wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

roi du bouche à bouche
More informations ?
- Sujet : 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     11.08.18 20:24




Long time no see... connard !
2016 • (tenue balec)


Ça sonne presque comme un ordre et à force de t'user et d'insister, ton amie finie par te faire céder.
T'as répondu oui juste pour la faire enfin taire. Accepter de sortir à cette fichue soirée malgré ton manque d'envie. Parce qu'en vérité tu n'as pas la tête à ça ce soir. Tu penses encore à lui et ton petit coeur tout écrasé te fait encore mal. T'es maussade, déprimé. Loin de l'etat d'ésprit à avoir lorsqu'on est supposé aller se dandiner sur de la musique et rire en société. Tu le sens déjà, que tu vas plomber l'ambiance.

C'est donc sans entrain que tu te rends à la soirée, les semelles de tes chaussures frottants le bitume dans ton pas las. Tu retrouves tes amis déjà trop intoxiqués par l'alcool devant l'entrée de l'immeuble. Ils ont commencé à boire sans toi dans l'après-midi, pendant tu toi tu conduisais ton ambulance. Mais ça ne te vexe pas. Tu n'as déjà pas envie d'être là ce soir, alors tu n'aurais pas eu envie d'être au bar avec eux plus tôt non plus.
Vous vous engouffrez dans la cage d'escaliers afin de gravir les cinqs étages qui vous séparent du toit. T'es bien évidemment en train de trainer au bout de la ligne, derrière tout le monde, parce que tu prends ton temps. Montant doucement une à une les marches, les mains dans tes poches. Tellement lent que tes amis se sont déjà disperés vers d'autres connaissances lorsque tu arrives à ton tour.
Soupirant, tu scrutes les invités eparpillés pour repérer des têtes connues. Et immédiatement c'est la douche froide. Le choc.
Lui. Il est là.
Tu te figes comme si t'avais mis les doigts dans une prise éléctrique. Ton coeur s'emballe avant de s'arrêter complètement. Oui, c'est celui qui s'est prétendu être ton petit ami avant de subitement cesser de te donner des nouvelles, devenir injoignable et introuvable. Celui qui t'a poussé à te remettre en question depuis tout ce temps, à t'en vouloir. Parce que t'es persuadé que tu l'as fait fuir, parce que t'es pas assez bien, parce que t'es nul, pauvre...
Et lui... Ce con qui t'a crevé le coeur, il est simplement là. Lui qui n'a jamais eu le courage de mettre proprement un terme à votre relation, il est là avec une pute sur les genoux, sa bouche sur la sienne.
La vision est insupportable. T'as envie de t'effondrer sur place, comme un bébé. Mais bien vite c'est un autre sentiment qui s'empare de toi. La colère, la révolte. Putain, il s'est bien foutu de ta gueule ce type. A te laisser souffrir pendant qu'il s'amuse avec cette fille.
Tu bouillonnes de colère. Ça monte, jusqu'à ce que tu en viennes à arracher le verre plein des mains de quelqu'un qui a le malheur d'être trop proche de toi.
D'un pas décidé, tu t'avances vers les écoeurants tourteraux et, sans une hésitation, tu renverses le contenu du verre volé sur eux.
Au moins maintenant il te voit, ça a eut le mérite de détourner son attention de la garce pour qu'il te remarque. Tu lui lances un regard des plus noirs. Tu as envie de dire quelque chose, de lui beugler les reproches que tu as à lui faire, d'accompagner ton geste d'une remarque cynique.
Mais rien ne sort, c'est trop le bordel dans ta tête que pour faire le tri et isoler une seule chose à dire... Tu ne lui offre qu'un "Bâtard" craché et une bouche qui se crispe en déception avant de tourner les talons pour retourner t'isoler dans la cage d'escaliers. Tu aurais du t'écouter et ne jamais venir à cette soirée.

