wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MMA Warrior
More informations ?
- Sujet : Re: Let's share our truths ▬ #YoonMi +18     23.09.18 15:34



Let's share our truths.

at Yoon's house
outfit

Dans une promesse silencieuse, je lui avais donné l’ascendant sur moi, je lui avais laissé les clés d’un territoire que je ne possédais plus. J’étais tombé face à elle, j’avais goûté son corps, je m’étais délecter de sa silhouette et de ses courbes jusqu’à en perdre haleine. Mais par-dessus tout, je m’étais montré impatient, imprudent, je m’étais laissé mordre par l’envie et le désir, consumé par le besoin de plus que ce que je pouvais ressentir à ce moment. Elle avait réussi à passer les portes de mon enfer, posant sur ce monde un regard innocent, ignorant de ce qu’il pouvait renfermer, et jamais cet univers ne m’avait paru aussi apaisant qu’à cet instant. Je me sentais en sécurité, un paradoxe monstrueux lorsque je me rappelais les raisons qui me poussaient à vouloir en partir pour n’y être que le captif d’un être vile et cruel. La paix s’infiltrait malicieusement dans mes muscles pour en détendre les fibres unes à unes, dans ses bras, niché au cœur de sa féminité je me sentais revivre. J’exhalais un souffle nouveau, ou tout du moins différent de cette lutte quotidienne qui compressait ma poitrine. Je me sentais revivre en appréciant son corps du mien, je lui imposais ma carrure qu’elle acceptait en une étreinte langoureuse jusqu’à finalement expirer un dernier souffle. Brûlant, presque destructeur, mais ô combien salvateur. J’avais vécu depuis toutes ces années dans une cage que je m’étais forgé, et elle venait de m’en libérer. Je ne pensais pas, je ne pensais plus, emporté dans les méandres d’un feu grégeois qui, je l’espérais ne réduise tout ce que je connaissais en cendre pour ne plus laisser qu’une terre vierge sur laquelle renaître. Et une dernière fois, j’apprivoisais son sourire en un baiser bien plus calme que l’échange ardent, presque déroutant. Porté par l’impulsion d’un moment, j’ignorais ce qui pouvait bien nourrir ses pensées alors que les miennes semblaient désespérément inexistantes. Ce fut sa voix, faible et éreintée qui m’obligea à ouvrir les yeux, la détailler encore une fois avant d’acquiescer pour finalement tendre le bras et en attraper la bouteille dont je vidais une partie de son contenu. Pris de mutisme, j’étais incapable de parler, de réfléchir, seulement d’agir et de me pencher sur ses courbes pour les redessiner du savon liquide. Je m’attelais avec douceur à faire luire sa chair sous les bulles qui collaient à sa peau. Et je la laissais faire de même avec moi, n’étant plus que le pantin à qui elle pouvait décider de donner vie ou non. J’avais l’impression que le temps s’était arrêté, comme figé dans la pièce, prisonnier d’une volonté partagée et qui ne parvenait à s’effriter sous la fatigue naissante. Mais il s’étirait et après de longues minutes dans un silence religieux, un respect presque sacré, je me fis violence et tendais à nouveau le bras pour couper l’eau. Il n’y avait plus sur nous aucune trace du combat que j’avais provoqué, seules les marques invisibles d’un amour partagé persistaient. Des sentiments auxquels je donnais une autre dimension, plus physique et moins spirituelle, juste pour tromper mon esprit, juste pour m’assurer que personne ne saurait pénétrer ces lieux une nouvelle fois. Est-ce que ça va ? demandais-je d’un regard. Je savais qu’elle comprendrait, sans même qu’un mot ne soit prononcé, et elle y répondit par un fin sourire, fatigué mais aussi comblé. Je quittais la chaleur de la cabine pour pénétrer dans la brume bouillonnante de la salle de bain et me charger de recouvrir son corps d’une large serviette. J’apposais le tissu en éponge sur ses épaules avant de m’en parer à mon tour. Je couvrais mes hanches, encore transi par la chaleur qui prenait racine dans mes muscles. Distrait, je regardais une dernière fois la pièce avant de prendre la main de Young Mi pour l’entraîner à ma suite. Était-ce un signe ? Était-ce là notre point de repère, notre refuge ? Dans une salle de bain ? Était-ce elle, ou l’eau qui parvenait à me débarrasser de ce poids sur mes épaules ? Mon esprit se réveillait de sa léthargie et avec lui les questions sans réponses que j’ignorais pour retourner dans ma chambre, et me laisser tomber sur mon lit sans même prendre la peine de chercher des vêtements. Ma peau souffrait encore de son toucher, elle avait laissé des traînées de feu dont mon épiderme se consumait encore. « Tu peux te servir dans l’armoire… » Mais mon corps avait sa propre volonté et il ne la laissait pas s’échapper ou s’éloigner trop loin, tirant sur la serviette pour la rapprocher. Mon cœur, mon corps et ma tête se livraient une bataille bien trop compliquée pour que je ne réussisse à dominer, aussi je me laissais guidé par mes muscles et attrapais sa taille pour la faire tomber à mon côté. Je la couvrais d’une étreinte plus douce, l’écrouais avec plus de tendresse que je ne pensais savoir faire preuve et me contentais de replacer quelques mèches humides en plongeant dans ses iris. « Dors, je ne bouge pas, je reste là. »


