wazzup man?
- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois d'Octobre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition 'spéciale' du mois d'Octobre est arrivée ! Clique ici ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

membre débutant
More informations ?
- Sujet : Flashback     11.09.18 16:52


Je n'ai jamais espéré être particulièrement connu. Du moment que je pouvais faire ce que je voulais sans contrainte, ça m'allait. Et puis j'ai appris que lorsqu'on entre dans le monde de la musique, le but est d'avoir le plus de fan, le plus d'écoutes, de vues, et de ventes. La vente est quelque chose de très important. On ne juge pas une musique au nombre de personnes qu'elle va toucher, mais au nombre de personnes qui vont l'acheter. J'avoue que ce n'est pas un principe que j'apprécie particulièrement, mais c'est aujourd'hui l'une de ces pseudo-valeur qui gouverne ma vie. Et pour être connu, il faut faire toute sorte de chose. Être actif sur les réseaux sociaux : il faut poster au moins quatre ou cinq fois par semaine sur Twitter ou Instagram, ou sur les deux, c'est encore mieux. Poster des photos : sans doute pour montrer qu'on est vivant. Qu'on s'habille bien, qu'on travaille et qu'on se repose. Ça aussi, c'est un concept qui m'échappe un peu. Mais c'est ainsi, je dois poster régulièrement des photos de moi et de ce que je fais. Mettre des messages d'amour : bien sur, les fans sont ce qui fait vivre, alors il faut les avoir de son côté, leur montrer qu'on les aime, qu'on pense à elles. Ce qui ne me dérange pas vraiment, car j'ai conscience que sans elles je ne serai certainement pas là où j'en suis. Néanmoins, là où je vois un soutien, mon agence y voit de l'argent à se faire. L'une des étapes pour être connu passe également par toutes sortes de collaborations : des pubs, des musiques, et la dernière en date ; une web-série.

Pour cela, comme pour le reste, on ne m'a pas vraiment demandé mon avis. On a simplement exigé de moi que je tourne des vidéos avec un certain Nam Sae Ron, youtuber plutôt connu. J'avais déjà entendu parler de lui, ou plus exactement de ses vidéos, mais jamais je n'aurai pensé devoir travailler avec lui. Nous travaillons certes sur la même plate-forme, mais pour des choses totalement différentes. C'est pour cela que j'en viens à me demander ce qu'on va bien pouvoir dire  ou faire dans cette web-série.

Quoi qu'il en soit, il est temps de rejoindre ce youtuber. Je ne l'ai jamais rencontré avant, pas même pour parler de ce projet. Comme d'habitude, l'agence à tout prévu sans juger utile de m'en piper un mot. Je profite donc que mon manager conduise la voiture pour regarder quelques unes des ses vidéos les plus récentes durant le trajet. La première chose que je remarque, c'est bien évidemment son physique de rêve. Grand, légèrement bronzé, du style brun ténébreux. Le second détail qui frappe mon esprit, c'est sa voix profonde et basse. Envoûtante. Pas étonnant qu'autant de personnes écoutent ce qu'il a à dire. De plus, ses paroles sont sensées. Il justifie avec aisance ses propos, comme si il avait préparé son texte. Je me demande alors si c'est le cas ou si il possède naturellement une telle répartie. En tout cas, il attise un tant soit peu ma curiosité. On verra bien ce que ça donnera lorsque je l'aurai en face de moi.

La voiture s'arrête sur le parking d'un grand immeuble au beau milieu de HongDae. Je retire mes écouteurs et sors du véhicule, me dirigeant vers l'entrée, accompagné de mon manager qui ne me quitte que rarement. Il est le plus renseigné de nous deux, c'est alors lui qui ouvre la marche, me menant jusqu'au quatrième étage. Les lieux sont modernes et lumineux, de nombreux éclairages donnant presque l'impression d'être en plein jour alors que la nuit tombe peu à peu sur la capitale Sud-coréenne. Nous avançons dans le long couloir cerné de portes toutes semblables, puis mon manager frappe à l'une d'elle qui ne porte aucun nom, avant de sortir les clefs pour la déverrouiller et d'entrer avant de me laisser passer. Bien que tout le matériel soit déjà installé, la pièce est dénuée de toute présence. Je jette alors un regard à mon portable, il n'est en effet que  17h53, alors que nous avons rendez vous à 18h.

