yolo

 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'oubliez pas de maj vos fiches de liens et de présentation avec le nouveau code ! ♡
RECENSEMENT ! est clique ici pour te recenser
allo les p'tits loups, on oublie pas les lieux éphémères ♡ + les recherches de liens !

Partagez | 
 

 first meeting in blood and pain ; ft mary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t852-han-sin-seong-un-etre-d
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: first meeting in blood and pain ; ft mary   21.01.18 16:04
first meeting in blood and pain
mary & sin seong
••••

Tu avais la main posée sur ton torse, le sang coulait trop pour que tu puisses passer à côté de l'évidence. Tu étais en train de mourir, et comme un chien perdu, tu crèverais dans un coin, sans que personne ne le sache. Tu savais qu'on te chercherait, qu'on finirait par te trouver, mais pour l'heure, ton corps s'affaiblissait de seconde en seconde, et tu te sentais de moins en moins bien. Tu n'espérais pas d'aide, tu n'en demandais pas, parce que tu ne savais pas comment le faire, si même si tu le méritais. Tu avais décidé de te venger, d'assouvir ce besoin de faire ta justice toi-même, par tes propres moyens, mais cette fois, plus que d'autres, ça avait dérapé, les choses avaient été trop loin. Tu avais pris une balle sans parvenir à l'éviter, elle était logée profondément dans ta chair, tu ne pouvais te soigner toi-même, comme tu l'avais fait de nombreuses fois. Tu te sentais perdu, faible, misérable. Tes pieds s'arrêtèrent, et tes paupières se fermèrent l'espace d'un instant. Comment t'en sortir, sans appeler les flics, sans appeler les urgences. Tu avais horreur des hôpitaux, une phobie que tu n'oublierais certainement jamais. Tu ne devais pas y aller. Tu n'irais sous aucun prétexte, et ton entêtement te tuerait certainement. Parce que tu en avais besoin. Blessé comme tu l'étais, tu avais conscience que c'était la meilleure des façons de rester en vie. La rue était déserte, tu n'avais aucune idée de l'endroit où tu pourrais aller, et ce que tu ferais dans les prochaines minutes. Non loin, un arrêt de bus. Au moins, tu pourrais t'y reposer, attendre que la fin arrive.

Tu ne savais même pas où tu te trouvais, parce qu'on avait simplement jeté ton corps sur le bord d'une route déserte. La nuit était déjà tombée, et tu savais que personne ne passerait par-là aussi tard. Il faudrait que tu aies de la chance pour que l'on te remarque. Vêtu de noir, le visage en sang, assis sur le trottoir, l'arrêt de bus te maintenant un minimum droit, tu devais faire peur. Par conséquent, le peu de voitures qui passaient par là, soit on ne te remarquait même pas, soit on se contentait d'accélérer. Un soupir douloureux s'échappa de tes lèvres. Tu n'avais jamais vu la fin aussi proche, tu avais espéré vivre un peu plus longtemps, mais à cause de tes actions, de tes choix, tu en étais là. Tu ne savais pas vers qui devait aller tes dernières pensées, remercier tes parents de t'avoir accueilli chez eux, ta soeur de t'avoir aimé malgré tout, et la vie que tu menait si bien, si douce. Il y avait une partie de toi qui manquait clairement de chaleur, d'amour, d'affection, mais sans doute que tu n'étais pas destiné à avoir ce genre de choses. Tu en avais déjà bien eu assez, il était inutile d'en désirer plus. C'était ce que tu te disais. Tu voulais dessiner quelque chose, la dernière image qui se gravait peu à peu dans ta mémoire, mais tes mains tremblaient tellement que tu n'étais pas capable de les bouger à ta guise. En levant les yeux vers le ciel, tu te rendis compte que la lune était présente, accompagnée d'une multitude d'étoiles brillantes de mille feux. C'était magnifique, mais il faisait froid. L'hiver commençait à faire redescendre ton adrénaline, ou bien était-ce juste ton corps qui ne pouvait lutter contre la mort qui te guettait ? Tu ne saurais le dire, et l'inconscience commençait à te gagner de plus en plus. Cela ne pouvait se finir maintenant, pas de cette façon ...

••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   21.01.18 18:09


     
First meeting in blood and pain
featuring. Han Sin Seong + tenue


 Sur sa montre, l'aiguille avait encore bougée. Cette fois-ci, elle ne l'avait pas vue, mais son corps le sentait. Ses paupières se fermaient seules, de temps à autre. Sous ses yeux, la route semblait se défiler. Elle regrettait de ne pas être rentrée plus tôt. A cette heure-ci, elle aurait pu être sous ses draps, comme tout le monde. Elle aurait du, d'ailleurs. Mais Mary avait encore eu cette terrible envie de fuir la réalité, et de partir se perdre à des kilomètres, juste pour ressentir cette adrénaline monter, lorsqu'elle se rendrait compte qu'elle était définitivement paumée, en pleine nuit, au milieu de nul part. Au final, c'était presque ça son quotidien, et elle ne s'en rendait même pas compte. Tout ce qu'elle voulait, c'était ne pas vivre comme les autres. Ne pas se ranger, avoir une vie tranquille, comme la plupart des gens de son âge. Elle continuait à fuir, encore et encore.

