la grosse annonce : Si tu veux tout savoir sur les dernières actualités clique ici ! ♥

Lee Woody
Lee Woody
✨ la tulipe ✨
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t74-lee-woody-purple-haze
More informations ?
Sujet: lee woody » purple haze     07.10.17 10:24
Lee Woodstock
groupe social : rainbow s.
Featuring. kim won jung.
- Surnom(s) : woody, wood, le fleuriste, la tulipe, ducon, sale merde.

- Âge : 26 y.o.

- Origines : né à NY d'un ricain rocker et d'une mère hippie. a migré en Corée, pays maternel.
- Sexualité & ♡ : baise partout, fiancé à un zombie de xanax.

- Rang Social : se la coule douce sur la thune des groupies de son père.

- Métier/Étude : propriétaire du Woody Wood Flower, boutique de fleurs. diplômé en astrologie optique et optronique, on a toujous pas compris comment.

Les Anecdotes appelle son père par son prénom, c'est un ancien rockeur des années 80 accro à la coke sa mère est une fille de religieux qui a fugué pour vivre le grand amour avec son dieu du rock. une putain d'hippie qui parle aux arbres ainé d'une fraterie de dingos composée de lee cameron et lee meadow. a vécu ses dix premières années à new york avant de migrer en corée fume comme un pompier, bois comme un trou et adore le rock. le fils de son père instable et infidèle il a trompé sa copine de l'université accro au Xanax qui s'est shootée jusqu'à l'overdose en l'apprenant. elle est aujourd'hui devenue sa fiancée pour se rattraper vit dans une villa en bord de mer avec sa fiancée qui y invite tous les sdf de la ville, ne supporte plus la situation mais faute de remords il lui laisse tout passer a peur des oiseaux depuis qu'il s'est fait attaqué par une hirondelle à cinq ans joue de la basse depuis son plus jeune âge il sait jouer du youkoulélé, ce n'est plus un secret pour personne qui ose l'appeler woodstock se fait éclater la gueule voue un culte aux tulipes possède un doctorat en astrologie optique et optronique, soupçonne Dax d'avoir fait chanter l'administration pour qu'il ait son diplôme n'a aucune limite et termine souvent la gueule dans le caniveau à vomir ses tripes et ses pilules accro à la c propriétaire d'une boutique de fleurs. havre de paix où il peut se ressourcer en vendant sa science aux clients entretien une relation conflictuelle avec les voisins de son commerce et chie devant leur porte.

pinktape

lee woody »  purple haze 4086986333
Revenir en haut Aller en bas
Lee Woody
Lee Woody
✨ la tulipe ✨
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t74-lee-woody-purple-haze
More informations ?
Sujet: Re: lee woody » purple haze     07.10.17 10:24

Le caractère instable émotionnellement ; joueur ; sarcastique ; névrosé ; lunatique ; arrogant ; franc ; fêtard ; moqueur ; drôle ; ne prend rien au sérieux ; bohème ; infidèle ; main verte ; sans limites ; imprévisiblewoodstock c'est un contraste à lui tout seul, au fond lui-même ne sait pas trop qui il est. complètement frappé par son éducation de bohème et les drogues, sa personnalité est troublée comme l'eau crade de vos chiottes.  
instable, avec woody on ne sait jamais sur quel pied danser. il est brut, ne couvre aucune de ses émotions et tout passe sans filtre, que ce soit sa connerie ou ses pulsions. avec woody on se marre jusqu’à en chialer mais trop vite il partira en couilles et se mettra à tout péter parce qu’il en a décidé ainsi et qu’il avait besoin d’expulser sa colère, là, parce qu’il en avait envie. surtout woody il vous emmerde. il emmerde le monde, lui, tout ce qu’il respecte ce sont les tulipes. ses tulipes, pas celles des autres. il leur parle, leur raconte des histoires, c’est un créatif tout le temps perché dans la lune. sa lune à lui, pas celle que tout le monde voit. il n’a besoin de personne d’autre que sa sœur et surtout pas de femmes. il sait jouer de ses mots et de son humour pour les faire tomber et puis n’est-il pas vrai qu’elles préfèrent toutes ceux qui ne sont pas recommandables. il joue woody, il s’octroie une cible et fera tout pour l’obtenir. une garce avec une queue.
woody c’est ce qu’il est, pas recommandable. c’est un névrosé que les fous que sont sa famille n’ont pas su identifier. il vit avec ses anxiétés, il fume clopes sur clopes à s’en décrocher les poumons. il répond de ses sourires sarcastiques et de ses remarques assassines si on l’emmerde d’un peu trop près, une autodéfense devenue réalité avec le temps. il est ce mec un peu trop grand avec des oreilles trop décollées qui marche dans l’allée avec son allure décalée. on le regarde, on est sceptique, jusqu’à ce qu’il vous jette un regard. pire, qu’il vous sourit. ça lui arrive de temps en temps même si vous aurez le plus souvent droit à un doigt dans ses grands jours de maturité.
au fond woody il est complètement fucked up, on l’a pas aidé avec son éducation et il a cramé tout le reste au bout de ses joints et en avalant des pilules. il préfère rester fou que de se poser des questions alors il continue, continue sa vie de bohème des temps modernes.
L'HistoireLee woodstock. pour la blague on pourrait penser que mes parents parlaient de leur dernière baise pendant que l'infirmière demandait mon prénom. eh bien figurez-vous que parfois la fiction dépasse la réalité puisque c’est, à quelques détails près, ce qui s’est passé. à cette époque on était encore bien loin des champs de patate et de tout le bordel d’hippie bio dans lequel nous a entrainé mama plus tard, non, à cette époque on était encore des hippies des villes. enfin « on » , je veux bien sûr parler de mama et Dax, mon père. un rocker hors normes, camé jusqu’à la moelle ayant trouvé sa moitié dans la groupie qu’était à l’époque ma mère. j’ai longtemps cru qu’une femme devait montrer ses seins pour séduire mais malheureusement après avoir trop longtemps attendu j’ai fini par comprendre que c’était l’inverse qu’il fallait faire, que c’était à moi de sortir ma branche. passons.