© patr.onus


I don’t have biceps or pecs. I don’t have a super car like Batman. It was my dream to become a hero. But the only thing I can give you is Anpan. I dreamed of a hero like Superman. So I jumped around, bouncing to the sky. Wasn’t scared of getting my kneecaps scratched up. It was my innocent childhood imagination
Revenir en haut Aller en bas
The golden boy
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     20.08.18 19:25




Long time no see... connard !
2016 • (tenue trocher)

L'esprit déjà bien embrumé, le vision déjà bien trouble, tu sens la chaleur du boule de cette meuf trop bonne assise sur tes genoux. C'est fou le succès qu'on peut avoir quand on se balade avec une Rolex au poignet et une chemise Valentino. Les groupies vénales ... Tu sais même pas pourquoi ce genre de filles te plaît ... Peut-être parce que tout le monde te plaît ? Enfin ... Pas autant que tu te plaît a toi-même.
Tu glisses ta main sur son dos, tu bois en écoutant à moitié la merde qu'elle a te raconter, tu t'en bats les couilles du fait qu'en générale elle craque pas pour les mecs comme toi ... Blabla elle te lance un petit "t'es pas comme les autres"
Quel euphémisme ... D'un côté tu sais même pas pourquoi elle s'est mis dans la tête l'idée que t'allais la respecter ... Demain t'auras oublié son prénom. Nan ... Tout ce qui t'intéresse, c'est cette paire de seins qui s'agite sous ton nez au rythme de ses rires de conne. Haaa ... La gente féminines, une espèce aussi fascinante qu'inintéressante. Tu les aimes bonne et muette ... Tu lui donnes donc un 5/10 . Tu souris tout de même à ce qu'elle te dis, la tripotant tranquillement.

D'un coup, sans vraiment que tu n'ais pu le voir venir, tu sens un liquide froid et puant dégouliner sur toi , d'un geste brusque accompagné d'un bruyant cri de contestation tu rejette la gonz , son bon cul s'écrasant sur le sol alors que tu lances un regard noir à la personne qui vient de te déranger sans vraiment faire attention a son identité... Non mais aller putain.
"YAAAA .... T'es qui toi ? T'es con ou quoi fait attention merde ..."
Non , tu n'as pas encore capté, la colère monte subitement en toi de manière fulgurante, d'un coup t'as envie de défoncer la gueule de celui qui vient de niquer ton look, ta coiffure et ton plan de ce soir ... Oui, il est hors de question que tu baises une meuf crado et t'as pas envie de lui prêter ta douche.
Le truc, c'est que tu ne sais pas te battre.
Tu passes ta main dans tes cheveux, répugné, ta chemise colle par endroit sur ton corps ... C'est pas cool.

Ton attention se pose ensuite de manière permanente sur le gars lorsqu'il t'insulte, et tu le regarde tout con, comme si tu venais de voir un fantôme.
"Wu Bin ??!!"
T'as l'impression que ça fait un baille que tu ne l'as pas vu ... Mais en fait ce n'est pas seulement une impression. Wu Bin ... C'est ce gars avec qui t'es sortis quelques mois, une de tes plus longues relations d'ailleurs, tu ne l'avais même pas trompé. Si tu te souviens bien, après tout avec un body comme le siens t'aurais été idiot de ne pas t'en servir pour assouvir chacune de tes envies.
Le problème avec toi c'est que tu te lasses super, vite, mais tu t'étais embourbé dans une sorte de relation plus ou moins sérieuse et exclusive ... sauf que toi c'est pas ce que tu voulais à la base ... Du coup tu t'es barré, aussi simple que ça, sans rien dire. t'as plus répondu à aucun de ses messages, ni a ses appels et tu ne prenais même pas la peine de lui ouvrir la porte s'il daignait se ramener chez toi ... Comme ça, le message était clair sans que tu n'aies à te faire chier à gérer une rupture. Simple et efficace.

Ton regard toujours noir, tu le regard trop mal, te levant, menaçant. Lui, il se casse ... Non mais la bonne blague, il a cru que t'allais rester assis.
Tu le suis, énervé.
Tu l'attrapas par le bras pour qu'il te fasse face.
"T'es complètement taré ... Cette chemise a plus de valeur que l'entièreté de ta garde-robe ..."
Non ... Tu penses pas à ce que tu lui as fait, tu penses a ce pauvre tissus trop cher qui se gave d'alcool ... Puis toi aussi t'es gavé d'alcool.
Il t'en veut, mais toi ... Tu préfères faire comme si de rien était.
"T'as un problème ..."
T'es vachement gonflé de lui dire ça.