« Il ne devrait pas tarder à arriver. Je dois m'occuper de deux-trois trucs, tu attends là ? »

Je hoche la tête en réponse à mon manager qui quitte rapidement le lieu de tournage, me laissant alors seul. N'ayant jamais vu l'envers du décor de telles vidéos, je m'accorde le temps d'observer le matériel ainsi que le décor et les quelques accessoires, me demandant comment se déroulera le tournage. J'imagine que ce Nam Sae Ron s'occupera du principal, après tout, c'est lui le professionnel dans ce milieu.

Après quelques minutes, la porte s'ouvre une nouvelle fois, non sur mon manager mais sur mon nouveau collègue de travail, si je puis dire. Je le reconnais immédiatement, son physique particulier étant exactement le même que dans les vidéos que j'ai visionné avant de venir. Il est aussi beau en vrai que sur l'écran, ses yeux ont quelque chose de particulier, une lueur étincelante dans ces pupilles d'un noir profond. Je m'incline légèrement en le voyant, ayant cru comprendre qu'il est plus âgé que moi de quelques années et lui adresse la même formule de politesse que je récite à longueur de temps.

« Tu dois être Nam Sae Ron. Eden, enchanté. Travaillons dur. »

Mon ton n'est pas enjoué comme celui des autres chanteurs, du moins pas comme on l'entend dans les vidéos où tout est organisé et fait pour plaire aux fans. Non, mon ton est neutre, presque lasse. Par automatisme, je me suis présenté sous mon nom de scène. Après tout, je suis là en tant qu'Eden, et non en tant que Lee Jae Hwa. Jae Hwa, c'est plutôt le fêtard qui profite de l'argent d'Eden, cet artiste sérieux qui travaille toute la journée en côtoyant des personnes qu'il n'apprécie pas forcément. Reste à voir si ce Sae Ron fera exception.
Revenir en haut Aller en bas
membre débutant
More informations ?
- Sujet : Re: Flashback     11.09.18 16:54


Déjà 10 minutes de retard. J'ai soupiré d'énervement pour la énième fois, planté sur le trottoir en attendant que mon agent arrive me chercher. Il commençait à être grand temps que je passe mon permis...
Cet andouille a fini par arriver et se garer devant moi. Je suis monté sans perdre une seconde, en claquant la porte.

"Putain on va être en retard, t'as intérêt à foncer."

J'aurais du commander un uber, je le savais. J'ai toujours détesté arriver en retard à des rendez-vous professionnels. En fait ça ne m'est quasiment jamais arrivé.
J'ai encore une fois jeté un œil à l'écran de mon téléphone pour vérifier qu'aucun message important n'était arrivé entre temps, sans écouter les excuses de mon agent et ami qui conduisait. J'en ai profité pour poster une courte vidéo sur snapchat pour avertir mes followers que je me rendais sur le lieu de tournage de la webserie avec Eden pour le premier épisode, que j'espérais ne pas arriver en retard et que c'était stressant de rencontrer une star. Si mon succès n'était pas négligeable, je ne me concevais pas comme une star, mais une personne normale avec une grosse influence. Je n'avais pas, autour de moi, cette barrière qui me rendait inaccessible à mes fans. C'était une situation très différente...
L’annonce de la webserie avait déjà était faite sur tous mes réseaux et sur le fancafé de l'idole par son agence. De mon côté, elle avait été globalement bien reçu, et j'en étais ravi.

Avec un peu de chance, on allait arriver pile à l'heure... Dans ce genre de situation j'avais toujours tendance à angoisser et pester intérieurement contre tous les feux rouges et les glandus qui traversaient la rue.

18h01. On s'est garé en bas du lieu de rendez-vous. Sans attendre ne serait ce qu'une seconde de plus, je suis sorti en trombe de la voiture pour m’engouffrer dans l'immeuble. Heureusement, les quelques employés de mon équipe étaient déjà la pour commencer à préparer le matériel. Je n'aimais pas déléguer mais sur ce projet, j'étais juste présentateur. Je ne décidais ni des sujets, ni des conditions de tournage.
Même si j'aimais gérer mon travail moi même, j'avais quand même accepté avec plaisir ce projet. Je n'allais sûrement pas refuser de proposer du contenu différent. De toute façon cette web serie ne changerait en rien ce que je produisais déjà sur ma chaine. C'était en plus et ça allait plaire.

J'avais déjà eu pas mal de rendez-vous pro avec l'agence de l'idole en question, sans jamais le rencontrer une seule fois. En même temps, il devait être occupé, et contrairement à moi, j'avais compris qu'il ne gérait pas vraiment ses activités. J'avais d'ailleurs du me montrer pas mal insistant pour imposer mes conditions à son agence qui n'avait visiblement pas l'habitude d'être contre-dite...