  Elle roulait à une vitesse peu élevée, dans la nuit. La demoiselle avait bien trop peur qu'un animal traverse la route, et qu'à cause de la vitesse, elle ne puisse l'éviter. Jusque là, ça ne lui était jamais arrivée, et elle espérait ne jamais avoir de première expérience. Elle était le genre de femme à pleurer lorsqu'un animal mourrait dans un film, mais pas pour l'humain. Le genre de trucs un peu incompréhensible pour certains, pendant que pour d'autres, c'était évident. Rouler lentement, ça lui permettait aussi d'observer où elle était. Et visiblement, ce soir là, elle ne s'était pas trop perdue. Cela ressemblait à un village, ou une ville. Elle ne savait pas trop, elle ne reconnaissait rien. Son cerveau ne lui permettait pas de réfléchir. Mais elle supposait ne pas être dans un coin trop perdu, étant donné qu'un arrêt de bus s'y trouvait. Cela voulait dire qu'il y avait au moins des transports en commun.

  Lorsqu'elle se concentra un peu plus, elle vit dans le rétroviseur du véhicule que, là-bas, un homme était assis sur un morceau de trottoir. Ses yeux se plissèrent, pour se concentrer sur cet homme, et non plus ce qui était censé être sa préoccupation première : la route. Son visage semblait couvert de sang, et sa main était posée sur son torse. Soudainement, elle arrêta son véhicule sur le bord de la route, oubliant toute la fatigue qui s'était accumulée au cours de sa journée. Que diable faisait-il dehors, à une heure pareille, et seul ? La brune sorti de son véhicule aussi vite que possible, et lorsqu'elle claqua la portière, elle resta un moment à observer l'inconnu. C'était évident, il était mal en point. Et il fallait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte. Elle accourut, se retrouvant en moins de quelques secondes près de lui. Étrangement, elle n'avait pas vu tout ce sang, lorsqu'elle était dans sa voiture. Ou plutôt, elle avait préféré n'en voir qu'une partie. Ses yeux grands ouverts, son cœur battant à cent à l'heure, elle se pencha.

« - Mon dieu, mais qu'est-ce qu'il vous est arrivé ?Vous avez perdu beaucoup de sang ! Pourquoi n'avez-vous pas appelé les secours ?! »

 Son ton était grave, toute son angoisse pouvait se ressentir. Mary n'avait jamais vu cela que dans les films à la télé. Personne ne pouvait rencontrer quelqu'un de cette façon là, dans la vraie vie. Elle ne savait même pas s'il répondait à ses questions, et au final, elles étaient bien inutiles. Elle parlait parce qu'elle était paniquée, elle ne savait pas quoi faire. Elle n'était pas médecin, mais en même temps, elle ne pouvait pas le laisser là en plan. Rapidement, elle sortit son téléphone de sa poche, et composa sous les yeux du jeune homme le numéro des secours. Mais avant d'appuyer, elle releva la tête vers lui, ses mains légèrement tremblantes.

« - Monsieur, vous avez besoin de soins, pourquoi n'avez-vous appelé personne ? Est-ce que vous pouvez me dire votre nom ? Est-ce que vous savez où nous sommes ? »

  C'était comme si son cœur allait exploser, sortir de sa poitrine. Elle avait besoin d'informations, pour pouvoir demander de l'aide. Si elle ne savait pas où ils se trouvaient, personne ne pourrait venir les chercher. Il avait besoin d'aller à l'hôpital, et elle ne savait pas si elle aurait le temps de l'y emmener.
gabi le loup


I tried my best and failed as always
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t852-han-sin-seong-un-etre-d
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   26.01.18 11:28
first meeting in blood and pain
mary & sin seong
••••

Beaucoup de choses te venaient en tête alors que du sang commençait à affluer dans ta bouche. Tu n'essayais pas de le cracher, parce que tu n'en avais pas la force, tu te contentais seulement de le laisser glisser sur ton menton. Tu n'avais même plus la force de bouger, tu remerciais le petit abri de l'arrêt de bus de te maintenir assis, tu n'aurais pas la force de te tenir sinon. Tu te souvenais encore du sale quart d'heure que tu avais passé. On était venu à toi cette fois, ça n'avait pas été l'inverse. Tu n'avais pas eu le choix que de monter dans ce van, tu avais été ligoté à une chaise, on t'avait posé énormément de question, et on t'avait beaucoup frappé aussi. Tu n'avais pas pris la peine de répondre, tu savais qui étaient ces gars-là, c'était marqué en gros sur leur front qu'ils étaient des anciens tolards. Tu ne savais pas quels étaient leurs crimes, s'il y en avait plusieurs, mais tu avais conscience qu'ils venaient exprès pour toi, que tu n'avais pas été simplement une victime choisie au hasard. Ton avenir devenait de plus en plus incertain à mesure que les jours passaient, et ce soir-là, plus que les autres, tu te rendais compte dans le pétrin que tu étais. Peut-être que finalement, tout s'arrêterait ici pour toi, que ton destin s'achevait sans que tu n'aies eu le temps de devenir l'héritier de l'hôtel qu'on te donnait sur un plateau d'argent orné de diamants bruts. Tu aurais du te contenter de ça, tu aurais du oublier le reste. Mais, ce n'était pas possible, et tu le savais.