ft. @Nam Young Mi mine
♡♡♡
OXYMORE


Absente jusqu'au 28/10 les enfants  



▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Be prepared •
(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
membre en bronze
More informations ?
- Sujet : Re: Let's share our truths ▬ #YoonMi +18     08.10.18 23:15



Let's share our truths.

at Yoon's house
outfit


Des moments intenses, alors que vos lèvres se frôlaient, vos respirations se mélangeaient parfaitement créant une ambiance que vous étiez les seuls à ressentir. Comme dans une bulle, dans un monde qui n'appartenait qu'à vous vous abaissiez nombreuses barrières pour juste vous sentir l'un contre l'autre. Goûter à un autre monde, à ses lèvres qui te tentait depuis des années. Un instant pour te perdre dans ses bras collant son corps comme jamais tu n'aurais cru le faire. Perdre la tête un instant, en oublier le reste pour ne voir que cet homme qui s'abandonnait tout autant que toi. Il n'existait plus de différence de taille, de force, ni même de sentiments ,tout semblait sur la même ligne égale et grande vous offrant un moment de complicité complet. Un moment presque unique qui vous faisait perdre peu à peu le reste d'énergie. Dans un dernier soupire, une ultime contraction de chacun de vos muscles vous quittiez ce monde pourtant confortable. Reprendre pied à la réalité, retrouver son souffle, et pourtant ne pas revenir à cette peur qui venait tirailler vos entrailles, ou bien ce sentiment de lassitude, d'abandon qui avait compresser ton palpitant plus tôt. Plus rien n'avait d'importance lorsque vos yeux se croisaient. Que vos lèvres se frôlaient et vous offraient une nouvelle danse, douce et rythmée par un air de douceur. Plus rien ne comptait quand l'autre était encore là, face à vous. Et pourtant la raison te revint. Tu savais qu'il fallait vous laver, qu'il fallait quitter le cocon de la douche pour peut être manger, peut être dormir, peut être partir. Pourtant tu n'avais pas eu l'envie de quitter ses bras ni même cette maison qui semblait t'accueillir sans que tu ne saches tout ce qu'elle renfermait. Tu ne savais pas et tu n'aurais pu deviné. Et c'est lorsque tu fis preuve de raison qu'il continua ta pensée par un acte. Un acte qui aurait pu être d'une banalité affligeante s'il n'avait pas été la personne qui le faisait. Ses mains sur ta peau agissaient telle une lave lancinant le sol, laissant une traînée sur ta peau hypersensible d'un toucher que tu voulais sentir depuis trop longtemps. A ton tour, prenant du liquide particulier du gel douche tu frottas avec une douceur infinie sa peau qui subissait toutes sortes de chocs. Tu le savais combattant, tu savais qu'il mettait son corps dans les pires situations, entraînements après entraînements, combats après combat, bien qu'il ne se faisait toucher que rarement, voire jamais, tu voulais soigner ces quelques douleurs, ces plaies dont tu ignorais la réelle provenance mais que tu effaçais d'une caresse de la main. Tandis qu'il s'occupais de ton propre corps tu étais perdue dans cette sensation qui ne cessait de parcourir son corps, remontant sur ses muscles que tu avais tant de fois parcouru qu'il te serait presque possible de le sculpter. Un corps que tu apprenais par coeur. Un échange qui durait le plus longtemps possible et qui pourtant prit fin lorsque