Je suis entré directement dans l'appartement duplex qui allait nous servir de lieu de tournage et ait salué les quelques membres du staff que je connaissais avant de saluer le manager de l'idole en question, que j'avais déjà rencontré à plusieurs reprises avant. Puis j'ai fini par arriver devant mon nouveau collaborateur qui s'est incliné en me saluant. On m'avait précisé deux ou trois trucs à son sujet, comme le fait qu'il était plus jeune que moi mais pas tellement plus. Et j'étais content d'enfin le rencontrer. Il était un peu plus grand que moi, les cheveux noir de jais et la peau laiteuse. Ça manière de se présenter m'a paru un peu fade, comme si il n'avait pas spécialement envie d'être ici. Mais je n'ai pas relevé, me disant que c'était sûrement une impression puisque j'étais pour ma part, ravi d'être la.
J'ai légèrement incliné la tête en guise de salutation et lui ai tendu la main.

"Je suis content de te rencontrer enfin. J'espère qu'on travaillera bien ensemble."

J'ai à peine eu le temps de lui parler plus qu'on nous a donné toutes les instructions. Nous sommes donc montés à l'étage pour nous faire coiffer et maquiller. Chose que je ne faisais pas dans mes propres vidéos. Mais comme je l'avait déjà dit, ici ce n'était pas moi qui avait le monopole sur mon boulot.
J'ai laissé le staff de Eden s'occuper de lui et ait salué ma coiffeuse, maquilleuse habituelle. Une amie que j'avais l'habitude de solliciter dans ce genre de projet.
Comme toujours, je l'ai complètement laissé faire, lui faisant confiance, discutant de tout et de rien avec elle.

Pour le premier épisode, il était convenu de filmer une première vidéo pour présenter la chaîne. Je n'avais d'ailleurs pas l'habitude de filmer aussi tard, mais l'agence n'avait trouvé que ce créneaux la.

Je devais donc agir comme une sorte de présentateur, youtube étant mon domaine, en expliquant le concept de la chaîne, présenter Eden et lui poser quelques questions posées par ses fans, soigneusement sélectionnées par son agence au préalable, pour cette toute première vidéo de présentation.
Revenir en haut Aller en bas
membre débutant
More informations ?
- Sujet : Re: Flashback     11.09.18 16:56


Je ne me suis jamais trop intéressé à Youtube en dehors des clips musicaux. Je n’ai pas cherché à regarder un quelconque autre contenu, qu’il s’agisse de podcasts, de vlog, ou quoi que ce soit d’autre. Je ne sais même pas ce que peut bien être une web-série. Je n’en sais que ce que mon manager a daigné vouloir me dire. Une chaîne, un contenu varié, un professionnel de youtube. Voilà tout ce que je sais. Je me demande si mon homologue en sait plus … Sans doute a-t-il déjà rencontré Mr Kim, mon manager, mais même cela, je n’en suis pas certain. Au sein de l’agence on ne me dit rien, je me contente d’exécuter ce que l’on me demande, même si ça ne me plaît pas toujours. Cependant, à en voir l’air jovial peint sur le visage de mon collaborateur, cela semble moins ennuyeux que la plupart des activités que l’on m’impose. Il semble heureux d’être ici, contrairement à la plupart du staff qui tire la gueule ou même de moi qui ne sait pas à quoi m’attendre.

Lorsqu’il se présente à moi, je n’ai pas vraiment le temps -ni forcément l’envie- de débuter une conversation, puisque le staff nous indique rapidement de monter à l’étage pour passer au maquillage et à la coiffure. Cela ne me surprend pas, je suis maquillé pour toutes les occasions, ce qui est lassant, mais Sae Ron semble un peu moins habitué, quoi que plus enjoué. Contrairement à moi qui me laisse pomponner sans rien dire, les yeux rivés sur les questions sélectionnées par l’agence, il se lance dans une conversation avec sa coiffeuse, discutant, de ce que je peux entendre, de tout et de rien. Je me souviens avoir fait cela également à mes débuts, mais j’ai bien vite arrêté après avoir constaté que j’embêtais plus le staff qu’autre chose et que, en plus de cela, c’était une perte de temps inutile pour l’un comme pour l’autre. Du moins, pas plus inutile que le maquillage qu’on applique sur mes paupières, celui-ci étant fait de façon si naturelle que je pourrai largement m’en passer. Cependant, je ne me plains pas des produits qui rattrape mon teint rendu presque blafard par la saison et mon enchaînement de cigarettes et d’alcool, qui, de toute évidence, ne font pas bon ménage avec une peau parfaite.