© patr.onus



JE D'VIENDRAIS FOU DE MOI

Si ça continue, je vivrais qu'pour me plaire, qu'on m'acclame, qu'on me suce, qu'on l'avale toute entière. Qu'on me dise tout au plus que je n'suis pas qu'un rêve, que je suis encore plus
Revenir en haut Aller en bas
roi du bouche à bouche
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     01.09.18 16:50




Long time no see... connard !
2016 • (tenue balec)

Il jette la fille comme une vulgaire chose. Ah, c'est presque familier. Cet homme que tu pensais doux n'est au final qu'une ordure. Et déjà tu t'enfuis de la scène en proie à tes émotions. T'es même plus triste, juste en colère. Colère qui bouillonne. Tu le hais de te faire souffrir ainsi. Clairement il n'en vaut pas la peine et pourtant ton coeur a mal.
Tu n'en reviens pas. Quel culot. T'ignorer, jouer au mort au point de te rendre anxieux. Tout ça pour apparaître en toute innocence au détour d'une soirée comme si tu n'avais jamais existé. Toi tu pleurais pendant que lui continuais simplement sa vie après t'avoir effacé sans aucune élégance.
T'es crispé, à respirer de rage. Tu trouves appuis contre le mur à peine la porte passée. Mais a peine a-t-elle claqué qu'elle s'ouvre à nouveau. Il t'a suivi et sa main agrippe ton bras. Tu grognes en cherchant à te débattre pour ne pas qu'il te touche. Comment ose-t-il même te tenir ainsi ? Te forcer à lui faire face pour te fair entendre ces mots si insensibles. Claque verbale. Non mais il se fout de ta gueule ? Il se plaints des dégâts sur sa chemise alors que tu es clairement une loque à cause de lui ? N'en a-t-il donc jamais rien eu  à faire de tes sentiments ? Durant une fraction de seconde t'avais même eu la connerie de penser qu'il t'avait suivi par remords... Mais non, c'était juste pour te blesser un peu plus. D'un geste brusque tu le forces à te lâcher pour venir envoyer ta main sur sa joue. "T'es vraiment qu'un enculé Ryosuke !" Tu aboies en le repoussant ensuite contre le mur opposé. Tu le confrontes avec toute la nervosité d'un chihuahua. "Alors tout ça ça voulait rien dire pour toi ? Moi je voulais rien dire ? T'es vraiment qu'une belle crevure. Tu m'as fais croire que ce qu'il y'avait entre nous c'était réel, tout ça pour m'abandonner sans même un mot. Sale lâche ! T'as même pas de remords. Tu me dégoutes. Toi et ta putain de chemise." Dans ton impulsion, tu agrippes le haut de sa manche pour tirer violement dessus, déchirant les coutures du tissus au niveau de son épaule. Cette putain de chemise qui a plus d'importance que toi, tu pourrais la brûler pendant qu'il la porte encore sur sa peau. Lui et son putain d'argent. Il a retourné le couteau dans ta plaie en évoquant ce complexe que tu as toujours lui par rapport à lui. Tes poches vides.
"Je mérite au moins de savoir pourquoi ! Je suis pas assez beau, pas assez riche ? C'était quoi le problème hein ?" Tu questionnes en continuant d'agripper et de mal mener son haut. T'as jamais eu de réponses. Il s'est contenté de te laisser mijoter, te remettre en question. Depuis tout ce temps tu te blâmes sans même savoir ce que tu as raté. Cette fois tu ne le laisseras pas juste disparaître sans explications.

© patr.onus


I don’t have biceps or pecs. I don’t have a super car like Batman. It was my dream to become a hero. But the only thing I can give you is Anpan. I dreamed of a hero like Superman. So I jumped around, bouncing to the sky. Wasn’t scared of getting my kneecaps scratched up. It was my innocent childhood imagination
Revenir en haut Aller en bas
The golden boy
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     10.09.18 17:12




Long time no see... connard !
2016 • (tenue trocher)