Tes yeux se fermèrent un instant, alors que tu entendais le rythme de ton coeur ralentir progressivement. L'adrénaline redescendue, prenant une fois de plus conscience que le sang ne cessait de couler sur tes doigts comme une fontaine de fraises pressées, la douleur commençait à tirailler tes entrailles. Logée dans le bas de ton abdomen, tu avais encore eu la chance qu'elle ne te tue pas sur le coup. Au moins, tu avais le temps de prier encore un peu, de voir la beauté de l'univers devant toi, des étoiles au-dessus de ta tête, et ... Une voix te fit battre des cils. Tu ne te rendis pas immédiatement compte que tu avais commencé à sombrer dans le néant, mais cette femme devant toi, tu n'arrivais pas à la voir correctement. Ta vision était floue, et malgré le fait que tu plisses les yeux, ça ne rendait pas la chose plus facile. Tu n'entendais qu'à moitié ce qu'elle racontait, elle parlait trop vite, posait trop de questions, parlait trop fort. Tu fronças les sourcils, tes yeux se fermant pour tenter de te concentrer sur ce qu'il se passait de nouveau. C'était certainement la chose la plus difficile à faire sur l'instant. Mais tu essayas quand même.

Avec toute la force et la rapidité dont tu étais capable, tu saisis le poignet de la jeune femme, la fixant de ton regard presque éteint. « pas ... d'hôpital ... » Ta voix était rauque, ta difficulté à parler ne provoquait que de terribles grimaces sur ton visage déjà amoché. Tu ne voulais pas aller à l'hôpital, tu ne devais pas. Non seulement parce que tu en avais une peur bleue, mais aussi parce qu'on apprendrait tout sur ton identité cachée, sur ce que tu voulais, ta vengeance et le danger qui te guettait sans cesse. Tu soupiras avec difficulté, tout en gardant ton regard livide dans celui de la jeune femme. Il y avait une lueur que tu aimais bien dans ses yeux, une étrange lumière dans laquelle tu voulais te baigner. Sans aucun doute que ton état faiblard et ta blessure ne t'aidait pas à agir normalement ou à avoir les idées claires, mais elle possédait un regard que tu n'oublierais certainement jamais.

••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   04.02.18 17:58


     
First meeting in blood and pain
featuring. Han Sin Seong + tenue


 Tout fusait, à une vitesse incroyable. Pas une seule seconde de répit. Des voix hurlaient dans sa tête, s'entremêlaient, créaient la panique. Elles lui disaient ce qu'elle devait faire, mais n'étaient pas claire. Mary ne comprenait pas. Ce genre de choses n'arrivaient que dans les films et séries à succès. Elle s'était déjà dit qu'elle rêverait d'une rencontre peu ordinaire, pleine de rebondissement, quelques fois. Mais seulement lorsqu'elle était devant cet écran géant, un paquet de pop-corn entre les mains. Jamais elle n'avait pensé que cela deviendrait réalité un jour, bien plus tard. Si elle l'avait su d'ailleurs, elle n'y aurait jamais songé.

  Elle composait le numéro, quand il saisit soudainement son poignet, lui faisant vivement relever la tête. Que voulait-il ? Au bord de l'assaillir de questions de nouveau, elle n'en eut cependant pas le temps. De sa voix grave et faiblarde, il lui assura ne pas vouloir d'hôpital. Il en avait indéniablement besoin, qu'il survive sans soins de professionnels serait un miracle. Pourtant, lorsqu'il avait prononcé ces mots, la jeune femme avait comprit, et surtout senti, qu'elle n'arriverait pas à l'y emmener et que tentait ne servirait qu'à perdre de temps. Il avait l'air si sûr de lui, et de ce qu'il venait de lui demander. Tout menait à penser qu'il n'avait pas toute sa tête à cet instant, comme cela aurait été le cas de tout le monde. Son corps se fatiguait, s'essoufflait, et son esprit avec. Et il avait toujours l'air de savoir ce qu'il voulait, il était clair, et plus que ça.

  Sa tête lui faisait mal. Les battements de son cœur y résonnaient, si fort. Ils parcouraient tout son corps. C'était comme si son cœur battait pour deux. Pour elle, et pour celui de l'homme d'à côté, qui chaque seconde, semblait plus prêt de l'arrêt. Du moins, c'était ce qu'elle ressentait. Son estomac était noué, sa gorge serrée, comme si elle était prête à pleurer. Cela faisait bien des années qu'elle était adulte, et donc censée faire preuve de calme dans toute situation. Mais comment était-elle supposée faire, à cet instant là ? Un homme se vidait de son sang, sous ses yeux. Sous les yeux d'une femme qui n'y pouvait rien, parce qu'elle n'avait pas les facultés d'un médecin.

  Rapidement, la brune laissa son téléphone de côté, laissant tomber les secours. Durant une demie seconde, son regard resta bloqué dans celui de l'inconnu. Au fond de ses yeux, derrière tout ce vide qui semblait être d'une couche si épaisse, impénétrable, il y avait quelque chose de fort. L'étincelle, toujours là. Celle qui démontrait qu'il était encore un peu vivant, pas seulement physiquement. Et au fond, Mary en était rassurée. Elle avait besoin de ça, pour continuer. Elle ne savait absolument pas ce qu'elle allait faire. Tout ce qu'il se produirait par la suite ne serait qu'une succession de choses non réfléchies. Elle n'était ni génie, ni fée. Ne pouvait ni exaucer des vœux, ni faire de miracle, ou bien guérir une blessure en posant simplement sa main sur celle-ci.

