rps communs on the flux- free party des rainbow dans la campagne Coréenne.
- fête de la musique au parc de la busan tower.
- Pool Party des Cosmo au Parc Aquatique.

- On Air : Croisière & Temple Haedong.

- Coup d'oeil sur : la Chatroulette pour des date aléatoires, la Roulette du rp pour des partenaires rp au hasard avec ou sans contexte et les Commandes Graphiques & cadeaux, sans oublier nos petits topsites chéris ♥

(clique pour voter !)


yolo

 

les petites annonces
─ Nouvautés du mois de Juillet : allô frero ? ça farte sous les cocotiers d'ib ? Viens zyeuter l'annonce du mois de Juillet, clique ici ! ♥ ─ Le Busan Time : L'édition du mois de Juillet est arrivée ! Clique ici ! ─ Le Bar du Bartender : Venez donc participer aux enchères et balancer des potins au Bartender ! rdv au bar ! ─ Annonce Globale : Venez voir nos scénarios, petit trafic d'êtres humains et autres recherches de liens en tout genre.

Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1737-eun-ji-moon-a-world-wh
avatar
membre en or
More informations
- Sujet : Parfois, le destin fait bien les choses ((ft. Elijah ♥     11.06.18 21:54





Parfois, le destin fait bien les choses
(( tenue ))

Ji Moon, elle essaye de pas trop s'y accrocher, de pas trop en dépendre mais le soir, chez elle, quand elle se sent seule et que tout le monde part se coucher, elle file dehors, chaussettes chaudes et baskets aux pieds, les yeux complètements défoncés. Bordel, elle a encore pris les pilules bleutées qu'elle a trouvé dans la pharmacie au niveau de la chambre de son frère. Elle sait pas ce que c'est censé être encore, des anti-dépresseurs bien puissants, mais ça l'éclate à chaque fois, pupilles dilatées et tête brouillée. La demoiselle arpente les rues, monte dans le premier bus de nuit qu'elle voit et elle s'endort presque dans un fauteuil, juste ses clés dans la poche de son gilet et son portable, les écouteurs branchés et bien enfoncés dans ses oreilles.

Elle flâne, elle plane, elle déglutit et elle profite, pour une fois qu'elle a le crâne vide. Pas de faim, pas de déprime, pas de connerie de mariage à la con. Pas les insultes d'Aiden qui tournent en boucle ou celle de sa mère, ou le passif de son père. Et bon sang, c'est bon de sentir son corps léger, plus léger qu'il ne l'est déjà, elle va s'envoler à force de perdre du poids. C'est trop bon, d'être là-haut, perché, complètement dans les vapes, elle voit même pas les boulevards défiler, elle est libéré, le petit oiseau est sorti de sa cage doré. Néant. Juste sa musique qui balance à fond. Personne qui l'emmerde et même si quelqu'un le faisait, elle s'en rendrait pas compte. C'est fou. Fou, fou, fou... « Mademoiselle ? Mademoiselle... ? Vous êtes arrivée au terminus... Vous allez bien Mademoiselle ? »

Ji Moon fixe le conducteur sauf qu'elle ne le regarde pas vraiment, ni ne l'entend ; elle fronce les sourcils et se lève en le poussant de l'épaule et en tentant de dire « pardon » mais rien ne sort, juste ses lèvres miment et pas de son, pas de voix. Nada. Papillonnant au hasard sur le trottoir, elle suit les ruelles puis finit par s'affaisser contre un poteau parce que ses jambes ne la tiennent plus. L'énergie lui échappe, sommeil et dépersonnalisation. Son esprit quitte son corps, c'est incroyable et effrayant à la fois. Encore un peu, encore quelques pas juste pour se changer les idées, elle n'avait jamais été jusque là, faut dire que l'estomac vide ne doit pas aider... Elle tient pas trop les doses de médicaments comme ça, elle tient pas trop les effets, elle veut juste s'écrouler. Oups. Elle glisse, le long du métal. La musique devient flou et sa vue grésille ou l'inverse, elle sait plus. Oups. Elle dérape encore, les fesses bien près du sol, encore quelques centimètres et paf, elle se déverse sur la gauche, frappant sa tête contre le béton, heureusement de pas très haut et elle bat des cils, confuse, la douleur désinhibée. Très confuse. Y a pas grand monde de ce côté-ci, pas un rat, pas un chat. Au moins, y a pas d'Aiden, y a pas de maman. Pas de souci. Ji Moon elle est loin de tout ça et même plus, loin de la réalité : Elle a ses jolis rêves qui lui reviennent en tête, de mariage heureux et de bébés aux grands yeux. Son cœur la pince et elle sourit, malheureuse. Si malheureuse...

featuring. @Ahn Elijah


gabi le loup


Na Na Na Lady ♪
Sailor Moon ☽Actually I’m waiting for you and I don’t do this to just anyone But even if you just pass me by. I don’t care. Boy, I don’t cry. There are a lot of men who go crazy because they can’t meet me so hurry up, I’m a busy lady
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2001-ahn-elijah-distributio
avatar
membre débutant
More informations
- Sujet : Re: Parfois, le destin fait bien les choses ((ft. Elijah ♥     15.06.18 17:25





Parfois, le destin fait bien les choses


La journée avait été longue. Les interventions n’avaient cessées de se succédaient tout au long des heures. Il y avait des jours où on pouvait se vanter d’avoir pu sauver des gens, ou d’avoir fait face à des fausses alertes. Cependant, ce n’était aucun de ces cas aujourd’hui. Malgré nos efforts, des personnes étaient décédées sans qu’on ne puisse rien faire de plus, d’autres étaient encore entre la vie et la mort à l’hôpital. Je détestais ces jours où l’ombre surpassait la lumière. J’avais les pensées moroses, le moral dans les chaussettes. Je me battais chaque minute pour éviter un maximum de désespoir, même si ca me bouffe chaque fois un peu plus de l’intérieur … avec le temps, j’essayais de me rentrer dans le crâne que je ne devais pas me rendre responsable de toutes ces morts, que j’avais fait ce que j’avais pu pour les éviter… Pourtant, a chaque fois, il y avait cette petite voix dans ma tête qui ne cessait de répéter le contraire, mettant en relation mes échecs en cause direct à la mort de mon petit frère. Même quand je fus arrivé dans mon loft au style industriel, la solitude me frappa de plein fouet. Je m’attendais à y retrouver ma petite sœur, mais celle-ci m’avait laissé un mot pour me dire qu’elle passait la nuit chez une amie. « Génial ! Je n’avais justement pas envie de cuisiner ce soir. » Un génial qui n’exprimait aucune joie, juste une tristesse refoulé dont je ne pouvais faire part à personne. Je me retrouvais donc seul face à mes démons.

Si on me qualifiait de courageux de me jeter dans les flammes pour sauver des étrangers, il en était tout autre quand il s’agissait de ma culpabilité, de mes doutes et de mes craintes. Je n’avais aucune envie : fuir et laisser tout derrière moi. Ce n’était malheureusement pas possible, à cause de ma sœur entre autre, mais pas seulement. Alors le seul choix qui s’offrait à moi, c’était de courir. Je courais tous les matins, et tous les soirs. Je me vidais la tête. Plus aucune pensée parasite. Juste le silence. et c’était ce dont j’avais besoin en ce moment. Me changer les idées. Il n’en avait pas fallu plus pour que j’enfile une tenue de sport et mes baskets, mes écouteurs profondément enfoncés dans les orifices me servant d’oreilles. La musique me donnait des ailes, m’offrant une bulle où me réfugier, protégé du monde qui m’entourait. Je sortis de mon immeuble, m’engouffrant dans la pénombre de la nuit, éclairée par une lumière artificielle venant des lampadaires avoisinants.

Je courrais aussi vite que mes jambes me portaient, jusqu’à ce que le souffle me manque et que ma gorge s’assèche. C’est au coin d’une rue que j’arrêtais ma course folle, prenant appuis sur mes cuisses de mes mains pour reprendre mon souffle avant de repartir. Le premier pas était lancé, mais mon attention fut attirée par une masse gisant sur le sol. Mon esprit ne me permit pas tout de suite de reconnaitre la forme étendue sur le sol avant que mon professionnalisme ne refasse surface. Je m’approchais de la jeune femme à pas de course avant de me pencher sur elle. « Mademoiselle, tout va bien ? » demandais-je inquiet, la secouant. Ne recevant aucune réponse de sa part, par réflexe, je pris son pouls. Il était faible, mais toujours actif. Elijah le pompier prit le relais. Je l’examinais rapidement, appliquant les premiers secours adéquats dans ce genre de situation, comme on nous l’avait appris dès la première année de ma formation. Il ne me fallut pas très longtemps pour comprendre qu’elle avait ingurgité des
médicaments dont les effets secondaires étaient de violentes somnolences. Mon instinct me poussait à la conduire directement à l’hôpital, mais rien ne me disait qu’elle aurait les moyens de le payer, ou peut être ne voulait elle pas y aller. Je pris la décision de la ramener chez moi pour ne pas la laisser agonisante sur le béton froid. Je pourrais au moins soigner la plais ouverte sur son crane. Par précaution, je donnais un coup de fil à un ami médecin pour qu’il passe jeter un œil sur son état. En attendant, je la ramenais à bout de bras, la déposant dans le lit de ma petite sœur absente au milieu de multiple peluches. Ma chambre n’était peut être la plus appropriée, la confusion pourrait être de mise à son réveil. En sortant de la chambre, j’éteignis la lumière, laissant la porte entre-ouverte après avoir soigné sa blessure. Un sourire au coin des lèvres, je me dirigeais vers la cuisine. J’aurais au moins sauvé une personne cette nuit. « Je vais peut-être devoir cuisiné finalement. » Satisfait, je me dirigeais vers la cuisine, sortant la nourriture pour préparer un repas…


featuring. @Eun Ji Moon


gabi le loup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t1737-eun-ji-moon-a-world-wh
avatar
membre en or
More informations
- Sujet : Re: Parfois, le destin fait bien les choses ((ft. Elijah ♥     25.06.18 11:47





Parfois, le destin fait bien les choses
(( tenue ))

C'est un monde flou et vague dans lequel  Ji Moon nage, un délire chimérique pourtant si paisible et calme, serein. C'est peut-être la première fois qu'elle se sent aussi détendue, le crâne au sol et le corps recroquevillé, l'âme perdue ailleurs. La musique la berce pendant un moment, la fraîcheur du soir lui mord le bout des doigts sauf que rien, non rien, n'a l'air de la sortir de sa torpeur. Parce qu'on y est bien. Parce qu'on  s'y sent enfin tranquille. Légère comme une plume, c'est puissant comme un torrent, elle se sent même voler dans les airs, soulevée par une force inconnue. Ses écouteurs tombent et pendent autour de son cou, ses bras pendent de ses épaules : un pantin désarticulé dans les bras du pompier. Un sourire sur le bord de ses lèvres, qu'importe ce qu'elle ne sait pas, là où elle est actuellement la satisfait.

Elle ne se rend pas compte qu'on l'emmène, qu'on la soigne, qu'on la touche et qu'elle est en état de vulnérabilité, dans son  univers il n'y a qu'elle, pas même son petit-frère, pas de responsabilité. Juste elle, rien qu'elle, égoïsme pure ou repos bien mérité. Personne pour la mépriser, pas de mère pour la juger, pas de fiancé pour la ridiculiser, pas d'Allen pour la faire chavirer. Personne... Un silence, trop silencieux. Elle se tourne. Ji Moon n'a pas l'habitude d'autant de mutisme et d'autant de paix. Elle se retourne encore, la pénombre envahit sa vision, ça ronge son sommeil profond. Elle gesticule, elle se secoue, ses membres se prennent dans des liens, on la retient ! Qu'est-ce qui se passe ? Aucun son ne sort de sa gorge, elle retrouve la réalité tout à coup, elle remonte à la surface de l'eau, dans un « woush » assourdissant et lourd, ses paupières s'ouvrant subitement et ses poumons cherchant l'air avec violence. Ses doigts s'agrippent aux draps dans lesquels elle s'est enroulée. Ses sourcils se froncent, quelle douleur ! Hésitante, elle touche l'origine de ses maux et grimace au pansement sur sa tempe. Qu'est-ce qui s'est passé ? Comment a-t-elle pu se ble...sser ?

« Où suis-je ? » demande-t-elle dans un murmure, s'asseyant avec difficulté, prenant appui contre la tête de lit. Les peluches qui l'entourent ne lui disent rien de rien, elle en prend une et l'observe, confuse. Son esprit est encore embrumé, sa gorge sèche, terriblement assoiffée. Elle fait le tour de la chambre de son regard et bien que l'envie de paniquer la prend, ses nerfs sont encore bien trop désinhibés pour que la coréenne ne se mette à hurler ou angoisser. Juste son cœur qui prend un rythme plus rapide et sa salive qui manque à ses déglutitions. Posant ses jambes à terre, l'ourson toujours en mains, la tentative de se lever finit par l'héritière à nouveau fesses sur le lit, ses genoux tremblotant. Elle fait rouler ses orteils quelques instants pour les réveiller et en profite pour se concentrer sur le son ambiant et les odeurs. Un parfum féminin qui n'est pas le sien, les senteurs du propre et surtout, le plus proéminent, une saveur salée et délicieuse en bouche agresse ses papilles. Son estomac automatiquement se noue et grogne, l'acide dans lequel les médicaments avaient trempé la brûlant subitement. C'est la Faim.

Déterminée, Ji Moon se relève et avance vers le miroir, vérifiant ses habits toujours bien sur elle et ne fait que remette ses cheveux en place, tentant de cacher son faciès pansé. La rue, le trottoir, elle se souvient de la musique, de ses battements cardiaques ralenti, de l'euphorie et le béton froid puis plus rien. Quiconque l'avait apportée ici n'avait pas l'air de vouloir la tuer, pas encore du moins. La culpabilité la prend soudainement, quel genre de comportement est-ce ? De se laisser aller et finir écrouler dans un quartier aussi éloigné. Quel genre de princesse bien éduquée ferait ça ?! Quel genre de personne se mettrait en danger ainsi ? Apparemment, elle. Et bien qu'elle s'en veuille, l'idée du danger la fascine presque à moitié.

Les bruits de mouvement la sortent de sa réflexion et son reflet et elle range dans la poche de son gilet ses clés et son téléphone qu'elle trouve sur le bord de bureau. Il est temps de bouger. L'appréhension la prend. Et si jamais c'est un psychopathe ? Elle repense aux pansements... Elle pourrait au moins le remercier avant de s'enfuir lâchement... Ou attraper un objet avant de sortir de la chambre. Rien n'a l'air de convenir à son besoin de se défendre, à part la chaise, peut-être... Soit, ne soyons pas aussi méfiant, elle n'aurait pas fini dans une chambre d'enfant si cet ou cette inconnu(e) lui voulait du mal ! Avec bravoure et impulsion, la porte se retrouve ouverte, Ji Moon les grands yeux ouverts avec le nounours contre sa poitrine, serrant les dents et lèvres. « O-Où suis-je ?!» répète-t-elle encore un peu plus fort cependant en bégayant. Ne voyant pas de suite la source de l'odeur de nourriture, ni l'exécutant, elle avance avec persévérance mais de plus en plus la peur au ventre, son cerveau s'éveillant enfin. Elle passe un meuble lui bouchant la vue et en tournant, elle s'écrie tout à coup de surprise en voyant un homme en cuisine, glissant sur ses chaussettes. Pour se rassurer, elle enlace le doudou et plante ses pupilles sur les faits et gestes du garçon, prenant tous les détails qui le caractérise en tête. « Où suis-je ?... » C'est presque innocent et d'une voix d'enfant, encore sous le choc de vraiment trouver quelqu'un, que tout ça soit bel et bien... Réel. Quelle connerie de s'évanouir ! « Et qui êtes vous ? » finit-elle par ajouter, le zieutant de la tête aux pieds, une sale habitude un peu hautaine qu'elle a depuis son enfance, merci maman.