Ça te dégoûte vraiment, la sensation d’être sale, l'impression de sentir ta fine couche de fond de teint couler sur ton front ... C'est dégueulasse, tes cheveux qui collent presque à tes doigts quand tu passes ta main dedans pour les remettre vers l'arrière. Et ta chemise tachée. Tu ne supportes pas ça.
Et c'est de sa faute, à lui, à Wu Bien ... Toi t'avais évidemment imaginé qu'il serait passé à autre chose... en vérité votre relation ne s'est jamais vraiment terminée à cause de toi, si l'on ne met pas de point à la fin d'une histoire, apparemment elle semble inachevée.
Mais ... Toi qui agis toujours de sorte à te faire plaquer pour ne pas devoir le faire toi-même. T'avais décidé de juste l’éviter pour pas lui faire plus de mal que ça. Bravo monsieur Usami ... Encore une excellente idée.
Il se défait de ton emprise, tu mets une gifle ... Et te crie dessus en te poussant. Ça te met encore plus en colère.
« NAN MAIS .... t'es complètement taré... Pas mon visage !!! Et déjà, je suis bien placé pour savoir que l'enculé entre nous ... C'est toi. »
Ouais ... Tu n'aimes pas être dominé alors évidemment, tu faisais allusion à vos ébats sexuels.
Dos au mur, vos regards s'entrechoque, tu le regardes avec la même férocité, tu devrais lui en coller une toi aussi, mais t'as pas envie de te faire mal à la main alors que ta joue picote encore.
Et sa colère explose, ses mots t'atterrissent en pleine gueule comme s'il avait attendu des siècles le moment où il pourrait te déverser ce flot de paroles haineuses en pleine dent.
Tu ne sais pas quoi dire ... Vu comme ça, ouais t'as peut être un peu abusé sur la méthode de rupture.
Il débite trop de mots en même temps, tu ne sais pas quoi repondre.
« Oh, c'est bon ... Arrêt ta crise là ! C’était réel ! Et je t'ai jamais menti puisque techniquement, je t'ai jamais dit que je t'aimais ... C'est toi qui l'as déduis par je ne sais quel moyen ! »
Si ... tu lui as sûrement dit, mais dans ta mauvaise foie jamais tu n'admettras que tu es le fautif de l'histoire. Des « je t'aime » dit sur l'oreillé , ou des « je t'aime » simple et efficace pour mettre fin à des disputes puérile. T'es ce genre de personne ... T'assumes jamais tes paroles en l'air. Et puis si tu réfléchis bien, Wu Bin a sûrement eu sa place dans ton cœur , mais pas celle qu'il espérait parce qu'hélas , sans que tu ne puisses t'en rendre compte à ce moment là elle était déjà prise par quelqu'un d'autre.

D'un coup, il t'attrape par le col, déchirant ta chemise. D'un geste automatique, tu enroules tes doigts autour de ses poignets, le regard noir ... Il a vraiment déchiré cette chemise ? Après l'avoir salie, il la déchire ? La, il va trop loin ...
« Ouai, c'est ça... »
Que tu lui gueules dessus ... Putain l'enfoiré...
« T'es une naze et je n'aime pas les naze alors lâche moi pauvre type ... »
Tu ne le penses même pas, il est beau, très beau, encore plus quand il est en colère d’ailleurs. Et la taille de son portefeuille n'est pas un critère pour toi. Quitte à flamber la thune de ton daron, autant le faire a deux. Ce n'est pas ça qui te rebute. mais là tu voulais lui faire du mal juste par colère.
Il refuse de te lâcher.
« LÂCHE MOI JE TE DIS !!!! »
Tu le repousses violemment, jetant un œil à cette couture déchirée .... Tu lèves les yeux au ciel.
« Aiishhh ... »
Tu anticipe le fait qu'il puisse riposter et reste sur tes gardes. Ensuite, de ton air le plus hautain possible, tu lui souris.
« Tu arrêtes ça tout de suite .... Je pourrais porter plainte contre toi pour agression ... Et tu sais comment je sais que je vais gagner ? Parce qu'abandonner son petit copain n'est pas un crime par contre frapper quelqu'un, oui ... Et j'ai aussi beaucoup plus d'argent que toi donc forcement, plus de pouvoir. »
Tu commences à déboutonner ta chemise, les doigts tremblant de rage sur le tissu anéantis de ce pauvre vêtement.
« Enlève ton pull ... »
Que tu lui demandes alors que tu te retrouve torse nu devant lui, sans aucune honte, ni aucune pudeur. Il ne croit quand même pas que tu vas sortir dans cet état .... Tu préfères encore porter son pull provenant sûrement d'une boutique de prêt à porté.