  Soupirant, comme pour se donner du courage, la demoiselle déboutonna rapidement la chemise de l'inconnu, pour venir l'appuyer aussi fort qu'elle le pouvait contre la plaie. Cela minimiserait peut-être la perte de sang qui était déjà plus que conséquente. De son autre main, elle prit celle du jeune homme, pour la poser sur le tissu, tout cela dans une extrême douceur. Elle avait peur de lui faire mal, même si elle savait que la douleur devait déjà être à son comble. Ses yeux brillaient. Elle ne savait pas ce qu'elle faisait, elle avait peur. Et si elle allait contribuer à sa mort, au lieu de le sauver ? Cela ferait-il d'elle la meurtrière ? Secouant la tête vivement, elle chassa ces pensées de son esprit, et ôta sa veste pour la déposer sur les épaules du blessé. Les températures étaient glaciales, surtout dans la nuit. Et même si sa veste n'y ferait pas grand chose, c'était au moins ça. Posant ses yeux sur lui, son regard se faisant de plus en plus confiant, comme si elle ne voulait pas qu'il se mette à s'inquiéter au sujet de ce qu'elle lui faisait, elle lui dit :

«  Parlez moi. Dites moi n'importe quoi, tout ce que vous voulez. Si vous n'avez plus rien à dire, trouvez quand même quelque chose. Vous n'avez pas besoin de me dire ce qu'il s'est passé, ce n'est pas le plus important. Vous pouvez juste me décrire ce que vous voyez ou ressentez. Mais parlez, toujours, sans vous arrêter. Si je vous fais mal, je vous donne le droit de me frapper. Vous devez avoir peur, l'adrénaline doit toujours être présente, c'est important. Vous devez vous sentir en vie, et c'est le meilleur moyen. Et avant que vous me le demandiez, je n'ai aucune base en médecine. Je ne sais pas ce que je fais, mais je le fais. Et j'espère que ça vous effraie autant que moi. »
gabi le loup


I tried my best and failed as always
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t852-han-sin-seong-un-etre-d
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   14.02.18 15:08
first meeting in blood and pain
mary & sin seong
••••

Il ne faisait aucun doute que tu préférais mourir sur ce trottoir que de devoir aller à l'hôpital. Tu n'en avais tout simplement pas le droit. Tu portais à présent le nom de famille d'une puissance économique, tu étais l'héritier d'une lignée d'hôtels qui s'étendrait certainement jusque dans plusieurs pays d'Asie si tu te débrouillais bien, personne ne devait apprendre ce qu'il se passait la nuit, lorsque tu étais censé dormir. Cependant, cette fois, tu n'avais pas cherché les problèmes, on était venu directement à toi. Maintenant, cela te faisait peur. Tous tes proches étaient en danger, et l'honneur de ta famille également, mais pas seulement. Non, leurs vies étaient aussi précieuses et tu ne voulais sûrement pas qu'il leur arrive malheur. Tu étais tétanisé par le fait qu'on puisse leur faire du mal, toi seul étais impliqué dans ces conneries, alors toi seul devais y faire face. Il semblerait que ton heure n'était pas encore venue, l'espoir reprit une petite place en toi, alors que cette jeune femme paniquée tentait de t'aider. Tu n'avais pas l'esprit clair, tu ne pouvais donc pas lui donner d'instructions quant à ce qu'elle devait faire, tu était trop faible pour réagir, parler ou même réfléchir dans le bon ordre. Les choses étaient mauvaises, cela s'annonçait relativement compliqué.

Tu continuais de focaliser ton attention sur elle. Après tout, cette jolie inconnue était sûrement la plus belle chose qui sois arrivé juste avant que tu ne fermes les yeux. Elle venait, par son unique présence, de te redonner un souffle de vie et d'espoir, tu ne comptais pas la laisser partir aussi facilement. Tu étais trop fragile cependant, et tu te contentais de la regarder d'un air perdu, comme si tu étais déjà mort. Ton corps était fatigué, mais il ne fallait pas que tu restes là. Il te fallait t'allonger, recevoir un minimum de soins, et avoir des anti-douleurs. Cette balle logée dans ton abdomen te faisait atrocément mal, il fallait la retirer. Mais pour cela, tu allais avoir besoin de l'aide de cette jeune femme, dont tu ne connaissais absolument rien. Tu te sentis soulagé un instant lorsqu'elle décida de laisser tomber l'idée d'appeler les secours. Les hôpitaux avaient le don de te donner envie de mourir avant même d'y avoir mis les pieds, tu ne devais donc pas y aller, et pour plusieurs raisons. Ta phobie étant la seconde. La principale étant ta famille et leur réputation. La troisième, ton identité secrète et ta vengeance.

