouver qu'il a bien fait. Souriant doucement à ses paroles tu hoches la tête. Un grand frère aurait il cette place ?  " Et toi mon grand frère..  " Restant un moment contre lui tu passes une main sur ses cheveux pour tapoter son crâne tout comme tu l'avais fait avec son dos. " Tu as bien fait Shen..   " De parler aujourd'hui. De réagir à l'époque, de sourire aux gens. Tant de choses qu'il a bien faite. mais tu sens qu'il te cache encore quelque chose. Et cette fois tu l'aiderais à vider sa tête, ses épaules. Il fallait qu'il te dise tout, ce qu'il avait fait, ce pourquoi son regard semblait s'abaisser et progressivement la confession vint. Ses doigts triturent le pauvre coussin et ses yeux t'évite. Tu sais qu'il regrette, tu sais qu'il a honte et tu comprends peu à peu ce qui l'a rongé. Tu 'es pas en colère, pas vraiment choquée, surprise et sûrement déçue. Déçue de l'avoir laissé seul mais tu ne le connaissais pas. Déçue de n'être apparue que bien trop tard. mais étrangement tu étais également fière. Fière de lui et de son parcours parce qu'il était là. Il était là et il était clean ce qui prouvait encore fois qu'il avait bien fati. Et puis son discours se fini par quelque chose que tu avais déjà vu. Ce genre de gamin paumé qui ne savaient plus quoi faire. Et qui avaient pris la dose de trop. Tu avais vu leur sevrage aussi difficile que pénible. Ce regard de manque, de haine et parfois de remerciement. Tu voulais toujours aider un peu plus, mais parfois c'était impossible et tu ne retourneras pas dans le passé pour l'aider tu ne peux pas. MAis le voir aujourd'hui est une vraie victoire pour lui même. Prenant alors doucement sa main tu le regardes. " Yah.. regarde moi. Tu n'as pas à en avoir honte. Tu es tombé dans des travers certes mais tu as su te relever et c'est bien plus admirable que de ne pas sombrer. J'aurai aimé être là mais je ne peux pas... alors aujourd'hui appuie toi sur moi.. quand tu as envie de quelque chose de mal appelle moi, je répondrai. Promis..   " Souriant doucement tu embrasses sa joue. Fallait il vraiment qu'il ne se plonge encore plus dans ses souvenirs ? Douloureux qui plus est. Tu voulais qu'il oublie. "   tu dors là ce soir ? Je vais te faire un gros câlin " Souriant tu le reprends alors contre toi frottant doucement son dos. "  Je suis fière de toi Shen..  " Fière de l'avoir pour meilleur ami.


"   "

© 2981 12289 0



It's you You’re the right time at the right moment, You’re the sunlight keeps my heart going

YOU MAKE ME CRAZY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
Sujet: Re: Save me from myself [ft Jiji]    
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» « How to save a life » ▬ Naveen
» La save en Greyjoy