Une fois tous deux prêts, nous redescendons et nous installons dans le canapé en tissus gris qui occupe un coin de la pièce, et sur lequel la caméra ainsi que l’éclairages sont plaqués. Toute une équipe s’active derrière, vérifiant tant l’éclairage que le son et les derniers ajustements de la caméra. Je profite de ce court temps de répit pour questionner mon homologue, tout de même curieux d’en connaître plus sur sa profession que je m’apprête à tester d’une certaine manière.

« C’est toi qui vas t’occuper du montage ? Ca prend longtemps ? »

On ne dirait pas au premier regard, mais je suis quelqu’un de plutôt curieux qui aime apprendre. Je m’interroge sur pas mal de choses, et j’ai la sale manie de vouloir obtenir des réponses. Je suis capable de me creuser la cervelle des jours entiers pour trouver ce que je cherche, ce qui, bien entendu, me déconcentre dans mon travail. Mon manager me le reproche, mais que voulez-vous, rien ne changera ça.
J’écoute attentivement sa réponse, une nouvelle fois frappé par sa voix grave et pourtant douce, avant d’être que nous soyons interrompu par l’équipe autour de nous. Le tournage commence, le silence est demandé. Sae Ron est le premier à prendre la parole pour se présenter, et j’en fais rapidement de même, mimant un air un peu plus jovial que celui que j’arborais en entrant ici. « Fais le pour les fans. » Voilà comment j’arrive à me donner un genre un peu plus souriant.
En tout, le tournage dure plus d’une heure durant laquelle Sae Ron présente la chaîne et moi-même, avant de passer aux questions des fans que l’agence à méticuleusement sélectionné afin de garder le monopole sur ce qu’il se passe derrière la caméra. Bien entendu, ils font attention à ce qui pourrait choquer, aux questions dont les réponses pourraient déplaire. Tout est tellement superficiel … Certaines de mes réponses le sont également, il s’agit parfois de petits mensonges, parfois de petits rires pour faire oublier la question et passer à autre chose.

Le tournage s’achève alors que l’horloge murale derrière la caméra indique presque vingt-heures. Durant tout ce temps, j’ai pu découvrir que mon nouveau collaborateur semble être plutôt sympathique, particulièrement à l’aise devant la caméra. Il maîtrise son sujet, quel qu’il soit, ne laissant pas le temps aux spectateurs de s’ennuyer. Il parle d’une façon particulièrement agréable à entendre, je ne saurai dire pourquoi exactement, mais le fait est là. Finalement, cette web-série n’est peut-être pas une mauvaise chose. Si tous les tournages se déroulent aussi bien, il se pourrait bien que j’apprécie. Ca change de mes autres activités, c’est un peu plus conviviale, un petit moins superficiel également. Du moins je l’espère.
Tout le monde s’active pour ranger, éteindre l’éclairage, récupérer l’enregistrement, nettoyer … Pendant ce temps, mon manager vient personnellement nous féliciter pour cette première prise, proposant également en vue de l’heure tardive de nous rendre au restaurant pour « fêter ça », mais à mon avis, et surtout, pour parler de la prochaine vidéo, même si il se garde bien de préciser cela. Je me tourne alors vers le beau brun qui se tient à mes côtés, l’interrogeant de regard. Maintenant que la caméra ne tourne plus, je peux enfin cesser de sourire et reste neutre, comme à mon habitude.

« On pourra parler de la suite, et tu pourras peut-être m’expliquer deux-trois trucs, ça te va ? »

Même si je ne suis pas quelqu’un de bavard, il me semble important de prévoir ensemble ce qu’il se passera par la suite. Je ne sais pas encore si c’est lui qui décide du contenue ou de l’agence, mais en ayant cette conversation avec lui, j’en apprendrai certainement plus sur cette collaboration que de la bouche de mon manager.
Revenir en haut Aller en bas
membre débutant
More informations ?
- Sujet : Re: Flashback     11.09.18 16:57


Une fois prêt, nous sommes descendus en bas et nous sommes installer devant les caméras. Plusieurs appareils allaient permettre de filmer différents plans des mêmes moments.
J'ai passé mon téléphone à mon agent pour le laisser faire quelques photos et quelques snaps. Après tout, l'agence avait insisté pour que je participe activement à la diffusion de ce tournage.