Tu la laissas retirer une partie des boutons de ta chemise pour venir poser sa main sur ta plaie, tu laissas donc retomber ton bras mollement sur le bitume. Tu n'avais plus la force de grand chose, et pourtant, tu devais te battre. Parce que c'était ce qu'elle faisait pour toi, elle te maintenait en vie, elle te donnait envie de continuer, de la revoir. Dans d'autres circonstances bien évidemment, tu voudrais la rencontrer dans un lieu normal, en pleine santé et pouvoir regarder son sourire, plutôt que son visage paniqué et effrayé. Mais plus les secondes passaient, plus elle prenait la situation en considération, plus elle semblait reprendre ses esprits. Un léger sourire effleura tes lèvres après sa tirade. Elle venait de parler à toute vitesse, sans te laisser le temps de la couper, sans même en avoir l'envie d'ailleurs. Sa voix était jolie et la lueur dans son regard te rendait courageux. Tu ne parvenais pas à l'expliquer, mais tu voulais t'en sortir, pour elle. « Je vois une jeune femme. Les cheveux longs, châtain foncé, avec des yeux très expressifs. Elle me regarde et essaie de m'aider sans me demander ce qu'il s'est passé. Elle me dit que je dois avoir peur pour que je reste en vie ... » Ta voix se coupa par une toux qui te fit grimacer et cracher du sang. Tu tournas la tête pour éviter de laisser des traces de ton sang sur les vêtements de la jeune femme, et te permis te cracher la boule de liquide rouge qui s'était formée dans ta bouche. « Vous êtes prête à m'aider ? » Ton regard s'était posé sur elle, mais tu te vidais de tes forces à mesure que le temps s'écoulait. « Aveuglément, il vous faudra suivre toutes mes indications, et je tâcherai, de mon côté, de ne pas mourir aujourd'hui. »

••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   15.02.18 21:17


     
First meeting in blood and pain
featuring. Han Sin Seong + tenue


   Pourquoi faisait-elle ça ? Pourquoi se donnait-elle tant de mal, alors que sans l'emmener à l'hôpital, il était quasiment impossible qu'il passe la nuit ? La demoiselle tentait de sauver un homme qu'elle ne connaissait pas. D'ailleurs, pourquoi voulait-elle l'aider ? Des gens avant elle étaient bien passés devant lui. Sans y faire attention. Comme on ne fait pas attention à un sac plastique qui vole, de trottoirs en trottoirs. Elle ne savait rien de lui. Peut-être même que cet homme était le plus grand des criminels. Mais était-ce la réelle question, ou était-ce, pourquoi personne n'avait prit quelques minutes de sa vie pour celle d'un autre homme, avant elle ? Le monde manquait cruellement d'humanité. De jours en jours, elle observait l'humanité disparaître, le monde s'écrouler sous le poids de la bêtise humaine. Chaque jour, quelque chose arrivait, d'un peu plus triste que la veille. Et sa conscience, à cette pauvre femme, ne pouvait supporter la vue d'un homme mourant. Imaginez une seconde, si elle était rentrée chez elle, bien au chaud. Qu'au moment de se glisser dans ses draps, le visage de cet homme soit apparu dans son esprit. Il l'aurait hantée, chaque jour, chaque nuit. Comment était-il possible d'être cruel à un tel point ?
 
 A mesure que les secondes s'écoulaient, sa confiance reprenait. Elle n'avait pas confiance en elle, loin de là. Elle avait confiance en lui. Sa survie n'était pas du ressort de la jeune femme, mais du sien. Elle ne pouvait rien. Tout était dû à sa force. Sa lutte ne devait avoir aucune pause.

 Cependant, elle, elle s'autorisa une pause. Lorsqu'il prit la parole, elle releva sa tête, pour le regarder, surprise. Ses lèvres rosées entrouvertes, elle l'observait, sans rien dire. Jamais la brune n'aurait pensé qu'il la décrirait. Dans ce genre de moments, la plupart des gens auraient raconté leur mésaventure, de A à Z. Ou bien pleuré, supplié d'être aidé. Rien n'était normal chez ce jeune homme. Et elle semblait l'avoir déjà oublié. Il n'avait pas voulu l'hôpital. Il ne pouvait qu'être taré, à ce stade. Puis... ses yeux n'avaient pas une seule lueur d'angoisse. Pas une once, pas une trace, ni même au plus profond de ce regard voilé. Elle pourrait y passer sa vie, à chercher, qu'elle n'y trouverait rien. Après quelques secondes, un doux sourire vint finalement éclairer son visage, comme si elle le remerciait de manière silencieuse.

 Mary semblait se rassurer, et pourtant, il fit tout flancher. Voir cette grimace naître sur son visage, et ce sang couler de sa bouche ne la rassurait absolument pas. Le nœud formé à son estomac se resserra un peu plus. Ses dents torturaient sa lèvre inférieure jusqu'au sang. Était-elle vraiment utile ? La réponse était évidente : non. Non elle n'était pas utile. Seulement, elle était au moins là, avec lui. Elle essayait, au moins. Elle faisait de son mieux.