© patr.onus



JE D'VIENDRAIS FOU DE MOI

Si ça continue, je vivrais qu'pour me plaire, qu'on m'acclame, qu'on me suce, qu'on l'avale toute entière. Qu'on me dise tout au plus que je n'suis pas qu'un rêve, que je suis encore plus
Revenir en haut Aller en bas
roi du bouche à bouche
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     10.09.18 21:45




Long time no see... connard !
2016 • (tenue balec)
Il se croit drôle en plus ? En tout cas, ton regard n'accueille pas son ironie avec sympathie. Il ne fait que se noircir un peu plus. Putain, si t'avais su que ça allait se finir comme ça, tu l'aurais jamais laissé t'enculer ce connard. Parce que c'est pas le rôle que tu préfères en plus, mais lui t'avais accepté de le laisser faire. Par dévotion, sûrement. Trop de bonté de ta part... A l'avenir, tu te feras clairement plus avoir. Le coeur brisé, tu te fais la promesse que ça t'arriveras pas une deuxième fois.
T'as pas de remords quand tu déchires sa chemise hors de prix. Même, t'es satisfait. Petit diable qui se venge puérilement. Tu sais bien que ça va l'énerver, mais tu cherches presque à le provoquer. Tu veux qu'il corrige son trop long silence même en s'énervant s'il le faut. Qu'il te donne au moins quelque chose, autre que de l'indifférence.
Et quand il reprend encore une fois ton bras agressivement, tu grognes mais ne te laisses pas impressionner. Tu luttes contre sa poigne pour garder ta main sur son col, combat de forces dans lequel il perd. Sous ses beaux airs ce fils de pute a des bras aussi impressionnants que des pattes de poulets, et tu ricanes presque d'avoir si facilement le dessus sur lui et de contrer sans efforts sa tentative de t'éloigner de son précieux vêtement. Oh tu l'agrippes comme un acharné ce menteur désinvolte. Tu pourrais lui rappeler toutes les fois où il te les a dit ces mots qu'il prétend ne jamais avoir prononcé. Tu les as entendu... Tant de fois, glissés à ton oreille, de son petit sourire si charmeur. Te prend-t-il pour un con lorsqu'il prétend l'inverse ? Ou bien espère-t-il que tu sois pris d'Alzheimer ? Il en est presque ridicule. Mens à l'ignorant mais pas au témoin direct... Putain, ça te parait tellement logique. Ou bien peut-être que c'est tout simplement lui qui a des problèmes de mémoire dans le fond... Ça aurait pu expliquer pourquoi il t'a visiblement si soudainement oublié. Et à ce sujet, tu ne tardes pas à lui cracher tes questions, exiger explications.
Et la réponse ne va pas te plaire.
Oh non.
Elle te fait grincer des dents et tu ne lui réponds que d'un regard meurtrier, les mots t'ayant été volés, incapables de sortir tellement ton coeur s'est serré. L'insulte te fait l'effet d'une lame enfoncée dans ton égo. Mal.
Mal de l'entendre te parler ainsi. Putain, dire que t'étais amoureux d'un type pareil. De frustration tes poings se resserrent. T'as envie de le secouer jusqu'à frapper sa tête contre le mur. Mais avant que tu ne puisses mettre ton agression à exécution, c'est lui qui te pousse. Oh, il a trouvé un peu de force ?
Tu recules de quelques pas sous l'impact, heurtant le mur opposé dans un grognement de rage. Prêt à lui en foutre une en retour, poing levé. Mais ses mots t'arrêtent et tu grommelles. Putain, tu hais le fait qu'il ait raison. Tu hais le fait qu'il ramène son argent dans ce conflit. Qu'il te l'étale à la gueule en pointant du doigt l'impuissance que cela représente d'être pauvre. Finalement c'est dans le mur que tu laisses ta main s'écraser douloureusement. "Etouffe toi avec ton argent trou de cul." Tu craches littéralement à ses pieds. Un gros mollard de haine.
Et puis tes yeux se trouvent soudain incrédules face à la scène qui s'offre à toi. Ce fils de pute se désape. Tranquillement. Mais qu'est ce qu'il fout putain ? Tu ne comprends pas directement le sens de la démarche... Vous vous disputez, et lui il se met torse nu. Tes sourcils se froncent tandis que tu tentes de comprendre. Et puis ça percute lorsqu'il te demande d'enlever ton haut à ton tour. Certainement, ce n'est pas dans une démarche sexuelle. Non, il te raquette tes fringues. Quel culot ! T'en reviens pas. Encore une fois, tu te retiens de le frapper, grimaçant... A la place tu lui offres ton majeur bien dressé. Tu refuses. "Non mais t'as cru quoi toi ? Va crever." Tu ne vas te plier à ses demandes ignobles alors qu'il vient de t'humilier. Qu'il se sente comme tu t'es senti depuis tout ce temps justement. Sale et honteux dans la rue. "Le 'naze' ne file pas ses fringues aux cons orgueilleux. Si t'as tant d'argent appelle ton major d'homme pour qu'il vienne t'apporter des fringues de rechanges" Fallait pas jouer avec toi. "Ou va demander son petit haut à ta pute, je suis sûr tu serais très mignon là dedans." Tu ricanes avec froideur et dédain.
© patr.onus


