wazzup man?- Coup d'oeil sur : les résidences Hanhwa Industrie si tu cherche à vivre dans l'un des fameux complexes immobiliers de la ville, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

les floods des groupes
rain - cosmo - whis - lagoon

clique sur les aliens pour voter!



─ Nouvautés du mois de Décembre 2018 : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition du mois de décembre est en cours d'impression ! Un peu de patience René !─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre. ─ Envie de déménager ? Tente ta chance dans l'une des nouvelles résidences de la ville, c'est par-ici !

avatar
Evans Joshua
Savage Docker.
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2667-evans-joshua-let-it-al
More informations ?
Sujet: Fake truth ▬ ft. Mee Na ♥     07.10.18 12:57

Fake truth
Appartement de Josh,
tenue

Le mutisme avait été notre premier contact, bercé d’un silence dans lequel je me plongeais avec lui, juste pour qu’il puisse se sentir à sa place, juste pour qu’il m’accorde sa confiance et ne me délivre son nom. J’attendais patiemment qu’il ne me raconte son histoire, et c’était d’autant plus étrange que la patience n’avait jamais été ma plus grande qualité. Aussi je me contentais de le mirer, de poser sur lui un regard bienveillant et amical. Je lui offrais un toit, temporairement néanmoins, le temps qu’il retrouve enfin sa famille ou qu’il s’en fasse une nouvelle. J’ignorais d’où il venait, et pourquoi il avait atterri sur les docks, mais je n’avais pu rester insensible à la détresse qui avait fait luire ses prunelles d’enfant. Si d’ordinaire je fuyais les responsabilités, incapable d’assumer ce rôle dont certains voulaient m’affliger, je me découvrais désormais un côté, une facette que je ne connaissais pas. Partager ses nuits, préparer ses repas, veiller sur lui et le regarder s’occuper dans son coin. Il était d’un calme olympien, mais dès lors qu’il fallait quitter le confort relatif de mes murs, je sentais de nouveau la tension faire trembler ses mains, alors j’avais fait appel à la seule amie qui pouvait m’apporter son aide. Assise à ma table, nous réfléchissions, nous préparions de quoi lui offrir une autre vie que de partager celle d’un dealer. Nous posions les idées, exploitions les pistes pour que n’arrive l’heure de devoir nous séparer.

Au pied du bâtiment, j’enlaçais So Yeon, une accolade amicale et dans laquelle je lui témoignais de ma reconnaissance. « Prends bien soin de lui hein, et n’hésites pas à m’appeler s’il faut venir vous chercher, ok ? » Je lui dispensais les dernières recommandations, celles que j’avais appris à découvrir au fur et à mesure de la vie avec ce petit, et avant qu’il ne parte pour quelques heures, je me mettais à son niveau. Mais avant que je n’ai pu ouvrir la bouche, il m’entoura de ses bras frêles et crocheta mon cou. « Ne t’en fais pas, on se revoit juste après ! » assurai-je. En guise d’au revoir, je lui dédiais un dernier sourire. Sa main vint retrouver celle de So Yeon, et je les regardais partir avant de m’en retourner pour profiter d’une journée solitaire. Mais ce que je n’avais pas imaginé, c’était de la voir débarquer. Après quelques semaines sans nouvelles, après cette énième dispute, elle se retrouvait sur le pas de ma porte, et je ne savais si je devais me sentir soulagé de constater qu’elle allait bien, ou exaspéré par l’animosité des perles qu’elle posait sur moi. « Mee-Na ? » Je pouvais sentir la colère qu’elle exhalait, une rage qui aurait dû s’apaiser comme elle l’avait toujours fait. Cette nuit était passée, elle s’était muée en un souvenir qui pesait néanmoins toujours sur ma conscience, mais que je préférais oublier. « Est-ce que tout va bien ? » Je n’eus pas besoin de l’inviter à entrer qu’elle prenait déjà possession des lieux, je n’étais rien de plus qu’un homme faible face à sa détermination, trop heureux de la voir enfin après une absence que je n’avais pas voulu.

ft. @Oh Mee-Na you'll be mine  
♡♡♡
OXYMORE


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oh Mee-Na
feminist hippie
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1789-oh-mee-na#58340
More informations ?
Sujet: Re: Fake truth ▬ ft. Mee Na ♥     26.10.18 22:48

Fake truth
Appartement de Josh,
tenue

Plusieurs semaines s'étaient achevées dans un silence quasi religieux, où l'ombre de Josh planait dans mon esprit. J'ai volontairement joué les fantômes, encore blessé de notre dernière rencontre, de cette dernière prise de tête. Bien que les tensions entre nous aient toujours été présentes, celle-ci a eu le don de m'assaillir de questions et de devoir assumer ses sentiments naissants que j'ai toujours voulu nier envers lui. J'ai du mal à acquiescer et tout se chamboule, m'éloigner était un moyen pour moi-même de me recentrer, de calmer ses doutes et cette douleur lancinante. Ses mots peuvent être déplaisants et j'ai pleuré, quelques temps, quelques larmes pour prouver mon attachement. Nul doute que je ne sais pas comment je vais me tenir face à lui, les paroles que je pourrais prononcer sans me trahir mais j'ai besoin de le voir. Ce sentiment fugace, doucement devient persistant et je me retrouve devant l'immeuble de son appartement. J'hésite longuement, tâte à reculons les possibilités qui s'offrent à moi.