 Mary n'avait jamais aimé qu'on lui dicte sa conduite. Qu'on lui dise quoi faire, comment agir, comment être, comment vivre. Pourtant, cette fois là, elle se contenta de hocher la tête. En même temps, il avait cette sorte d'autorité. Il avait ce visage, bien que doux, ferme. Comme si, sur son front était inscrit « me contredis pas tu risques de le regretter ». Il avait l'air d'être un homme de poigne. Ce genre d'homme dans les films qui savaient ce qu'ils voulaient. Ceux qui avaient ce qu'ils voulaient. Cependant, une question demeurait. Comment pouvait-il savoir ce qu'elle devait faire ? Enfin... non, elle même savait ce qu'elle devait faire. Mais la question était, comment ?

« Je veux bien, mais... est-ce que vous savez seulement ce que vous allez me faire faire ? Je ne connais rien en médecine, dans tous ces trucs là. Enfin, je suis pas sûre que les séries soient très utiles... alors c'est plus à vous de me faire confiance que l'inverse. Mais, si ça marche pour vous, ça marche pour moi je suppose. »

 Son sourire la trahissait. Elle n'était pas confiante, pas rassurée. Elle ne savait rien de ce qu'elle allait faire. Et elle avait peur de se tromper. De mal faire, comme elle en avait l'habitude. Elle prit un temps pour attacher ses cheveux en une queue de cheval faite à la va vite, pour éviter d'être gênée.

 «  Oh et, la prochaine fois... vous pouvez vous abstenir de vous faire souffrir pour ne pas mettre du sang sur mes vêtements. Je ne vous en voudrais pas si vous les tâchez. Je préfère ça que de vous voir... souffrir un peu plus.  Elle s'arrêta un instant, avant de reprendre, peu sûre, comme si sa question était risquée. Mais dites-moi... Pourquoi vous n'avez pas peur ? »
gabi le loup


I tried my best and failed as always
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t852-han-sin-seong-un-etre-d
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   16.02.18 15:14
first meeting in blood and pain
mary & sin seong
••••

Tes mots étaient difficiles à prononcer, et pourtant, tu prenais la peine de lui parler. Tu ne savais même pas si cela te serait utile, si tu ne perdrais pas plus de force qu'en continuant simplement de la regarder en silence, mais elle était la seule qui s'était arrêtée pour toi. La seule qui semblait s'inquiéter d'un autre humain, d'un homme, d'un inconnu blessé par balle sur le bord d'un trottoir. Tu paraissais bien pitoyable, et pourtant, même si quelques minutes avant son arrivée, tu voulais lâcher prise, maintenant que tu l'observais avec attention, avec toute la concentration dont tu étais capable, tu te battais. Contre l'inconscience qui te poussait à puiser en toi encore plus d'énergie que nécessaire. Il fallait que tu te reposes, mais avant tout, il fallait que ce sang arrête de couler de ton abdomen, ce serait la première chose à faire, mais pour cela, il faudrait qu'elle accepte de t'aider, qu'elle aille jusqu'au bout des choses. Le ferait-elle ? Serait-elle assez courageuse et folle pour agir sur les ordres d'un homme à moitié mort ?

Tu la regardais, encore et encore, sans te lasser. Peut-être qu'elle serait la dernière personne que tu verrais aujourd'hui, ou dans toute ta vie, et tu te permis de la décrire, de laisser quelques mots franchir tes lèvres pour lui parler, comme elle l'avait demandé. Elle essayait d'être confiante, mais son visage exprimait la peur et l'inquiétude. Il était certain que ce genre de situations n'arrivait pas tous les jours, ou même quasiment jamais. Pourquoi elle ? Tu semblais te poser la question, tout en observant ses traits sans te lasser. Le sang qui s'accumulait dans ta bouche, il devenait de plus en plus difficile de le contenir. Il t'empêchait de parler, et la douleur rendait ta respiration coupée et désordonnée. Tu devais tenir bon, encore un peu. Ton esprit tentait de rester lucide, de ne pas céder aux lymbes qui t'attiraient un peu plus à chaque instant, ton corps semblait abandonner, tu n'avais presque plus de force, mais ton âme, toutes les cellules de ton cerveau fonctionnaient encore et c'était le principal pour le moment. Il fallait que tu restes concentré, que tu puisses lui donner des indications pour survivre.

Un léger sourire étira tes lèvres, lorsqu'elle parla de nouveau, rapidement, avec une certaine note hésitante mais paniquée dans la gorge. Tu fermas les yeux un instant, une petite brise venant faire flotter son parfum tout autour de toi. Plutôt que la mort et l'odeur métallique du sang, tu parvenais à te perdre dans la subtile odeur de son shampoing, et de ses vêtements. Cela t'apaisait, tu ne pouvais le nier, et cela te permettait aussi de ne pas perdre pied. Ou alors peut-être que ressentir toutes ces petites choses signifiaient que tu perdais véritablement la tête. « Ce n'est pas la première fois que je suis blessé. Je sais ce que je dois faire, et vous devez croire en ce que je dis. La confiance ... » Tu fronças les sourcils. La confiance, tu ne la donnais à personne, et tu n'en voulais pas non plus. Parce que c'était quelque chose sur du long terme, et encore, tu savais à quel point une trahison était facile. « Aidez-moi à me relever. » Tu semblais avoir oublier la politesse. Moins tu parlais, et moins tu souffrais, c'était ce que tu retenais de ta conversation avec la jeune femme, alors tu t'appliquais à éviter de trop grands pics de douleur. Elle voulait te rassurer, te faire comprendre que tu pouvais lui faire confiance, toujours ce mot qui te dérangeait, mais tu ne voulais pas qu'elle s'en aille, pas maintenant qu'elle acceptait ton fardeau. Alors, tu te contentas simplement de garder le silence, t'empêchant de tousser pour éclabousser de sang les vêtements de la jeune femme. Moins elle en avait, moins elle serait impliqué, même si tu te doutais que c'était trop tard. La vie était faite de choix, et sans même qu'elle n'en prenne conscience, elle faisait irruption dans ta vie et tes problèmes. Il s'agissait d'une personne en plus à protéger, c'était ta responsabilité dorénavant.