childhood
j’ai vécu à New-York les dix premières années de ma vie, plongé dans la culture rock à l’état brut c’est limite si j’ai pas fumé ma première cigarette à huit ans, sauf que j’avais trop peur de ma mère pour m’y risquer. comprenez, si Dax était limite à m’encourager elle était prête à me mettre à la récolte des tomates, là où pullulent les hirondelles c’t’oiseau de malheur. piafs de merde. bref je me voyais déjà drummer de mon propre groupe de rock, à porter les cuirs de Dax et fumer l’herbe de mama mais mes rêves de gosses se sont vite calmés quand on a rejoint le pays du matin calme. j’ai dû comprendre que ma maison c’était pas les u.s mais les u.s et ce trou paumé, ce champ où toute la folie de New-York semblait n’avoir jamais existé. ça choque à dix ans. Cam, ma frangine, elle a rien compris. elle regardait tout de son air béât avec des yeux trop grands pour le monde et moi j’étais juste vénère. j’boudais dans mon coin mais tout ce qu’on trouvait à me donner pour m’amadouer c’était de bâtons de réglisse que Cam s’empiffrait. p’tin y a cette fois où on a réussi à en caler quinze dans sa bouche. QUINZE. si j’avais su à quoi ça la préparait mon gars je peux te dire que j’aurais calmé le jeu. du coup après on a ssayé d'y insérer Mew, mon p'tit frangin. tout ça pour dire que j’ai fini par m’y faire, courant dans les champs pieds nus avec mes frères et soeurs en retrouvant la sensation de mes deux premières années. ouais, on m’a enfilé des chaussures pour la première fois à deux ans. ça m’arrive encore de me promener sans, juste pour me sentir vivant malgré ce goudron dégueulasse. j’préfère celui de NY et la terre des champs.

seoul junkshow
au lycée j’étais bateau. genre l’mec qu’on comprend pas mais qu’on aime bien parce qu’il est pas méchant. enfin j’pense parce qu’ne fait j’en sais rien et je m’en tape. ce qui m’a vraiment marqué c’est mon arrivée à Séoul. une folie douce. j’ai retrouvé les prémices de NY et je les ai incarnés comme j’le voulais. Séoul c’était plus calme, c’est plus light que le monde de Dax mais c’était le mien. y en a qui se sont questionnés sur mon admission à Haneul Univ., on pense que j’ai cogné le bord de la baignoire quand je suis né -j’suis né dans une baignoire, ouais-  mais, eh, fallait pas me sous-estimer les gars. depuis j’ai perdu méga de neurones avec la merde que je prends mais la défonce ça me rend vivant. ça dégage cette névrosité que je me suis auto-découvert puisque, pour rappel, j’suis pas aussi con qu’on l’imagine. bref j’suis parti en couilles dans mma frat' de tarés où j'ai rencontré ma moitié. j'ai fait l'con, j'l'ai trompée un milliard de fois. j'aurais dû laisser tomber cette histoire avec mon ex, devenue sa pote au passage. j'crois que ça l'a détruite ma ivy, elle a fait overdose. c'est un vrai légume depuis. mec j'me sens tellement coupable qu'on a bougé à busan pour elle après l'univ. parce que j'ai fini diplomé ma p'tite gueule.

busan flower power
aujourd'hui j'vis avec Ivy à Busan dans une villa/squat en brod de mer, on y a migré et ma frangine nous a rejoins y a pas longtemps. Mewmew aussi. bref j'suis heureux. j'ai laissé tombé l'astronomie, t'sais quoi j'étais même pas doué et en plus j'aurais même pas eu mon doctorat si Dax avait pas forcé avec l'administration. bref j'men fou moi ce que j'ai toujours voulu c'est cultiver. ma vie c'est les fleurs, les plantes, les tulipes. alors j'ai ouvert mon petit buisness, ça commence à marcher un peu, ouais, d'toute j'ai pas trop de préocupations j'suis couvert. j'ai l'impression de respirer un peu mieux à Busan qu'à Séoul mais j'crois que mon cerveau débloque toujours autant. coké jusqu'à los.  
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ritchie Blackmore: Didi Zill's Deep Purple photo books
» Prèsentation Purple-Hypnotic