I don’t have biceps or pecs. I don’t have a super car like Batman. It was my dream to become a hero. But the only thing I can give you is Anpan. I dreamed of a hero like Superman. So I jumped around, bouncing to the sky. Wasn’t scared of getting my kneecaps scratched up. It was my innocent childhood imagination
Revenir en haut Aller en bas
The golden boy
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     28.09.18 15:36




Long time no see... connard !
2016 • (tenue trocher)

Fier, c'est un sourire narquois qui s’étale sur ta si belle gueule ... Voilà ! Touché ! T’étouffer avec ton argent ? T'y a déjà penser, mais pourquoi gâcher cette planète en la dispensant de ta si royale présence ? Ne serait-ce pas une erreur de mettre fin a tes jours ? Bien sûr que si ! T'es un cadeau, tu ne vas pas priver ce pauvre monde d'une présence aussi généreuse que la tienne. Tu es trop bon !
Il accompagne ses mots en frappant dans ce mur, tu lèverais presque les yeux au ciel si tu n'étais pas en colère. Pauvre type ... Il a vraiment un problème. Il ne savait pas juste faire comme tout le monde ? Supprimer ton numéro, t'insulter et tracer sa route ? Non ... Il a fallu qu'il s'impose comme ça, comme une chiasse après un ramyon trop épicé ... Qu'il ruine ton look et ton plans-cul. Tu ressens aucune compassion pour lui, zéro remord et encore moins de regret. Parce qu'il t'a énervé ! Et quand t'es énervé, c'est le monde entier qui peut aller se faire enculer.
HAA, c'est qu'il crache en plus ... Tu jettes un œil dégoutté a ce fluide qu'il rejette, comme si t’allais vomir et tu t'en écartes ... C'est vraiment dégueulasse.

Bon ... Problème, solutions. T'enlèves ta chemise et exiges son haut, comme si c’était normale, comme si c’était logique.
Pourtant , majeur levé , il t'invite cordialement -oupa- à aller décédé ... Tu fronces le nez, tenant du bois des doigts cette chemise dégueulasse ... Désormais, elle n'a pas plus de valeur que ce pauvre mollard qu'il a déposé sur le sol ... Quand tu penses que c'est du sur-mesure ...
Les solutions qu'il t’énonce te font presque sourire ... Qu'il est stupide, maintenant, tu veux son haut, le siens, a lui ! Pas un autre ! Tu veux celui-là ! Son pull moche ! Tu le veux parce qu'il refuse de te le donner. Tu ne mettras rien d'autre que ça !
« Je n'y crois pas ... »
Tu soupires , riant jaune , amère.
Tu claques ta langue sur ton palais, agacé.
«je vois pas pourquoi je ferais déplacer quelqu'un a qui j'ai laissé la soirée de congé pour réparer les erreurs d'un pauvre débile mal dans sa peau qui utilise la violence pour se prouver à lui-même qu'il à le dernier mot dans une relation qui n'existe même plus ... »
T'es tellement sérieux, prétentieux ... Ta réponse encore une fois, te semble d'une logique infaillible, comme si tu avais la sainte parole. Comme s'il n'y avait pas d'autre réponse possible.
« Et ma pute ... T'es ouf ? T'as sali son haut à elle aussi ... Je ne vais pas enlever un truc sale pour remettre un truc sale. »
Oui ... Quel argument, le fait que ce soit un haut de femme ne semble pas t'interpeller plus que ça, ton seul argument, c'est l’état du vêtement ... De toute façon, t'es mignon dans tout ! Tu rendrais sexy un sac poubelle.