« C’est toi qui vas t’occuper du montage ? Ca prend longtemps ? »

J'ai légèrement souri, content que ça l'intéresse. C'était toujours un plaisir de partager mon travail avec d'autres.

« J'aurais bien aimé. Mais cette fois si ça ne sera pas moi. Mais en général je préfère le faire. Et oui ça prend pas mal de temps, mais ça dépend vraiment du type de vidéo. »

Je n'ai pas eu tellement le temps de développer que l'on nous a demandé de commencer. Je trouvais un peu dommage qu'on se lance dans cette émission un peu fondée sur le même principe qu'une bromance sans se connaître davantage. Mais je devinais également que l'emploie du temps de l'idole était plutôt serré.

Le début du tournage a été annoncé. J'ai donc introduit le tout début de la vidéo avec ma traditionnelle phrase d'accroche. J'ai ensuite demandé à Eden de se présenter, lui posant quelques questions pour le guider. Cette première partie devait prendre environs 5 minutes de la vidéo, tandis que la seconde était consacrée à une f.a.q posée par les fans de Eden.
Le tournage s'est bien déroulé. Eden s'est laissé complètement guider ce qui a bien facilité les choses, et moi je me suis contenté de faire mon job.

Quand on a fini il était environs 20h. Les prochains tournages s’annonçaient surement plus long car les vidéos seraient plus recherchées que celle d'introduction. L'équipe s'est occupée de tout ranger tandis que son manager nous a rejoint, suivit de mon agent qui m'a au passage rendu mon téléphone.
Le manager d'Eden a alors proposé que l'on mange au restaurant afin de discuter un peu de la suite. Je n'étais pas contre. Même si pas mal de vidéos avaient déjà été prévues, c'était intéressant de pouvoir en discuter, notamment avec le premier concerné.

« On pourra parler de la suite, et tu pourras peut-être m’expliquer deux-trois trucs, ça te va ? »

J'ai donc accepté et me suis préparé à partir avec eux quand le directeur du tournage, embauché par l'agence, m'a arrêté pour me demander de poster quelque chose à propos de cette fin de tournage afin de maintenir l'engouement et l'attente de la sortie du premier épisode. Sur le coup j'ai n'est pas été particulièrement ravi de la proposition. Je n'étais pas du genre à programmer mes postes. Je l'avais toujours fait de manière spontanée d'ailleurs... Mais j'ai fini par en conclure que ce n'était pas si dérangeant.
J'ai donc demandé à Eden si il voulait bien me rejoindre pour filmer un snap on j'ai annoncé que le tournage venait de finir et que tout c'était bien passé, rappelant au passage la date de sortie du premier épisode.

Nous sommes ensuite partis, lui avec son manager et moi avec mon agent pour nous rendre au restaurant on il était prévu de manger.
Le restaurant choisi était plutôt luxueux, histoire qu'on ne soit pas facilement importunés par d'éventuelles fans. Une fois sur place, j'ai laissé le personnel s'occuper de ma veste avant de les suivre jusqu'à une table.
Nous avons profité de l'apéritif pour entamer le sujet de discussion à propos des prochains tournages.

" Pour le moment, les tournages prévus se dérouleront au studio. Mais il serait intéressant d'essayer des formats plus spontanés en nous laissant filmer avec Eden. J'ai le matériel qu'il faut."

Le manager de Eden a aussitôt prit la parole, plutôt incertain du format. Sauf qu'ici c'était moi le professionnel de la plateforme, et un contenu trop répétitif risquait de lasser. De plus ce n'était pas son avis qui m’intéressait mais celui du principal concerné.

" Et toi Eden qu'est ce que tu en penses ?"
Revenir en haut Aller en bas
membre débutant
More informations ?
- Sujet : Re: Flashback     20.09.18 18:06


Sae Ron ayant accepté de venir diner avec nous, je retourne dans l’entrée prendre ma veste et mon écharpe, prenant garde à bien protéger ma gorge du froid glacial qui règne dehors. A peine suis-je habillé pour sortir que le youtuber vient à ma rencontre, son téléphone allumé sur la célèbre application Snapchat. Je le regarde alors d’un air interrogateur, me doutant qu’il n’est pas là pour demander une photo souvenir avec moi. En réalité, je ne suis même pas surpris lorsqu’il m’annonce qu’il s’agit d’une demande du chef de tournage, toujours à la recherche de nouvelle stratégie marketing. Je me place alors à côté de Sae Ron et le laisse filmer, un petit sourire étirant mes lèvres tandis qu’il déclare à ses abonnés que le tournage est à présent terminé. Je ne parle pas, me contentant de sourire et d’apparaître sur sa courte vidéo, n’ayant de toute façon rien à ajouter.