Vibration dans la poche, je penche mon regard pour le poser sur mon téléphone, je lis avec attention le message que je viens de recevoir et lui répond que je rentrerais dans la soirée, probablement.
Depuis quelques temps, j'ai également fait quelques changements dans ma vie actuelle, mis derrière moi les problèmes qui m'octroient un semblant de chaîne, prisonnière de mes émotions, j'ai tourné le dos à celle qui à partager ma vie, celle qui m'a mise au monde. Sans aucuns remords, j'ai préféré la fuir, dans un mutisme profond je ne lui ai même pas jeter un seul regard, pris quelques affaires à la nuit tombée, et à pas de velours, j'ai trouvé refuge chez une amie. Celle qui est courant de mon pire cauchemar, qui connait mes craintes et mes tourments, celle sur qui je peux compter sans avoir peur de flancher, celle qui a déjà vu mes larmes coulées sans la part de honte qui me submerge lorsque je me sens faible. J'aimerais être autant à l'aise avec lui, mais ça me parait si impossible, la crainte de le terrasser par mes sentiments, la claque s'il décide lui aussi de m'abandonner en découvrant la vérité. Je suis partagé, complètement perdue et pourtant, mes pieds m'ont amené jusqu'ici, dans l'espoir fou de calmer ce cœur avide.
Relevant la tête, je reste subjugué d'effroi devant le spectacle qui s'offre à moi. Un enfant, une femme, un mélange affreusement pensif d'une possible famille. Ce cocon de chaleur que je ressens devant cette image parfaite, devant ses visages souriants. La peur me prend aux tripes, la colère s'infuse en moi, prête à clamer son droit, prête à imploser au creux de ma poitrine. M'aurait-il trahi ? Me serais-je fourvoyer ?

Mes poings se serrent, et mon organe se meurt, je sens la poussée d'un oxygène toxique qui anime mes poumons, mu par un désir colérique de faire valoir mes droits, de lui imposer mes démons, comme un exutoire interdit.
Quand la belle image se casse, quand il ne reste plus que sa présence face à moi, la rage bouge au-delà de ma raison, m'empressant de m'amener face à lui, mes yeux doivent refléter l'émotion unilatérale qui s'éveille en moi et je lui tarde un regard noir de rage, au fond sommeille un vague espoir de contentement, le sentir près de moi, à la limite du toucher, j'imagine mes doigts qui se posent sur sa peau, me calant dans le creux de son cou pour humer sa douce odeur hypnotique...
Je l'entend, sa voix, suave qui tourbillonne mon cœur dans un effroyable apaisement. Mais je ne lui répond guère, cette femme, cet enfant, la scène tourne en boucle dans ma tête. Cette famille, lui, elle...et eux. Si proche, si heureux, si complice, tellement de synonymes qui me dépassent et ne font qu'augmenter cette fureur. Est-ce pour cette raison qu'il me délaisse, ne me laissant pas l'approcher plus que le raisonnable ? Que cette distance qu'il impose est la résultante de cette autre vie que je ne connais pas ? L'aime-t-il ? Est-il heureux ? Me suis-je fais des illusions ?
L'envie de pleurer me broie les tripes mais je résiste, l'émotion primaire de ressentiment grogne en moi et me pousse à un bas instinct que je ne maitrise pas.
Je m'impose dans ses lieux qu'elle a côtoyé, où ce petit garçon a dormi, probablement dans les mêmes draps, emmitouflé dans ses bras, protéger, aimer...
Mon sac lâche de ma main, mes lunettes subissent le même sort et je le fixe, la jalousie s'insinue lentement comme un poison et je ne contrôle ni mes mots, ni mes gestes. "Tu m'as trahi...". Mon poing vient taper le mur à mes côtés et je sens mes phalanges douloureuses, des perles de sang s'écoulent mais je fais fi de cette douleur physique, celle psychique est bien plus affluente.
Au fond, je sais qu'il ne l'a pas réellement fait, il ne m'a jamais rien promis, rien donné. Je me suis juste menti à moi-même, pensant pouvoir acquérir ce que j'ai toujours manqué, croyant en la possibilité d'être en retour aimer.
L'amour est une belle connerie !

ft. @Evans Joshua you'll be mine  
♡♡♡
OXYMORE


don't afraid to grow up
open your eyes ✻ impression of regressing. afraid to grow up. return to innocence. close eyes. to start over. to forget everything. to erase. reset. play again.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evans Joshua
Savage Docker.
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2667-evans-joshua-let-it-al
More informations ?
Sujet: Re: Fake truth ▬ ft. Mee Na ♥     21.11.18 16:48

Fake truth
Appartement de Josh,
tenue

L’appartement me semblait bien vide soudainement, un répit de courte durée alors que les coups à ma porte résonnèrent comme une sentence. Derrière le battant, je fus surpris de découvrir le visage qui hantait mes nuits. J’avais de nombreuses fois imaginé qu’elle débarque comme elle savait le faire, qu’elle passe la porte et ne fasse résonner son rire après avoir passé une nouvelle soirée à danser. Je m’étais souvent fourvoyé en fermant les yeux sur ce qui la rendait si euphorique, choisissant volontairement de rester aveugle à ses problèmes, de garder mes distances en m’imaginant qu’un jour… elle se réveillerait d’elle-même pour se rendre compte des erreurs qu’elle commettait. Je nourrissais l’espoir qu’elle se suffise à elle-même, en l’éloignant de celui qui, inconsciemment, la menait tout droit dans un gouffre dont elle ne se relèverait pas… à quel point j’avais tort. Et ce jour-là ne faisait pas exception, elle avait besoin d’aide, de cette main tendue que je lui refusais, mais trop idiot je préférais lui concéder une présence nocive plutôt que salvatrice. J’étais le bourreau chez qui elle venait s’enterrer, et à cet instant déverser une colère que je lui avais rarement connu. J’avais l’habitude de ses sautes d’humeur, résultat d’une soirée trop arrosée, et sans doute trop parfumée, mais la fureur qui faisait trembler ses mains était incomparable, et je fus d’autant plus étonné de la voir me fustiger de la sorte. « Trahi ? » lâchai-je. Incapable de savoir quelle réaction adopter, j’hésitais entre l’envie de rire face à cette accusation, souffrir d’une nouvelle dispute ou simplement tenter de calmer la bombe à retardement qu’elle était devenue. Mais elle ne laissa pas le temps à mon esprit d’analyser la situation en abattant son poing sur le mur juste à côté de moi, une force dont je ne la pensais pas capable et qui lui écorcha la peau pour laisser apparaître quelques perles de sang. « Mais ça ne va pas ? Tu es folle ? » Sans plus attendre, j’attrapais son poignet pour l’entraîner à ma suite dans la cuisine et la forcer à prendre place sur l’une des chaises. « Pas un mot, je ne veux rien entendre et tu n’as pas intérêt à bouger temps que je ne t’y ai pas autorisé ! » Mon ton était sans appel et peu importait la rage qui dilatait ses pupilles, je refusais de tolérer cet accès de violence. J’attrapais de quoi soigner son poing abîmé avant de prendre place à son côté, non sans un regard noir auquel elle ne cilla pas, le poing crispé en dépit de mes vaines tentatives à lui faire desserrer ses phalanges blanchies par l’effort. « Mee-Na… tu ne m’aides pas… » Puis la patience s’essouffla, balayant la volonté qui m’avait poussé à prendre soin d’elle… encore une fois. Je lâchais sa main qu’elle semblait ravie de regagner sans comprendre, pourquoi cette rage ? Pourquoi maintenant ? « Je peux savoir ce qui te prend ? » Depuis quand t’ai-je trahi ? Mais si la question effleura mes pensées, jamais elle ne passa l’ourlet de chair frémissant sous l’impatience. « Tu débarques après des semaines sans nouvelles comme une furie et tu crois que je vais accepter sans broncher ? » Aurais-je dû avouer que j’étais soulagé ? Que malgré les griefs dont elle venait m’accuser, elle était là, en vie et en forme…

ft. @Oh Mee-Na you'll be mine  
♡♡♡
OXYMORE


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oh Mee-Na
feminist hippie
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1789-oh-mee-na#58340
More informations ?
Sujet: Re: Fake truth ▬ ft. Mee Na ♥     08.12.18 12:52

Fake truth
Appartement de Josh,
tenue

J'occulte ses paroles, comme un bourdonnement incessant qui crachent à mes oreilles, pressant ma poitrine dans un pressentiment amer. Je me doute que mes mots et sa réaction doivent être en accord tacite d'une totale incompréhension.
Mais ce sentiment néfaste qui m'oppresse, rend anarchique la moindre pensée, incohérence parfaite des gestes d'une jalousie inadaptée.