featuring. @Ahn Elijah


gabi le loup


Na Na Na Lady ♪
Sailor Moon ☽Actually I’m waiting for you and I don’t do this to just anyone But even if you just pass me by. I don’t care. Boy, I don’t cry. There are a lot of men who go crazy because they can’t meet me so hurry up, I’m a busy lady
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-unicorn.forumactif.com/t2001-ahn-elijah-distributio
avatar
membre débutant
More informations
- Sujet : Re: Parfois, le destin fait bien les choses ((ft. Elijah ♥     17.07.18 20:38





Parfois, le destin fait bien les choses

Ma bonté me perdra. Quelqu’un de normalement constitué n’aurait pas ramené cette jeune femme chez lui, mais directement à l’hôpital. Pourtant, quelque chose m’avait poussé à l’amener dans mon havre de paix. Peut-être la sensation qu’elle avait pu faire une bêtise qu’elle regrettait et dont elle ne voulait pas que son entourage l’apprenne ? Ou peut-être simplement que son errance n’était pas si loin de la mienne ? Si j’optais pour des méthodes plus naturelles comme me crever à la course à pied toute la nuit, elle préférait les substances illicites qui faisaient oublier ? Si je n’avais pas la crainte de devenir aussi violent que mon père une fois que la drogue coulait dans mes veines, j’y aurais sans doute également succombé. Dans mon cas, je préférais rester sage et de me défouler dans un surplus de sport ou un surmenage de travail. Ce qui, à terme, n’était pas la meilleure chose à faire non plus. J’avais abandonnée la belle au bois dormant dans la chambre de ma petite sœur, en espérant qu’elle n’ait pas l’idée de crier au loup, ou t’appeler la police. L’un dans l’autre, il me serait difficile d’expliquer la situation.

Occupé par ma tâche, je n’entendis pas que la belle au bois dormant s’était réveillée sans son prince et se démenait dans la pièce à côté. Paisiblement, je me concentrais sur les aliments que je découpais avant de faire frire dans une poêle. Vue l’heure nocturne qu’il était, je m’abstenais de faire un festin pour un régiment, mais un simple en-cas de minuit. Quelque chose de rapide qui ne demandait pas une grande activité. Mon choix s’était porté sur les beignets de légumes. Je fis tomber un couvercle de casserole dans un mouvement brusque, pestant intérieurement d’avoir fait du bruit. Je jetais un coup d’œil anxieux vers la chambre de ma sœur, tendant l’oreille. Si elle était réveillé, elle aurait fait du bruit, crier ou autre chose non ? Quelque peu rassuré de ne pas avoir perturbé son sommeil, enfin c’est ce que je croyais, je repris mon occupation le plus naturellement du monde.

La préparation du repas était presque fini quand le ton d’un enfant apeuré percuta mes oreilles. Je me tournais, la poêle dans une main, une cuillère en bois dans l’autre, tombant nez à nez avec la demoiselle évanouit il y a peu encore. Je restais quelques secondes à l’observer comme surpris de la voir debout, le contraste entre sa dégaine d’enfant et son comportant hautain résonnait comme contradictoire. Cela m’arracha un petit rire avant que je ne reprenne contenance et qu’un sourire jovial entrouvre mes lèvres. « Enfin debout ? Bien dormi ? Désolé si j’ai fait un peu de bruit. » M’excusais-je avant de déposer le contenant de ma poêle dans une assiette. « Tu es chez moi, je m’appelle Elijah mais tu peux m’appeler Eli. » continuais-je sans la regarder directement, essayant de détendre l’atmosphère devenue soudainement pesante. « Tu en veux ? » lui demandais-je tout en poussant l’assiette vers elle. « Ce sont des beignets de légumes : courgettes, tomates, carottes et même potirons. » J’en pris d’abord un pour la mettre en confiance et lui démontrer que l’aliment ne contenait aucun poison quelconque. Je le dégustais en me perchant sur un tabouret haut de la cuisine. « Et toi ? Tu as un nom ? »



featuring. @Eun Ji Moon


gabi le loup



Remember
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
More informations
- Sujet : Re: Parfois, le destin fait bien les choses ((ft. Elijah ♥    


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bannissements, les questions, les recours
» Le Centre ??? Une région qui me fait bien rigoler !!
» Enfin quelque chose d'intéressant ici : MOI
» bien fait pour ma gueule !!!
» Etre vulgaire et gueuler ça fait du bien