Nous partons chacun de notre côté au restaurant, lui avec son agent, moi avec mon manager qui profite de ce trajet en tête à tête pour me demander ce que j’ai pensé de ce premier tournage.

« Pas mal, c’est sympa ».

En réalité, je ne peux pas encore me prononcer sur cette nouvelle activité. Nous n’avons tourné qu’une vidéo, qui n’est de plus pas la plus intéressante. J’attends donc la suite pour pouvoir juger si oui ou non cela me plaît. Pour l’instant ça me paraît être quelque chose de sympathique, mais cela peut changer, que ce soit en bien ou en mal.
Nous arrivons rapidement au restaurant, un établissement plutôt coûteux qui nous donne la quasi-certitude de ne pas croiser de fan qui viendront nous interrompre toutes les deux minutes pour demander une photo ou un autographe. En soi, ça ne me dérange pas vraiment, mais il est vrai que je préfère diner dans le calme, d’autant plus que cette fois, nous devons parler de l’avenir de cette chaîne, je préfèrerai donc pouvoir me concentrer sur la conversation. Conversation que Sae Ron entame rapidement, dès l’apéritif. C’est quelqu’un de sérieux qui ne divague pas, je dois avouer que ça me plaît assez d’avoir quelqu’un d’aussi professionnel en face de moi. Il dicte ses recommandations, ses pensées et ses projets avec une assurance qui me surprend presque. Personne ne dit jamais à mon manager ce qui doit être fait, mis à part ses supérieurs, et cela semble le surprendre, puisqu’il commence déjà à donner son avis que personne n’a demandé, avant que l’expert de la plateforme abordé ne reprenne la parole, tranchant tout à coup.

« Et toi Eden qu’est ce que tu en penses ? »

Je ne peux empêcher un petit sourire amusé de naître sur mes lèvres. La façon dont il a coupé court aux incertitudes de mon manager ne me laissant pas de marbre. On pourrait le trouver arrogant du côté de mon agence, mais personnellement, ça me plaît bien, cette façon de diriger, de faire les choses comme il les pense sans qu’on l’oblige à modifier tel ou tel point.

« J’aime bien l’idée. Les fans réclament souvent ce genre de vidéos spontanées, elles aiment en savoir plus sur l’envers du décor, croire qu’il s’agit de la vie privée des artistes, tout ça. Je pense que ça pourrait plaire si on filmait différemment d’une simple émission. »

Bien entendu, Mr Kim surenchérit sur le fait qu’il lui faudrait faire approuver ce format par l’agence, qu’il faudrait tout même contrôler le contenu, que rien ne puisse fuiter ou déplaire à leurs chères « clients », puisqu’à leurs yeux il ne s’agit pas de fan mais bien de portes monnaies ambulants à qui il faut soutirer le plus d’argent possible. Lorsqu’il dit cela, mon regard se pose sur Sae Ron dont la réaction m’intrigue. Il semble si sûr de lui, je ne suis pas certain qu’il se laissera dicter ses gestes par une agence à qui il est étranger qui n’a rien à lui dicter.

« On pourrait essayer, et puis si il y a des choses à couper, l’équipe la coupera au montage. Quand tu parles de formats plus spontanés, tu penses à quoi ? Des sorties, des ateliers ? »

J’avoue que je suis assez curieux de connaître ses idées. Du peu que je peux voir, je suis déjà quasi certain que je vais apprécier collaborer avec lui. Il sait où il va et semble avoir de la suite dans les idées, et ça me plaît. Il n’a pas non plus peur d’imposer son opinion, et j’avoue que ça me change …
Avant qu’il ne réponde, j’attrape la serviette en papier qui trôner fièrement pliée dans le verre à pied et sors un stylo de ma poche, inscrivant à l’encre bleu mon numéro de portable que je lui tends.

« Je suis pas mal occupé avec la promotion de mon album, mais si tu as des idées, tu peux me joindre là pour qu’on en parle. Je n’étais pas vraiment au point pour la première vidéo mais j’aimerai bien en savoir plus pour les prochaines. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
- Sujet : Re: Flashback    


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Remand sur un Flashback
» [Résolu] Talrand & Flashback, Rebound, Copy, Storm et autres...
» [Flashback] Mêlés dans le Deuil
» Retour de Ghent : Report
» Flash-back