Comme un pantin désarticulé, je me laisse manipuler sans broncher, ne sentant qu'après coup que mes fesses ont pris possession d'un tabouret. Il pourrait croire au principe insensé que je lui obéisse en toute gratuité. Mais c'est seulement la colère furtive qui annihile ma propre faculté à aller à son encontre.
Le sentant à mes côtés, mes yeux se posent sur son visage, y scrutant les moindres de ses traits, dans une optique assez étrange de connaitre par coeur la perfection de son grain de peau. Je sais qu'au fond de moi, il y est gravé, bien au-delà de ce que j'en suis capable d'assumer ou de ressentir. Je me suis fourvoyer pendant des mois, un laps de temps de mensonge et de trahison envers moi-même qui me révulse lorsque je vois comment il fait de moi sa chose. Ce temps est maudit, et il me manipule à sa guise, faisant monter des émotions contradictoires et turbulentes, dont je n'ai plus de contrôle.

Doucement, alors que je sens ses doigts agiles soigner ma plaie, la douleur lancinante y fait lentement son chemin, comme pour me signaler que le moment incontrôlable s'est estompé et me laisse avec les conséquences de ses actes, dans une litanie cruelle qui se murmure à mes oreilles "assume mes actes, assume ma folie. Reprend le contrôle et voit l'étendue des dégâts."
Alors une nouvelle colère fait surface, mon poing ne se décrispe pas, et mes ongles meurtrirent ma chaire, je me punis, mon regard perdu dans le vide, je revis les images blessantes au pas de la porte, ses petits bras enroulé autour de son cou, les sourires chaleureux échangé au détour d'un "au revoir".
Je récupère cette main, ressentant encore cette agréable sensation de son toucher, mes doigts prisonniers des siens, dans une douce torture laissant un souvenir fugace.

"Tu débarques après des semaines sans nouvelles comme une furie et tu crois que je vais accepter sans broncher ?"
Et c'est la claque, une remise en question, un sentiment d'abandon, comme une vérité irréelle que je n'ose affronter. Mon regard est vide lorsque je le repose sur lui, je n'en sens que quelques larmes s'y écoulant, traîtresse d'une profonde détresse. Contre mon gré, je laisse couler ma peine, j'ai l'impression étrange que ses mots tranchent d'un coup vif et bien placé, et je me plais avec douleur à croire qu'ils sonnent comme un reproche. Lui qui ne m'a pas contacté, à qui je n'ai pas manqué, pour qui, peut-être j'aurais du resté planquer. J'imagine peut-être des faux semblants mais dans la rage qui prône l'ampleur en moi, je n'ai plus de cohérence dans mes pensées. Perdue et seule dans ce vaste monde d'hypocrite. Mes paroles sont violentes mais je me sens dépassé, moi qui tente vainement tous les jours de garder le contrôle, de paraître parfaite, de montrer une image faussé de moi, même auprès de lui, j'ai gardé des choses cachés, des envies, des sentiments, j'ai réfréné mes gestes, tentant dans un besoin extrême de l'attirer dans un filet sans y parvenir, me prenant à nouveau une claque lors d'un refus, lorsqu'il me repousse. Mais je continuais ce petit jeu, comme une envie masochiste de me procurer encore une peu de cette réalité. "Amour à sens unique."

Dans un sursaut de bon sens - ou peut-être pas -, je me relève brutalement du tabouret, m'éloignant de lui. Je fuis son regard, je fuis son insistance, et je me lance dans un monologue dis cousu, moi-même, je n'y comprend guère le traitre mot mais je termine en lui jetant un regard chargé de peine, sur une simple phrase bateau qui m'enfonce un peu plus dans le cliché de la femme jalouse. Sauf que je ne suis pas sa femme.
"Tu as raison, je n'ai rien à faire ici. Pardon de t'avoir déranger." Et je lui tourne le dos, toujours ses larmes suivant les traits peint de tristesse de mon visage et je m'avance vers la porte d'entrée, ma porte de salut, une sortie de secours devant le vacarme de ma vie, de cette relation dont je viens de briser en morceaux...

ft. @Evans Joshua you'll be mine  
♡♡♡
OXYMORE


don't afraid to grow up
open your eyes ✻ impression of regressing. afraid to grow up. return to innocence. close eyes. to start over. to forget everything. to erase. reset. play again.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations ?
Sujet: Re: Fake truth ▬ ft. Mee Na ♥    
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fake & spoof ::pix::
» Dofus Meeckers : Fake ou ... fake?
» « Truth or Dare ? » feat. Hareton Blitswick
» Jordan,- VIENS VOIR SALE FAKE ON VA FAIRE LE BILAN
» Un Fake de Mil be carefull