« Pourquoi avoir peur ? » Tu étais surpris par sa question. La peur n'était pas un sentiment que tu voulais ressentir, surtout si tu pouvais t'en sortir. Tu avais là, une occasion de vivre, grâce à cette femme venue de nulle part, alors tu n'allais pas t'encombrer d'un sentiment inutile. Tu n'avais pas eu peur non plus quand on t'avait frappé, quand tu avais pris cette balle, qui s'était logée dans ton abdomen, non, jamais, ça ne t'avait effleuré l'esprit. Tu avais simplement conclu que c'était la fin pour toi, rien de plus, rien de moins. Sans doute que les forces supérieures de la vie ne voulaient pas que tu meurs maintenant, puisque cette jeune femme était maintenant à tes côtés, en train d'essayer de te sauver la vie. « Aidez-moi. » Tu tendis ta main vers elle, afin qu'elle puisse t'aider à te relever, tu devais t'installer dans sa voiture, qu'elle trouve une pharmacie pour que tu achètes le nécessaire à ta survie. Rien qui ne devait attirer l'oeil, qui ne devait provoquer trop de questions, parce qu'il ne fallait pas qu'elle mentionne le fait que tu était blessé par balle. Tu retins ta respiration quelques secondes le temps d'être enfin sur tes jambes, et tu posas ta main libre contre l'abri de bus. Tu toussas, avec l'impression que tu allais cracher tes poumons en même temps. Tu tournas la tête vers elle, ton visage proche du sien. Tu la regardais de plus près, ses traits étaient bien plus beaux, et sa queue de cheval faite trop précipitamment lui donnait cet air de femme forte qui ferait tout pour lui venir en aide. Tu aimais ce que tu voyais.« Votre nom ? » Si tu voulais la remercier convenablement, une fois rétabli, tu te devais de connaître son identité. Ou peut-être que ce n'était qu'une excuse pour en apprendre plus à son sujet. Quoi qu'il en soit, tu voulais focaliser ton attention sur elle plutôt que sur la douleur et le sang qui coulait sur tes doigts, et elle était une très bonne source de curiosité.

••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre débutant
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   16.02.18 18:49


     
First meeting in blood and pain
featuring. Han Sin Seong + tenue


Le vent frais de l'hiver fouettait leur visage. C'était une sorte d'énorme claque plus brûlante encore que le feu. La nuit était glaciale et noire. Le ciel ne comportait pas beaucoup d'étoile. C'était lors de cette même nuit calme, silencieuse et douce qu'un homme avait reçu une balle. C'était dingue, complètement dingue. Même elle, qui était pourtant là, qui voyait cet homme blessé de ses propres yeux, avait peine à y croire. La seule chose brutale de cette nuit semblant pouvoir exister était la température. Pourtant quelques minutes auparavant, le son d'un coup de feu avait bel et bien déchiré le silence et la douceur de cette soirée.

Il puisait son énergie. Le voir s'épuiser ainsi la fatiguait. Probablement était-il fou. Oui, c'était ça. Il avait l'air d'un gros malade. Déjà, qui se prenait une balle, dans le plus grand des calmes, un soir comme celui-ci ? Oui, elle devait l'admettre. Des centaines de gens à travers le monde étaient dans cette situation, ce soir là, probablement. Ils n'étaient pas seuls. Du moins, cela la rassurait de se dire que d'autres gens étaient dans la même galère. Ou... peut-être pas. Peut-être que cela confirmait toute l'immondice de l'humanité.
Mary sentait son regard. Il pesait sur elle. Lui donnait presque envie de détourner les yeux, ou bien de rougir. Pourtant, rien n'en paraissait. Leurs regards ne cessaient de se croiser. Elle n'était pas une femme faible. A ses yeux, seules les femmes faibles détournaient les yeux face à un homme. Et une femme ne devait pas être faible. Ses pensées divaguaient. Plus les secondes passaient, plus elle s'éloignait de la cause principale de son arrêt.