l'eau balayant les dernières traces de ce moment intime. Et comme si rien ne s'était passé, dans le plus grand des secrets vous perdiez toutes vos preuves. Oubliant que l'impatience et l'ardent de vos sentiments prendraient le dessus pour fabriquer une dernière preuve. Guider par un feu qui vous consumait pourtant bien trop souvent, vous restiez naïfs à oublier que la vie joue toujours des tours. Mais avec cette naïveté vous vous offriez un moment de répit, une chaleur qui t'entoura et t'enveloppa alors qu'il pensait à toi en priorité te faisant sourire un instant. Si aucun mot n'avaient passé la barrière de vos lèvres encore rosies des caresses vous n'aviez aucun sentiment de honte, de gêne ou de pression. Les mots n'avaient simplement pas leur place, vos regards et vos sourires parlant plus encore. C'était vous, votre communication et ce déni qui détournait son esprit. Un déni qui faisait taire sa raison, oublier son coeur et balancer ses sentiments. Mais tu le suivais, parce qu'il t'était désormais impossible de lui résister, impossible de trouver une faille lorsqu'il te regardait. Impossible de t'imaginer sans lui. Ce qui arriverait pourtant. Ce n'est qu'une fois dans la chambre que tu regardais de nouveau autour de toi prête à te parer de ses vêtements avant de sentir une pression te faire tomber mollement contre lui. Ton regard se relevant sur un être dont les traits te paraissaient familier et pourtant toujours nouveaux, tant tu prenais plaisir à les découvrir de nouveau, tu souriais malicieusement. " Je pensais devoir me servir dans l'armoire..  " Pourtant loin de toi l'idée de sortir de cette étreinte. Rester en serviette contre lui n'était ni inconfortable, ni inenvisageable, tant que ses bras réchauffaient ton corps tu resterais où il serait. Passant alors une main sur son torse pour contourner son large buste et le serrer lentement tu fermas un instant les yeux profitant de la caresse qui te rendait faible. Une plume sur un corps enflammé, une douceur pour un coeur blessé et affublé de malheurs trop lourds à porter. après un léger soupire, qui relâchait toute pression que tes muscles avaient emmagasiner sans que tu ne t'en rendes compte tu rouvris les yeux pour le détailler, plonger dans ses iris et y lire cette bienveillance qu'il avait toujours posée sur toi, ou bien était elle différente à présent. Tes lèvres s'étirant légèrement tu caressas son dos de ta main libre venant hocher doucement ta tête. Tout était calme et ton rythme cardiaque semblait adopter cette ballade pour t'emporter un peu plus loin encore, ton corps enserrant toujours celui de l'homme qui partageait tes côtés. " Dors aussi..  " Soufflas tu avant de sombrer dans un monde où plus rien n'avait d'importance, et pourtant où tout était possible. Enveloppée de sa chaleur, protéger par ses bras, tu sentais ta nuit devenir réparatrice, et ton coeur s'apaiser.


"  "



ft. @Ahn Shi Yoon le parfait, le mien
♡♡♡
OXYMORE




It's gonna pay
Wait for you ☽ You can take everything I have You can break everything I am Like I'm made of glass Like I'm made of paper Go on and try to tear me down I will be rising from the ground Like a skyscraper
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» GOOGLE EARTH : SEEK & FIND NABAZTAGS WORLDWIDE
» AD$MEPAY new rev share
» AD$MEPAY new rev share