Tu t'approches de lui, rapidement, laissant tomber cette chemise par terre, et tu essaies d'attraper le bas de son pull pour le lui retirer de force ... Le ridicule de la situation se compte sûrement en millier.
« Et ... Maintenant, c'est ton pull que je veux ... »
Capricieux, un vrai gosse ! Tu te débats avec lui, c'est violent, mais il a intérêt à rester dans la retenue, t'auras aucun scrupule à porter plainte.
Torse nu, tu tires sur son vêtement, les sourcils froncés.
« T’étais plus facile à dessaper avant ... J'y crois pas. »
Que tu lâches comme ça, alors qu'un de ses bras galère déjà à rester dans sa manche.
Petit à petit ... Ça commence même a t'amuser.
Tu te mords la lèvre, t’éloignant de lui, dans ta défaite. Tu réfléchis ... Comment faire ?
« Wu Bin ... Tu veux quoi ? Tu me veux moi ? »
Après tout ... C'est possible non ?
« D'ailleurs ... Vu que t'as ruiné mon plan cul de ce soir ... Ça aussi il va falloir que tu trouves la solution ! »
Tu lui fais des avances ... Et bah bravo !
Tu t'approches encore de lui, doucement cette fois. Et tu te colles contre lui ... Tu sais qu'il va te repousser, t'es pas cons ... T'aimes bien faire semblant d’être con, mais tu ne l'es pas.
Les bras de long du corps, ton torse collé au siens.
« J'ai froid ... »

© patr.onus



JE D'VIENDRAIS FOU DE MOI

Si ça continue, je vivrais qu'pour me plaire, qu'on m'acclame, qu'on me suce, qu'on l'avale toute entière. Qu'on me dise tout au plus que je n'suis pas qu'un rêve, que je suis encore plus
Revenir en haut Aller en bas
roi du bouche à bouche
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)     02.10.18 16:58




Long time no see... connard !
2016 • (tenue balec)
Tu ris jaune. T'en reviens pas de ce que t'entends. "Pour ton majordome t'as de la considération mais pour ma gueule non ? T'es pas croyable Ryo." T'as vraiment envie de le frapper encore, et c'est dur de te retenir. Vraiment dur.  "Je te déteste." Tu grognes le poing serré. Pourtant quand tu le regardes, tu sais bien que t'as encore des sentiments malgré le dégout qu'il t'inspire. Et tu te sens débile d'avoir pu tomber amoureux d'un égoïste pareil, d'y avoir cru.
Ce nouveau visage qu'il révèle est difficile a accepter. Comme une gifle, comme tu l'avais jamais vraiment connu au final. Lui, cette relation, ce n'était que des mensonges. Il ne comprend rien, tu t'en fous bien d'avoir le dernier mot, tu veux juste des excuses toi. Mais ça te parait de plus en plus évident que tu n'en auras jamais. Et tu te demandes pourquoi, pourquoi tu ne reconnais pas cette personne face à toi. Cette personne qui t'a pourtant chérie durant un temps. Donné des étreintes aimantes. Tu t'es senti si aimé dans ses bras. T'étais juste bercé par des illusions.

T'es blessé mais ta peine se manifeste en colère. Pas de pleurs devant lui, tu refuses de t'afficher aussi pathétique. Mais t'as mal au fond, mal qu'il te traite comme une merde. Mal quand il t'insulte comme si t'avais été une erreur de parcours. T'as rien fais pourtant. T'as passé ces derniers mois à chercher, chercher tes tords, sans jamais mettre le doigt dessus. Même encore maintenant, tu ne comprends pas pourquoi du jour au lendemain tout à ainsi chaviré.
Baiser tendre déposé au coin de l'oreiller avant de sombrer dans le sommeil, pour te retrouver sans rien au réveil. Et  encore, il continue de te laisser sans explications. Têtu et enfermé dans son drame superficiel de chemise souillée. "Alors t'as qu'à la laver trou de cul. Tu connais, les machines à laver ?" T'es sarcastique. Il est si stupide à faire un tel scandale pour un peu d'alcool versé. Cette tâche n'a rien d'irréversible. Pas comme les brisures sur ton coeur qui, elles, le sont bien.
Tu le sens, il t'a changé. Il t'a fait perdre la foi, perdre l'envie d'aimer. Tout ça n'est plus qu'amertume pour toi.

Et puis il ose, il ose s'approcher alors que tu te retiens tant de le cogner. Il te provoque quand tu cherches la retenue. Parce que tu sais qu'il est sérieux quand il menace de t'attirer des ennuis. Tu sais que tu pourrais pas payer les conséquences d'un laisser-aller. C'est lui qui vient t'agresser, et tu te débats comme un vermisseau. Incapable de répliquer, t'évites de le blesser par inadvertance tout en cherchant à te dérober de son emprise sur ton pull.
Tu serres les coudes contre ton corps pour bloquer le tissu, c'est tout ce que tu peux faire au final. Ridicule, frustrant. "T'étais moins con avant, tu vois les choses changent." Tu réponds comme un chien qui aboie. Tenant bon jusqu'à ce qu'il semble décider d'abandonner.
Mais tu n'aimes pas la lueur qui nait dans ses yeux, cet air de mauvaise idée sur son visage. Méfiant, tu fronces les sourcils, t'attend de comprendre ce qui peut bien lui passer par la tête pour lui donner ainsi cet allure victorieuse alors que t'as pourtant réussi à garder ton pull trop large désormais encore un peu plus détendu.
Et tu t'étouffes presque lorsqu'il ouvre la bouche. Il ne manque clairement pas de culot. "Pardon ?!" Tu t'offusques. Comment oses-t-il te demander ça ?
Oh. Oui, une part de toi le veux encore. Il est beau, gravé dans de doux souvenirs souillés. Tu te souviens encore de sa peau si chaude et ambrée contre la tienne aussi pâle qu'un clair de lune. L'image était si belle, si parfaite. Mais son dédain soudain, son ignorance, tout ça t'empêche de céder. Tu ne peux plus, tu refuses d'encore tomber pour lui. Maintenant tu sais, tu sais quel connard il est réellement. "T'es bourré ou quoi ? Comment tu peux penser que je te veux encore..." Tu soupires avec agacement mais il s'approche encore.
Trop.
Et soudain te voilà écrasé par son corps, sa voix d'acteur qui quémande ta chaleur comme une pute. Non, tu veux qu'il se casse. Il va trop loin, et ton visage se tord de colère. Ta main qui ne se retient plus saute à son cou comme un lion qui referme ses crocs sur l'antilope. Vif  et ferme, tu le tiens et l'éloigne. Le poussant avant de le lâcher en grognant. "Tu me dégoûtes. Finalement c'est bien que je sois venu ce soir, j'aurais bien plus facile à tirer un trait sur tout ça désormais. Tu vaux pas la peine qu'on souffre pour toi. T'es qu'une merde insignifiante." De gestes brusques, tu remets en place ton pull déformé. "Si tu t'estimes trop bien que pour porter ta chemise tâchée, t'as qu'à mourir de froid. Si tu places ton orgueil au dessus de ton confort, c'est pas mon problème." Tu relèves le menton. "Arrange toi comme tu veux, en tout cas, moi je rentre." Un instant, tes yeux se tournent alors vers la porte du toit. La pensée de tout ces gens ignorants totalement la situation qui se déroule dans la cage d'escaliers et qui continuent innocemment de faire la fête te rend presque jaloux. Tu penses à cette fille que Ryo embrassait avant de l'abandonner pour un peu de liquide imbibé. Et une idée nait soudain dans ton esprit, une envie qui te fait sourire. Celle de te venger, de peut-être l'avoir finalement ce dernier mot. D'essayer de provoquer quelque chose en lui. Parce que ça te ferait plaisir qu'il soit jaloux, qu'il réalise qu'il avait tord. Même si ça te parait plutôt utopique. "Ou alors je devrais peut-être y retourner, voir si la jeune fille que tu as laissé tomber n'a pas besoin de mon pull, elle..." Tu ricanes, défiant, te dirigeant déjà vers la porte avec provocation, marchant au passage sur la chemise qui git au sol.

© patr.onus


I don’t have biceps or pecs. I don’t have a super car like Batman. It was my dream to become a hero. But the only thing I can give you is Anpan. I dreamed of a hero like Superman. So I jumped around, bouncing to the sky. Wasn’t scared of getting my kneecaps scratched up. It was my innocent childhood imagination
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
- Sujet : Re: 2016• Long time no see... connard ! (ft.Ryosuke)    


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « We used to be lovers, a very long time ago » (Jake)
» [Moc] Takanuva avec un long coup
» [ZEN] Time Sieve
» Time vault
» La vie est un long flood tranquille...