Alors, il était habitué ? Pour lui, cela semblait normal de sortir, et de finir dans un tel état. Comme si c'était sa routine. Comme si, lui, ça lui arrivait tous les jours. Cela expliquerait le fait qu'il ne soit pas paniqué. Et aussi, pourquoi Mary avait la sensation de paniquer pour deux. Elle, elle n'avait jamais vu ça. Et aurait probablement préféré ne jamais le voir. Ce qui aurait pu arriver, si elle n'avait pas jeté un œil dans les rétroviseurs de son véhicule. Elle n'aurait rien vu de tout cela. Mais elle n'avait pas pu se contenter de fermer les yeux. Cela lui était impossible. Fermer les yeux n'était pas dans ses cordes, surtout pas la nuit. Elle n'avait aucune envie que celle-ci devienne plus horrible et angoissante qu'elle ne l'était déjà. La nuit était vicieuse. Sous son masque de douceur et de poésie, elle cachait des armes redoutables. De monstrueuses bêtes erraient sans cesse. Elles se faisaient discrète, afin de repérer des proies faciles. Pourtant, le jeune inconnu n'avait pas l'air d'en être une, de proie facile. Il semblait être un homme fort, un homme de caractère. Le genre d'homme à se sortir de toutes les galères.

Un de ses sourcils s'arqua. Pourquoi avoir peur ? Cela ne semblait-il donc pas assez évident ? La peur était une émotion plus que normal. Et il était censé avoir peur. Du moins, à sa place, tout le monde serait effrayé. Peut-être avait-il pu la sentir, la mort. Même la voir, la toucher du bout de ses doigts. Après tout, il en était si près. Et il trouvait le moyen de lui demander pourquoi est-ce qu'il devait avoir peur. Il la fascinait. Il était d'un étrange, incomparable.

« N'importe qui aurait peur, dans votre situation. Mais vous réagissez comme si... vous le viviez tous les jours. Comme si c'était une habitude. Et je n'ai aucune idée de si je devrais en être rassurée ou bien si cela devrait être le contraire absolu. Vous êtes bien étrange... »

Hochant simplement, une nouvelle fois, la tête après ses paroles. Se relevant, elle saisit alors la main de l'inconnu pour le relever. Par la suite, elle prit le bras du jeune homme pour le passer derrière ses épaules, de sorte qu'il s'appuie sur elle, et entoura avec le sien sa taille, de sorte à le soutenir au mieux. Mary avait remarqué qu'il ne prenait pas la peine de s'encombrer à dire des choses inutiles. Il se préservait, et elle approuvait cela. Nul était le besoin de s'essouffler un peu plus. Sa voix tremblait légèrement. Non pas comme s'il allait pleurer. D'une manière... plus spéciale. Il n'y avait pas non plus une once de peur, dans ce son. Elle possédait juste cet air faible. Il ne parlait pas bien fort, pas bien vite. Chaque fois que ses lèvres bougeaient, il semblait souffrir. Ses lèvres devenues rouges à cause du liquide qui en sortait. Elle aurait voulu pouvoir faire quelque chose. Pouvoir atténuer cette douleur. Être dotée d'un don, qui ferait des miracles. Malheureusement, elle était juste humaine. Elle était humaine et seulement elle. Seulement Mary, dotée d'aucunes facultés utiles à cette situation.

Son visage était d'une telle douceur. Lorsqu'elle l'observait, elle se perdait. Si l'on retirait tout ce sang, il était un bel homme. Plus que cela, même. Il avait un charme venu d'ailleurs, qui même dans cette situation apparaissait. C'était un homme. Un vrai. Un véritable, un vrai de vrai. Ses cheveux mal coiffés, ses lèvres légèrement abîmées, ses joues rougies par le froid. Sa voix, aussi. Toutes ces choses lui donnaient ce charme. Mais avant tout, son attitude. Son aptitude à se gérer, à garder son calme...

Leurs visages étaient proches. Elle pouvait sentir son souffle butter contre sa peau, et voir tous les traits de son visage plus en profondeur. Sa peau était parfaite. Lisse. Elle paraissait si douce, aussi douce que de la soie. La meilleure des soies. Un doux sourires étira les lèvres de Mary, sans qu'il n'y ait aucune raison. Son calme revenait peu à peu. Peut-être était-ce du à la présence de cet inconnu.

« Mary, lui répondit-elle dans un murmure. Puis-je connaître le votre ? »

Sans trop tarder, elle fit quelques pas de plus, lents. De sortes à ce que le jeune homme suive, de sortes à ce qu'il puisse ne pas trop souffrir. Supposant qu'ils avaient à prendre la voiture, de sa main libre, elle ouvrit la portière du côté passager. Il allait possiblement déposer de son sang un peu partout, et causer un nettoyage en profondeur pour ne pas qu'on croit qu'elle ait tué quelqu'un, mais peu importait. Après tout, ce n'était que des tâches. Elle se pencha également, se saisissant d'un paquet de mouchoirs, le lui tendant.

« Je suppose qu'on doit prendre la voiture ? Dit-elle, sous forme d'une question. Elle agita ensuite le petit paquet. Tenez, pour vous essuyer le visage. Ca doit pas être très agréable. »
gabi le loup


I tried my best and failed as always
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
{tes clics et tes clacs}
Message Sujet: Re: first meeting in blood and pain ; ft mary   
Revenir en haut Aller en bas
 
first meeting in blood and pain ; ft mary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» figurine blood bowl sur internet (comme des troll de glace.)
» Terrain de blood bowl
» Blood Bowl : tactiques et techniques.
» Pain au chocolat Vs Chocolatine !
» Bloody Mary acte II : Ladoce de Lorso

licorne magique :: BUSAN CITY BEACH - 부산 :: ; le quartier yeonge-gu.
Sauter vers: